Les îles-de-la-Madeleine à l’honneur avec Nicolas Landry

23 octobre 2016  à 19:30 avec Nicolas Landry

Réservez vos billets à l'avance

Octobre 2016

Contes autour du globe

Comme à chaque année, le mois d’octobre est consacrés aux conteurs du monde avec la série « Contes autour du globe ». Pour l’occasion, nous accueillerons les conteuses belges Anne Borlée et Julie Boitte, l’Alsacien Mathieu Epp, le Madelinot Nicolas Landry, le conteur estrien Donald Dubuc et les conteurs québécois Catherine Ego et Jean-Luc Boutin. Dans ce voyage sur les routes de la Belgique et de l’Alsace en passant par l’Estrie et les Îles-de-la-Madeleine sans oublier la Belle Province, vous serez envoûtés par des paroles tous azimuts.

MUTIN ET LE CURÉ NOIR
Ça se passait dans l’en premier. Joseph, le rabostan d’une famille de paysans, était parti de la France pour trouver une terre qui serait à lui. Une tempête l’a laissé sur les côtes des Îles, en plein milieu de la mer. Il a creusé racines pis s’est mis à labourer la mer pour gagner son pain. Mais c’était l’époque de la misère noire : pas facile, le monde était tellement pauvre que personne n’avait les moyens de se payer de la couleur. On vivait en noir et blanc.
Un bon matin après des générations et des générations d’un curé au ciel noir, c’est le petit-fils de Joseph, Théo à l’œil louche, qui s’est décidé à prendre la mer pour ramener un p’tit bout de ciel bleu dans la paroisse. Dans sa quête, il a rencontrera toutes sortes de personnages, de mystères, de vents contraires. I’ trouvera-ti et rapportera-ti pas un bout de ciel bleu ? Qui viendra verra !

 

 

Nicolas Landry

Nicolas Landry est né aux îles de la Madeleine. Quand il a commencé à conter des histoires, il est allé à la rencontre des anciens, des pêcheurs, des femmes et des artisans pour écouter leurs récits de vie, leur parole. Les bouts de mémoire qu’il a pris dans ses filets se sont mêlés aux images de son coin de pays – un vent éternel, une soif insaoûlable, un cimetière marin et des buttes rondes comme le monde – et c’est comme ça qu’il a tricoté avec la parlure de son enfance des contes à rire, à rêver et à voyager dans l’en premier.

Magnifique ! Mélange entre poésie et conte madelinot.

Danny Poirier, CFIM, lundi le 4 juillet 2011

Nicolas Landry a puisé à même la mémoire des Iles afin d’en raconter les miracles du quotidien. Sous sa plume, il a trasformé ses souvenirs en poésie et en histoires à dormir debout […] aux détours des parlures de son enfance, il raconte avec finesse et sensibilité ses pèlerinages sur la plage et ses anecdotes lyriques.

Sara Dignard, Le Radar, 7 au 13 juillet 2011