Contes de désir

12 février 2017  à 19:30 avec Ronald Larocque

Réservez vos billets à l'avance

Le globe-conteur Ronald Larocque revient donc nous charmer de ses histoires d’amour passionnantes dans un tout nouveau spectacle plein de ferveur et de saisissement, mais aussi d’humour et d’étonnements garantis. Que l’on se rappelle « L’homme  qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion » ou « Contes de l’amour tendre, intense et jouissif » afin de tenter d’imaginer ce qui nous attend cette fois encore : du plaisir, encore du plaisir… à entendre et à partager, car lors de cette soirée ardente, tous feront le conte ensemble. Et c’est certain qu’une rose sera offerte dans un des contes afin que la fougue et la tendresse puissent trouver leur chemin jusqu’au cœur profond de la belle, qu’il y aura aussi un rêveur lucide qui tentera de reconquérir sa flamme en entrant dans ses rêves les plus secrets. Donc des contes nouveaux créés par le conteur, mais aussi des contes d’ailleurs, contes traditionnels du Maroc, de l’Afrique et de l’Orient où l’imaginaire trouve son compte. Malgré le froid de notre hiver, une soirée torride en perspective, pleine d’émois, de désirs et de frissons. On vous y attend!

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.