Éric se fait rare

7 mai 2017  à 19:30 avec Éric Gauthier

Réservez vos billets à l'avance

Éric Gauthier, conteur des débuts des Dimanches du conte, s’est un jour envolé vers des contrées lointaines (en l’occurrence, Sherbrooke). Qu’est-il advenu de lui depuis sa dernière visite à Montréal? N’a-t-il pas publié un autre roman? Quels secrets peut-il encore receler? Voilà qu’il sort de sa tanière et vous propose quelques histoires rarement racontées, dont son unique conte érotique ainsi qu’un aperçu des combats qui marquent sa carrière parallèle de romancier. Attendez-vous à l’inclassable, à l’insolite, à un inédit peut-être… à l’un de ses classiques aussi, pour bonne mesure. Venez rendre votre vie juste un peu plus étrange.

Eric Gauthier

Depuis son enfance en Abitibi, Éric Gauthier adore les histoires étranges. Informaticien défroqué, il se plaît maintenant à raconter sur scène et sur papier. C’est en 1999 qu’il a répondu à l’appel du Sergent recruteur et ses Dimanches du conte; depuis, il est allé conter jusqu’en France et au Yukon. On le reconnaît à sa manière de présenter la vie moderne dans tout ce qu’elle a de fantastique, de drôle et de déroutant. Ses écrits et ses contes lui ont valu plusieurs prix, dont le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois. Après son recueil de contes Feu blanc(Planète rebelle, 2009) et son ambitieux roman Montréel (Alire, 2011), il propose un nouveau roman, La Grande Mort de mononc’ Morbide (Alire, 2015), qui met en évidence sa voix de conteur et son style singulier. Il habite maintenant Sherbrooke où il poursuit sa chronique de l’insolite. Pour en savoir plus: ericgauthier.net.

« Il est de ces conteurs mutants qui inventent leur matière en puisant à toutes les formes de récits, fictions médiatiques, légendes urbaines, contes traditionnels. »
— Anne Dupuis, Spirale

« Éric Gauthier nous présente un univers moderne, où subsistent toutefois quelques traces des légendes d’autrefois. Mais contrairement au folklore qui peut parfois nous paraître absolu et lointain, la verve du conteur nous mène plutôt vers ce qui fait le caractere du Québécois d’aujourd’hui. »
— Sadrina Brochu, Le Girafe

« C’est ainsi que Gauthier structure ses contes, en réunissant les principes d’un espace-temps (la vie des étudiants de nos jours) à un autre espace-temps (le mode de vie tribale, l’oralité). »
— Nicolas Tremblay, Lettres québécoises