Les îles-de-la-Madeleine à l’honneur

16 novembre 2014  à 19:30 avec Michel Boudreau et Sylvain Vigneau

 

Histoire(s) de s’amariner    

AMARINER (S’—) [amarine] v. pr. (Du lat. mare, mer) ▪ Pour un baigneur, s’habituer peu à peu à la température de l’eau de la mer. ▪ Fig., s’habituer progressivement à une situation quelconque. (Source : Dictionnaire des régionalismes du français parlé des Îles de la Madeleine)

Regardez. Dans les champs des Îles de la Madeleine, les casiers à homards se reposent après une autre saison de durs labeurs. Les oiseaux marins quittent les falaises de grès rouges, à la recherche d’un endroit calme où passer l’hiver. Les rythmes changent et le pouls d’une île à l’autre ralentit. À chaque soir, la brunante s’empresse de plus en plus vite de cajoler les Madelinots et les derniers visiteurs. Les vieux le disent : « les journées raccourcissent! » Le Bonhomme Sept-Heures revient de vacances, les lutins attendent les chevaux dans les écuries et, au fond de la mer, les épaves espèrent en silence que l’on parle de leurs trésors. Inutile de l’ignorer : l’automne est arrivé et la récolte des histoires est commencée…

Vous verrez : il est grand le mystère de la fois…

Michel Boudreau

Alliant l’Histoire et la fiction, Michel Boudreau est un conteur sculpté par la mer, l’air salin et les vents des Îles de la Madeleine. Il sait réconforter à la manière d’un suroît, tout en déstabilisant comme un nordet. Mais comme on dit : qui aime le vent, récolte… de rafraîchissantes histoires! Vainqueur en 2009 du concours de la Grande Palabre, Michel raconte depuis avec passion ses histoires, des Îles jusqu’en Bretagne, en passant par le Québec.

Sylvain Vigneau

Depuis que son grand-père lui a parlé des lutins « tresseurs » de crinière de cheval et des feux follets, Sylvain ne cesse d’y croire. Il vous emporte dans son monde bien à lui, dans ses Iles de la Madeleine ou diables, hommes forts et autres créatures extraordinaires se battent pour une place… Dans ses histoires…