L’os de renne

19 avril 2015  à 19:30 avec Geneviève Marier

Réservez vos billets à l'avance

Avec L’os de renne, on va du visible à l’invisible. L’os, l’anneau, le couteau, le tatouage sont signes de reconnaissance; ils révèlent les liens entre amis ou ennemis, hommes, femmes ou enfants, plantes ou bêtes. Qu’ils viennent de loin ou de proche dans le temps et dans l’espace, ces contes sont des êtres vivants; ils résonnent encore dans nos vies qui se dessinent un jour à la fois.

Geneviève Marier

Pour Geneviève, le conte n’est pas qu’une occasion de spectacle, il fait partie de la vie. Dans sa famille, du grand-père aux petits, on racontait. Dans une famille de « haut-parleurs », il faut parfois se taire beaucoup. Mais la graine a germé. Sa parole à elle a grandi dans le conte en gardant des enfants et en travaillant auprès des jeunes.

Ont commencé ensuite 10 années de pérégrinations, où, à travers la traduction et l’animation sociale par le cinéma, elle a affiné son sens du mot juste et de l’image porteuse. Ont suivi des baptêmes importants : maternité et retour à la terre. Le conte au quotidien, quoi, avec tous ses défis !

Tout en étudiant en musique, elle a créé sur mesure des emplois d’été en alliant conte avec musique, marionnettes ou ombres chinoises. Elle a joué ensuite avec différentes formations de musique ancienne ou traditionnelle; parmi ces collaborations, des contes en musique,  dont « Cornebrise ».

Depuis 1996, elle conte pour des publics divers, au Québec et en France. Elle a participé comme conteuse à quelques festivals (Mémoire et Racine, Jos Violon, Les Grandes Gueules, Chés Wèpes en Picardie). Elle a tourné avec Les artistes à l’école, conté pour les tout-petits, pour les aînés et conté à la radio. Elle conte aussi dans les veillées, les fêtes populaires, les randonnées, les rassemblements communautaires ou politiques.

Depuis 3 ans, elle offre sa grande oreille aux conteurs qui lui en font la demande, en groupe ou seuls.

Ce qu’on en dit

Invitez-la chez vous… et vous serez étonnés de voir, et surtout d’entendre comment une petite bonne femme à l’allure de fée des contes peut vous faire redécouvrir que le conte, c’est tout sauf du théâtre.  Au fil des ans– elle conte depuis nombre d’années—Geneviève a développé un art de la parole et du récit que beaucoup lui envieraient. Elle conte « droit », sans emphase, sans artifice ni effet de manche et dans ce dépouillement scénique, elle réussit pourtant à captiver son auditoire et à l’emmener à sa suite au bout de la merveille, par la seule puissance tranquille de sa parole

Robert Bouthillier, Conseil québécois du Patrimoine Vivant