Notre nouvelle Conteuse Étoile, Joséphine Bacon

Au cours des 20 dernières années, nous avons paré du titre de Conteur étoile les conteuses et conteurs ayant fait rayonner le conte au Québec et à l’étranger. Cette année, c’est avec honneur et fierté que nous nommons la fabuleuse poète-conteuse Innue Joséphine Bacon notre nouvelle conteuse étoile. Venez assister ce dimanche à son intronisation au temple de la renommé des conteuses et conteurs étoilés ! Pour ce faire, sous la direction artistique de Laure Morali, Rodney Saint-Éloi, Violaine Forest, José Acquelin, Andrée Levesque-Sioui et André Lemelin lui rendront un vibrant hommage au cours de la soirée.

1 Joséphine Bacon

Présentation de Joséphine Bacon par laure Morali :

« Complètement montréalaise (elle vit à Montréal depuis 50 ans) et complètement fille de la forêt (elle est née dans la forêt), Joséphine Bacon est une femme lumineuse qui a le don de toucher les gens.

Poète naturelle, elle transporte une poésie portagée de génération en génération depuis plus de dix mille ans. Elle connaît des légendes transmises oralement qui parlent encore des mammouths.

Elle est humble et doute constamment de ce qu’elle écrit.

Elle voulait que je jette un de ses poèmes que j’avais retrouvé un matin sur une nappe en papier à la poubelle, parce qu’elle le trouvait prétentieux (Je me suis faite belle / pour qu’on remarque / la moelle de mes os / survivante d’un récit / qu’on ne raconte pas)

Avec ses mots, elle vous plante des flèches en plein cœur pour vous permettre de voir clair à travers l’eau de vos larmes.

Elle a vécu à Montréal avec un bébé castor pendant plusieurs mois.

Elle a quatre enfants dont deux jumelles. C’est une mère poule.

Elle connait la Petite Italie comme sa poche et a la meilleure recette de spaghetti à l’huile d’olive et à l’ail.

Parfois, le soir quand le ciel est bien dégagé, elle se met à la fenêtre et dit : « Tu te rends compte, on vit avec les étoiles ! »

Quand elle va en Bretagne, elle danse avec les marins chez Rosalie.

Quand elle va à Pessamit, son village d’enfance, elle court dans les blés au bord de la mer quand une petite fille.

Elle est très désobéissante.

Elle est aussi grande de cœur qu’elle est petite de taille.

Joséphine Bacon est une rockeuse imprégnée d’Esprits. »

 

 

2 Laure Morali

Laure Morali, née en 1972, a grandi en Bretagne et vit aujourd’hui à Montréal. Poète, auteure de récits, elle tisse une longue histoire de nomadisme animée par les quatre éléments : La mer à la porte (La Part Commune, 2001), La terre cet animal (Mémoire d’encrier, 2003/La part commune, 2004), La route des vents (La Part commune, 2002 ; 2015), Traversée de l’Amérique dans les yeux d’un papillon (Mémoire d’encrier, 2010)

Comment va le monde avec toi (Publie.net, 2013), Orange sanguine (Mémoire d’encrier, 2014 / La Passe du vent, 2015)… Créatrice de passerelles entre différentes cultures, elle a dirigé des projets rassembleurs comme l’anthologie de correspondances entre auteurs québécois et amérindiens, Aimititau ! Parlons-nous ! (Mémoire d’encrier, 2008 ; 2017). Son site : Site : lauremorali.net

André Lemelin

Je raconte depuis le milieu des années 1990 où j’ai tour à tour exploré les contes urbains et merveilleux, pour finalement approfondir la manière traditionnelle de conter : je brode mes histoires sur des canevas en relation avec l’auditoire, j’improvise au besoin et je choisis mes contes selon les gens présents et l’environnement dans lequel j’évolue.

En marge de ma pratique de conteur professionnel, j’explore la forme et questionne l’esthétique de la narration orale au moyen de procédés narratifs et de différentes technologies afin de porter ma pratique vers un art de la contemporanéité.

Site personnel

Andrée Levesque-Sioui

José Acquelin

José Acquelin: 61 tours du Soleil, 45 ans d’écriture, 30 ans de publications,
                      une vingtaine de recueils (essentiellement aux Herbes rouges)
                      dont un avec Joséphine –Nous sommes tous des sauva
                       ges- chez Mémoire d’Encrier. Son plus récent  Anarchie 
                       de la lumière (éditions du passage, 2014) s’est vu éclairé
                        par le prix du Gouverneur Général en poésie. 

Rodney Saint-Éloi

Violaine Forest

Violaine Forest nait à Montréal, fille du poète et cinéaste, Léonard Forest, elle crée Le Bal des Oiseaux, émission radiophonique, consacrée à la poésie québécoise et internationale qu’elle anime de 1994 à 2007. Elle publie, le manteau de mohair, éditions de L’Hexagone, 2002, L’Adoration du Bourreau, Éditions Art le Sabord, 2006 puis Magnificat, Éditions Mémoire d’encrier, 2012. Depuis 1997, elle contribue à de nombreuses publications en France, en Belgique et au Canada. Boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2007, elle séjournera en Belgique au Studio Passa-Porta de Bruxelles en 2008 puis en résidence à Amay en 2011. Passionnée d’histoire et de traduction, elle signe la direction artistique de spectacles littéraires multidisciplinaires comme une enfant chanterait une comptine sur une tombe éventrée, le cri est l’ultime liberté, le poème, son prolongement. Tout ce qui me porte ne m’achève pas.

1 Joséphine Bacon

Présentation de Joséphine Bacon par laure Morali :

« Complètement montréalaise (elle vit à Montréal depuis 50 ans) et complètement fille de la forêt (elle est née dans la forêt), Joséphine Bacon est une femme lumineuse qui a le don de toucher les gens.

Poète naturelle, elle transporte une poésie portagée de génération en génération depuis plus de dix mille ans. Elle connaît des légendes transmises oralement qui parlent encore des mammouths.

Elle est humble et doute constamment de ce qu’elle écrit.

Elle voulait que je jette un de ses poèmes que j’avais retrouvé un matin sur une nappe en papier à la poubelle, parce qu’elle le trouvait prétentieux (Je me suis faite belle / pour qu’on remarque / la moelle de mes os / survivante d’un récit / qu’on ne raconte pas)

Avec ses mots, elle vous plante des flèches en plein cœur pour vous permettre de voir clair à travers l’eau de vos larmes.

Elle a vécu à Montréal avec un bébé castor pendant plusieurs mois.

Elle a quatre enfants dont deux jumelles. C’est une mère poule.

Elle connait la Petite Italie comme sa poche et a la meilleure recette de spaghetti à l’huile d’olive et à l’ail.

Parfois, le soir quand le ciel est bien dégagé, elle se met à la fenêtre et dit : « Tu te rends compte, on vit avec les étoiles ! »

Quand elle va en Bretagne, elle danse avec les marins chez Rosalie.

Quand elle va à Pessamit, son village d’enfance, elle court dans les blés au bord de la mer quand une petite fille.

Elle est très désobéissante.

Elle est aussi grande de cœur qu’elle est petite de taille.

Joséphine Bacon est une rockeuse imprégnée d’Esprits. »