1. Y’en aura pas d’show !

Le grand manitou des Dimanches du conte, Jean-Marc Massie, devait nous présenter sa nouvelle création. Malheureusement, les circonstances en ont décidé autrement.

Le lendemain de Noël, la pierre angulaire de son nouveau spectacle, le multi-instrumentistes Marcos, un immigrant mexicain installé illégalement au Canada, a fait une overdose de Fentanyl. À peine remis, il a été rapatrié subito presto à Mexico.  Un malheur n’arrivant jamais seul, à deux jours de Noël, l’animateur des Dimanches du conte Francis Désilets, qui devait remplacer Marcos, s’est cassé la cheville en allant chercher du fromage qui fait quick au Couche-Tard de son quartier. Aux dernières nouvelles, assommé par la morphine, il serait retourné en convalescence chez ses parents à Drummondville. Et comble de malchance, Jean-Marc Massie a perdu la voix dimanche dernier au Jockey en chantant au p’tites heures du matin « Minuit Chrétien » avec un peu trop d’entrain. Suite à la découverte de polypes suspects sur ses cordes vocales, son médecin lui a intimé l’ordre de garder le silence jusqu’à nouvel ordre.  « Y’en aura pas d’show ! » furent les derniers mots de Jean-Marc Massie. Depuis … silence radio.

Notre conteur aura-t-il retrouvé l’usage de la parole le 15 janvier au soir ? Si oui, à défaut de nous présenter son nouveau show que nous improvisera-t-il ? Une anecdote tournant autour de son dépucelage sur le Pont Victoria par une militaire de Saint-Hubert roulant à tombeau ouvert vers le champ de tir clandestin de Saint-Lambert ? Une histoire d’homicide plus que volontaire dont il a failli être la victime sur le Boulevard Taschereau à bord de sa Datsun B210 ?  Le compte rendu de son improbable réveil dans une maison mobile en mouvement sur la route 116 en direction de Belœil ? Ou encore le résumé de sa récente fuite à pied, déguisé en taliban de papier, en plein cœur du Petit Maghreb de Montréal ?   Who Knows ?

Une chose est sûre, on ne sait pas comment cela va commencer et encore moins de quelle manière le tout va se finir ! Vous aurez été avertis.

Y’en aura pas d’show !

1. Y’en aura pas d’show !

Le grand manitou des Dimanches du conte, Jean-Marc Massie, devait nous présenter sa nouvelle création. Malheureusement, les circonstances en ont décidé autrement.

Le lendemain de Noël, la pierre angulaire de son nouveau spectacle, le multi-instrumentistes Marcos, un immigrant mexicain installé illégalement au Canada, a fait une overdose de Fentanyl. À peine remis, il a été rapatrié subito presto à Mexico.  Un malheur n’arrivant jamais seul, à deux jours de Noël, l’animateur des Dimanches du conte Francis Désilets, qui devait remplacer Marcos, s’est cassé la cheville en allant chercher du fromage qui fait quick au Couche-Tard de son quartier. Aux dernières nouvelles, assommé par la morphine, il serait retourné en convalescence chez ses parents à Drummondville. Et comble de malchance, Jean-Marc Massie a perdu la voix dimanche dernier au Jockey en chantant au p’tites heures du matin « Minuit Chrétien » avec un peu trop d’entrain. Suite à la découverte de polypes suspects sur ses cordes vocales, son médecin lui a intimé l’ordre de garder le silence jusqu’à nouvel ordre.  « Y’en aura pas d’show ! » furent les derniers mots de Jean-Marc Massie. Depuis … silence radio.

Notre conteur aura-t-il retrouvé l’usage de la parole le 15 janvier au soir ? Si oui, à défaut de nous présenter son nouveau show que nous improvisera-t-il ? Une anecdote tournant autour de son dépucelage sur le Pont Victoria par une militaire de Saint-Hubert roulant à tombeau ouvert vers le champ de tir clandestin de Saint-Lambert ? Une histoire d’homicide plus que volontaire dont il a failli être la victime sur le Boulevard Taschereau à bord de sa Datsun B210 ?  Le compte rendu de son improbable réveil dans une maison mobile en mouvement sur la route 116 en direction de Belœil ? Ou encore le résumé de sa récente fuite à pied, déguisé en taliban de papier, en plein cœur du Petit Maghreb de Montréal ?   Who Knows ?

Une chose est sûre, on ne sait pas comment cela va commencer et encore moins de quelle manière le tout va se finir ! Vous aurez été avertis.

Jean-Marc Massie

Homme de parole à l’imaginaire foisonnant et débridé, Jean-Marc Massie se situe au croisement du conte urbain et du dessin animé, du récit de vie affabulé et du monologue éclaté. Ce narrateur atypique occupe une place unique dans l’univers des conteurs. Explorateur de nouvelles avenues pour le conte, il croit que ce dernier se doit d’être un art vivant destiné à  évoluer afin de ne pas se folkloriser à  outrance. En plus d’avoir publié Montréal démasquée, premier livre-DVD de  conte au Québec, en 2008 et en 2009, Jean-Marc Massie a été  chroniqueur conte à la Première chaîne de Radio-Canada à l’émission «Vous êtes ici».  Récipiendaire en 2010 du prix Jocelyn Bérubé, ce défricheur de la première heure est sans conteste l’un des acteurs principaux de l’actuel renouveau du conte au Québec.

« Un homme à l’imaginaire foisonnant […] c’est du jamais vu […] on est tous pendus à ses lèvres […] Et ce qui frappe chez ce conteur, c’est cet art qu’il a de manier les mots, de manier la langue]»

Julie Laferrière, Première chaîne, Radio-Canada.

«Jean-Marc Massie illustre, une fois de plus, qu’il est de la grande lignée des inventeurs de mondes (…) Ce conteur à l’imaginaire débridé et foisonnant sait décortiquer la réalité pour lui donner une autre dimension. Étonnant, inventif et éblouissant …

Yvon Paré, Lettres québécoises