Déjà 20 ans de narratrices et narrateurs atypiques

Depuis déjà 20 ans, la scène des Dimanches du conte a vu défiler un nombre grandissant de conteuses et de conteurs atypiques  dans le cadre de la série « Soirée hors conte ». Cette année, Jean-Marc Massie nous présente celles et ceux qu’il a remarqués parmi toutes les conteuses et conteurs atypiques qui ont foulé les planches des Dimanches du conte depuis 20 ans. Au menu : Richard Gamache, Marie-France Bancel, Mathieu Lippé, Arleen Thibault et Ivy. Invité spécial : l’électron libre de la saison Ronald Larocque.

 

Arleen Thibault

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse- galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles a géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulippe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre. Prix porteur de tradition 2011, la conteuse a représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie 2009, raconté en France, en Belgique, au Liban, au Congo en Cote d’Ivoire, en Acadie et un partout au Québec.

SITE INTERNET: arleenthibault.com

Ivy

Auteur, artiste de scène et poète, IVY est un incontournable dans le spoken word au pays et l’instigateur du slam au Québec.  Avec sa passion pour la poésie, il propose une œuvre qui transporte les mélomanes et les amoureux des mots bien tournée vers les hauts lieux de la performance.  Il parcourra le Québec et la francophonie en présentant des ateliers et des spectacles d’envergure (Montréal en Lumières, Francofolies, Mythos, Sommet de la Francophonie à Dakar, Coup de cœur francophone, etc).  En 2015, il publie le livre Slam à  toi (Ed. Bayard Canada) pour initier le public au slam et transmettre sa passion pour cet art déclamatoire. Le livre-disque SLAMÉRICA (2008), le disque Hors des sentiers battus (2012) et l’excellent disque S’armer de patience, sorti à l’automne 2016, dévoilent sa grande habileté à déclamer sur de la musique.  Ils sont encensés par la critique et le public.      www.ivycontact.com

Émouvant! Quasiment génial! (Joel Le Bigot-SRC)

Avant Catherine Ringer, le public a pu goûter au verbe fleuri d’un poète et slameur québécois.  Virtuose de la rime, avec humour et une bonne dose d’auto-dérision, IVY a charmé l’assistance, en toute décontraction (Ouest-France) .

Grandissime ! (Jean-François Côté – Radio-Canada Saguenay).

Un album très fort, intelligent et à la fois accessible (Monique Giroux).

Une réalisation des plus allumées (Valérie Lessard, Le Droit).

Une œuvre riche, belle, touchante et qui porte à réfléchir tant par sa poésie que par sa musicalité (Frédéric Bussières, Poste d’écoute).

L’exercice est ambitieux : Ivy fait évoluer ses mots, la phonation et la poétique de son propos (Alain Brunet, La Presse).

Marie-France Bancel

Marie France Bancel – alias tatie èmèf – représente un croisement entre conteuse, poète et chroniqueuse. Au cours des quinze dernières années, elle a participé à plusieurs festivals de conte, cabarets littéraires et autres soirées multidisciplinaires. Ses textes ont parus dans diverses revues littéraires, zines et recueils collectifs. Elle représente également l’hémisphère nord du duo de poésie franspagnole KoraZón NordSud. En décembre 2016, elle se produisait à la Place des Arts en compagnie du « BLT de la poésie » (Bancel, Lebeau, Thérien) dans un numéro d’ouverture pour la chansonnière Francine Christie. Actuellement, elle se consacre au recueil des Microaventures urbaines de tatie èmèf, chroniques singulières d’une ville plurielle.

Mathieu Lippé

Natif du Bas-du-Fleuve, Mathieu Lippé performe, slam, chante, conte professionnellement depuis dix ans. Il a pu faire entendre ces histoires inspirés de contes traditionnels, ses talents d’improvisateurs et son verbe surréaliste dans différents lieux et événements de la francophonie et même par delà. Du festival Les jours sont contés en Estrie jusqu’au Lycée français de Bucarest en Roumanie en passant par Trois-Pistoles, Bordeaux, Genève, et même Bangalore en Inde, il poursuit son chemin de diseur tout public. Poète invité pour le film Un cri au bonheur  sorti à l’automne 2007, il poursuit sa route sur la scène slam montréalaise où on le voit régulièrement présenter ses textes sensible, vibrant et claquant. Auteur-compositeur-interprète, il a sorti en 2007 son 1er album Là où le cœur mène. Après s’être mérité la deuxième place à la Coupe du Monde de Poésie Slam 2009 à Paris, il a remporté la médaille d’or dans la catégorie Conte-Conteur au 6ième Jeux de La Francophonie qui se tenait à Beyrouth en octobre 2009

Richard Gamache

« Qui suis-je ? Artiste. Poète, auteur-compositeur, palabriste, écrivain publique, producteur … J’ai jeté tant de bouteilles à la mer que si elles me revenaient toutes je pourrais en faire un radeau et enfin la traverser. »

Maire de Norbertville de 2005 à 2009, récipiendaire en 2010 du prix Georges-D’Or remis par la Société Saint-Jean-Baptiste Centre du Québec pour mon implication dans la promotion et la défense de la langue française, j’ai écris plus de cent chansons et quelques plaquettes de poèmes et n’en finirai jamais de me faire entendre partout où je le pourrai.

Instruments : stylos, guitare,  piano, voix, etc.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

LES DIMANCHES DU CONTE. SOIRÉE D’OUVERTURE DE LA SAISON 2015-2016

Pour la soirée d’ouverture de la nouvelle saison des dimanches du conte,  Jean-Marc Massie sera à l’animation et  recevra une belle brochette de conteur.

Au menu : Nadine Walsh, Francis Désilets, Arleen Thibault, Mathieu Riendeau, Renée Robitaille, Ronald Larocque, Lucie Bisson, Éric Michaud, Jérôme Bérubé, Marc Sauvageau, Véronique Béchard et Yoda lefebvre. Invitée spéciale : L’électron libre de la saison Gisèle Ndong Biyogo.

Arleen Thibault

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse- galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles a géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulippe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre. Prix porteur de tradition 2011, la conteuse a représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie 2009, raconté en France, en Belgique, au Liban, au Congo en Cote d’Ivoire, en Acadie et un partout au Québec.

SITE INTERNET: arleenthibault.com

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Francis Désilets

Le conte dans la bouche de Francis Désilets, c’est la tradition qui ne mâche pas ses mots. Ce conteur d’expérience vous emmène avec lui dans son imaginaire pour un voyage dans le temps et dans ces lieux à revisiter. Car le conteur dialogue avec le public, l’écoute, le questionne et s’inspire de ses réactions pour nourrir son histoire.

Il dévoile une manière de conter bien à lui. Les traces de sa formation en histoire lui servant aussi à enrichir ses contes. Vous ne serez pas que diverti, vous serez transportés !

Enfin, Francis Désilets, c’est la chanson à répondre qui s’invite pour la soirée. Il en ponctue ses histoires pour vous enchanter et offrir le conte sous un jour nouveau.

Jean-Marc Massie

Homme de parole à l’imaginaire foisonnant et débridé, Jean-Marc Massie se situe au croisement du conte urbain et du dessin animé, du récit de vie affabulé et du monologue éclaté. Ce narrateur atypique occupe une place unique dans l’univers des conteurs. Explorateur de nouvelles avenues pour le conte, il croit que ce dernier se doit d’être un art vivant destiné à  évoluer afin de ne pas se folkloriser à  outrance. En plus d’avoir publié Montréal démasquée, premier livre-DVD de  conte au Québec, en 2008 et en 2009, Jean-Marc Massie a été  chroniqueur conte à la Première chaîne de Radio-Canada à l’émission «Vous êtes ici».  Récipiendaire en 2010 du prix Jocelyn Bérubé, ce défricheur de la première heure est sans conteste l’un des acteurs principaux de l’actuel renouveau du conte au Québec.

« Un homme à l’imaginaire foisonnant […] c’est du jamais vu […] on est tous pendus à ses lèvres […] Et ce qui frappe chez ce conteur, c’est cet art qu’il a de manier les mots, de manier la langue]»

Julie Laferrière, Première chaîne, Radio-Canada.

«Jean-Marc Massie illustre, une fois de plus, qu’il est de la grande lignée des inventeurs de mondes (…) Ce conteur à l’imaginaire débridé et foisonnant sait décortiquer la réalité pour lui donner une autre dimension. Étonnant, inventif et éblouissant …

Yvon Paré, Lettres québécoises

Jérome Bérubé

Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps).

Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.

Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Lucie Bisson

C’est par la menterie (petite histoire pour divertir) que Lucie Bisson fait son entrée dans le milieu du conte au Québec. Les prix qu’elle remporte sont le début d’une magnifique odyssée dans le monde merveilleux de la parole conteuse. Elle écrit la plupart de ses histoires tantôt insolites, tantôt frôlant la vérité et elle n’oublie jamais que toute vérité n’est pas bonne à dire… Lucie Bisson poursuit sa route sur le chemin du conte, remplie de gratitude envers ceux et celles qui ont su, par leurs encouragements et leurs précieux conseils, faire grandir ses ailes de conteuse et devenir la raconteuse qu’elle est aujourd’hui.

www.conte-quebec.com/conteurs/lucie-bisson-0

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l’Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses.

« Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017

«L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010.

« Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.

 

Renée Robitaille

Renée Robitaille a découvert les arts de la parole dans le cadre d’une Maîtrise en Communication. Sa démarche artistique, tout d’abord marquée par le conte traditionnel, s’oriente de plus en plus vers le récit de vie. Sur scène, elle incarne tous les personnages dont elle a recueilli les histoires, offrant ainsi un regard profond et touchant sur l’Humanité. C’est avec Louis Champagne, le metteur en scène de son spectacle Hommes de pioche, que Renée s’est découvert une passion pour la recherche et la création de personnages. Cette approche théâtrale lui a ouvert les portes de toutes les scènes du Québec. Reconnue pour son remarquable talent de conteuse, d’auteure et d’interprète, Renée Robitaille compte déjà plusieurs publications et spectacles à son actif. Depuis quinze ans, elle tourne régulièrement en Europe francophone et ailleurs sur la planète (Congo, Cuba, Russie, Arménie, etc.), pour présenter ses créations dans les festivals internationaux de contes et de théâtre.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Véronique Béchard

Véronique vient d’arriver sur la planète conte; en juin 2013, elle réussit son atterrissage en raflant à la fois le prix du public et le prix du jury au  Concours International de Menteries de Vaudreuil. Sincère et pertinente, elle fait dans la création et s’intéresse surtout à ces moments où la vie est si intense qu’elle en devient absurde et ridicule… comme ce moment de grande déclaration où l’orateur a quelque chose de pris entre les dents. Car alors une question intéressante s’élève; qu’est-ce qui attirera le plus l’attention : l’éloquence d’un homme ou le de ti-boutte de laitue qui détonne entre sa canine et sa pré-molaire?

Yoda Lefebvre

Yoda Lefebvre est un exhibitionniste de l’imaginaire qui abuse du fait que le pluriel du mal sont les mots. Jeune écrivain et dramaturge, il ronge son frein dans la relève qu’on agenouille. Pour se faire entendre, donc, il développe depuis quelques années des soirées de contes dont le ton ne laisse pas indifférent. (Plus scato que le pape; La bile ne fait pas le moine; La morale, c’est pour les faibles) Entre temps, il gère le théâtre parascolaire au Cégep de St-Jérôme, il poursuit sa maîtrise à l’UQAM, et il tente d’éduquer son fils sans trop le traumatiser.

Un extrait du journal intime d’Aurélie Brûlée, jeune nymphe qui a subi trop jeune une exposition prolongée à ses contes :

Le monde me paraît soudain plus compliqué… Jusqu’à hier, je croyais que tout autour de moi allait de soi. Je pensais que je n’avais qu’à me servir dans le buffet « all-you-can-eat » de la vie. Mais aujourd’hui… après avoir été confrontée à cet univers… Je me sens comme si j’avais ouvert la boîte de Pandore… J’aimerais bien arriver à me concentrer, pour réussir à me retrouver dans ce chaos, mais il y a ce chatouillement, cette chaleur qui est apparue dans mon bas-ventre… Je ne sais plus… Je n’arrive pas à mettre le doigt dessus… 

Aurélie Brûlée, Journal intime, le 16 décembre 2011.

LE VOEU

Le mois de Vénus

C’est déjà la dix-septième année consécutive que le premier dimanche du mois de mars est réservé aux conteuses afin de marquer La Journée internationale des femmes. Dirigé et animé à l’origine par Claudette L’Heureux, le spectacle Paroles de femmes,  devenu un classique dans le milieu du conte,  sera désormais sous la houlette  de Nadine Walsh. Cette saison, pour marquer la longévité de Paroles de femmes, c’est le mois de mars en entier qui sera dédié aux femmes. Cinq spectacles inédits mettant en vedette les conteuses du Québec seront présentés au cours du mois. Si les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus, et bien Vénus se fera Mars en 2016.  Le mois de Mars sera «Le moi de Vénus».

 

«C’est un vœu tout en muscles sur la ligne de départ, qui attend le coup de fusil d’un mot pour commencer sa course; un vœu en chair et en os, qui tourne autour des bouches comme une mouche et qui se peut pu! Parce qu’un vœu, il faut que ça se réalise! »

Arleen s’attaque au folklore du voisin de palier dans ce spectacle où une petite communauté de locataires aux prises avec la croyance d’être exaucés, vont devoir, par restrictions, s’entendre sur la formulation d’un seul vœu pour tous. Rythmant aux pieds et à la guimbarde les tribulations de ces bouches souhaitantes, Arleen invite son public à tourner sa langue plus d’une fois avant de souhaiter! Parce qu’on ne sait jamais de quel vœu on est vraiment fait!

Texte et conte d’Arleen Thibault

Mise en scène Michel Faubert

 

« Une conteuse exceptionnelle!”,

Marie-Josée Boucher, Info Culture-Biz, Québec, 2015

 

Arleen, au sommet de son art! »

Christophe Journet, Journal du Centre, France, 2014

 

« Un grand charisme, une voix particulière, l’oeil pétillant et une présence qui va la mener très loin…»

Martine Côté, Radio Canada,  Québec, 2012

 

« Arleen Thibault, une conteuse à surveiller, de grand talent !»

Catherine-Eve Gadoury, « Retour sur le monde », Radio Canada, Québec, décembre 2011

 

« Sa force, c’est son intensité, la richesse de sa langue. Touchant! »

Geneviève Côté, Radio Canada « Retour sur le monde », Québec août 2011

 

Arleen Thibault

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse- galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles a géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulippe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre. Prix porteur de tradition 2011, la conteuse a représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie 2009, raconté en France, en Belgique, au Liban, au Congo en Cote d’Ivoire, en Acadie et un partout au Québec.

SITE INTERNET: arleenthibault.com

La Parole est aux Actes !

Nouveau festival de contes et de légendes à St-Norbert d’Arthabaska
À ne pas manquer les 21, 22, 23 et 24 juin

39 rue Landry, St-Norbert d’Arthabaska, G0P 1B0.
Téléphone 819-369-9588 courriel: gamacherie@hotmail.com

Le mot de l’allumeur d’honneur Jean-Marc Massie

Attention !  Narrations sans préavis.

À l’instar des protestataires qui ne donnent pas leurs itinéraires, nous ne donnerons pas tout notre horaire. Vous devrez être parmi nous de l’ouverture à la fermeture de La Parole est aux Actes. Ainsi vous pourrez suivre le son des casseroles, ultime lumière pour être à l’horaire … du Off festival Quand les bouffons du roi bâillon se mettent en action, c’est qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de l’arnaque !

Avec un peu de chance, vous aurez le 24 une averse diluvienne, le temps d’une glissade boueuse à souhait. La pluie transformera-t-elle le festival en « Mudstock » ? Faites partie de ceux et celles qui diront : « J’y étais!!! »

Le mot de l’allumeur fondateur : Richard Gamache

La Gamacherie de Norbertville, qui tient son nom d’un village qui fait maintenant partie du tourbillon de la nuit des temps et du passé, présente en ses lieux un premier festival de contes et de légendes. Pour cet événement, elle s’est associée avec Les Productions du Diable Vert et Les Productions du Pneutosaure afin de nous concocter 4 jours/soirées où la parole prend tout son sens dans le dessus-dessous, l’envers et l’endroit de l’âme et de la parlure rurale et urbaine. Sous la présidence d’honneur de Jean-Marc Massie, grand rassembleur et cofondateur des Dimanches du Conte de Montréal, vous aurez la rare occasion de voir et d’entendre une douzaine d’artisans du conte parmi les grands et les grandes du Québec. Contes traditionnels, amérindiens, agrémentries, narrations atypiques, fables coquines, quelques ogres, princesses et loups-garous, une Contesse et le Roi des Menteurs seront de la partie pour vous entrainer dans la rafale du Festival de contes et de légendes présenté à La Gamacherie de Norbertville du 21 au 24 juin 2012.

Toutes les soirées seront animées par nos deux allumeurs

Jeudi 21 juin 2012

20h00 – Soirée d’ouverture – États des contes – 10$
Contes en rafales avec Éric Michaud, Francis Désilets,  André Morin, Arleen Thibault,  Yolaine et Marc André Fortin

Vendredi 22 juin 2012

14h00 – Ballade contée – 10$
Avec André Lemelin, Élisabeth Desjardins, , Francis Désilets, André Morin et  Marc André Fortin.
20h00 – « Elles content, il écoute » – 10$
avec Nadine Walsh, Yolaine,  Arleen Thibault et Éric Michaud.

Samedi 23 juin 2012
« Le Québec en nous – La fête nationale du Québec »
Entrée libre pour tous les spectacles

14h00 – Anti-âge de 0 à 100 ans avec Nicole Lefèvre, Éric Bernard, Jacynthe Lavoie-Richard et le Cirque in extremis
16h45 – Match local d’imporovisation
20h00 – Rafales de conte avec Nadine Walsh, André Lemelin, Élisabeth Desjardin, Richard Léveillé et Patti Warnock
21h30 – Feux d’artifices
22h00 – Musique festive avec Grenier Landry Ferland

Dimanche 24 juin 2012

20h00 – Le cri du Pneutosaure – 10$
Au centre communautaire, avec le narrateur atypique Richard Gamache, l’ambianceur  Dominique « Dalton » Huot. Invité spécial : Richard Léveillé

La parole est aux Actes
Nos conteurs et conteuses

André Lemelin – Cofondateur des populaires Dimanches du conte et fondateur de la maison d’édition de conte Planète rebelle, André Lemelin raconte ses histoires les unes après les autres, tel que nos conteux d’autrefois le faisaient : avec simplicité et générosité. Les histoires sont entrecoupées d’anecdotes et de petits airs traditionnels poussés à l’harmonica, et le tout est enrobé d’une touche humoristique.

Éric Michaud – En 2009, il a été le premier conteur hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel à l’humour assuré.

Francis Désilets – Originaire de Drummondville, Francis Désilets est passé par une formation en histoire avant de se laisser transformer par des histoires où le passé et le présent côtoient l’imaginaire et le fantastique. C’est alors que la parole prend le relais et donne corps au conte qu’on pourrait qualifier de traditionnel.

Yolaine – Yolaine amalgame et recrée des contes à partir de ceux qu’elle cueille dans le folklore qui se dit et les livres qui en parlent. Elle aime les contes qui font rire et réfléchir, les coyotes qui se font pincer au détour de l’histoire et les princesses au sale caractère. Elle a participé à de nombreuses soirées à travers la province et aux festivals de conte de Lévis, Trois-Pistoles et Natashquan.

Richard Léveillé – Richard Léveillé colore les évènements du quotidien et ceux de son imaginaire par des contes et des chansons en poésie rurale-distinguée. Des histoires touchantes racontées dans une langue sapinée de la vallée de l’Alsigantéka (quelque part entre Drummond et Sherbrooke), ponctuées à la guitare  à la manière du wayangkullit javanais et entrecoupées de chansons comme dans les contes chantés inuit.

Nadine Walsh – Depuis 2002, elle présente un répertoire de contes traditionnels québécois, de légendes amérindiennes et de fables coquines sur les scènes du Québec, d’Europe et d’Afrique. En 2006, elle participe à la tournée européenne Caravansérail dirigé par Hassane Kouyaté et Jihad Darwiche, regroupant onze conteurs francophones.

Elisabeth Desjardins – Élisabeth Desjardins raconte des histoires vieilles comme le monde ou tirées de sa plume. Détentrice d’un diplôme en art-thérapie, elle a animé des ateliers intitulés : Et si la femme m’était racontée à travers les contes de fées qui a pour but de redonner aux femmes leur pouvoir créateur. Elle a notamment conté au Festival international du conte francophone en Israël et au festival Contes d’ici et d’ailleurs au Nouveau-Brunswick.

Arleen Thibault – Originaire de Québec, Arleen Thibault a participé, depuis 2001, à de nombreux événements et festivals de contes au Québec, ainsi qu’à l’extérieur du pays (Maison du Québec à Saint-Malo, France, 2002 et en Côte d’Ivoire, 2007). Reconnue comme une narratrice atypique, une ingénue surréaliste, elle a également fait sa marque comme conteuse de répertoire traditionnel québécois et international. Elle a représenté le Canada pour le volet conte aux Jeux de la francophonie à Beyrouth en septembre 2009.

André Morin – André Morin est l’arrière-petit-fils d’un ogre du Témiscamingue. De cet aïeul, il a hérité des bottes de sept lieux. Il aiguise ses premières dents avec des anecdotes du quotidien qu’il partage en famille. Ses grosses bottes foulent la poussière du pays que ses ancêtres avaient fait naître : Lorrainville. Depuis ce temps, André fait renaître la mémoire de cette lignée, ces bâtisseurs de pays, plus grands que nature, dont il conte les histoires.

Marc-André Fortin – Il serait né dans les wagons du Petit Train du Nord entre Ste-Adèle et Lac-Carré. Petit-fils d’un loup-garou, il aurait été entraîné dans les sillages espiègles des lutins. « Agrémenteur » d’histoires sûrement vraies, il pige dans les faits historiques pour leur donner une couleur singulière et humoristique. Amoureux d’anecdotes et d’images langagières, il vous transporte sur le chemin de nos ancêtres à cheval entre le réel et le doute.

Patti Warnock – « La Contesse » nous propose un répertoire varié, passant de créations où réalité et fiction ne font qu’un à des contes plus traditionnels, nous évoquant royaumes et sagesses oubliées et comportant des dénouements plus qu’inattendus. Partie d’une île du Grand Nord canadien, elle passa par les Iles-de-la-Madeleine, s’engagea sur le Chemin des cantons et orienta sa boussole sur les Antilles, cap sur la Martinique!

Jacynthe Lavoie-Richard – Demeurant dans la notre belle région, cette jeune femme tisse de nouveaux liens et présent le conte aux enfants à travers les aventures de son personnage fétiche, Petite Souris. À chaque aventure, ce dernier découvre le monde tout en émerveillant les enfants. Ces présentations chaleureuses sont issues de son travail d’écriture, d’illustratrices et de conteuse. En plus de réaliser de nombreux spectacles, partout au Québec, les aventures de Petite Souris sont publiées aux éditions Planète Rebelle. Au cours des dernières années, elle a été récipiendaire d’une bourse du Conseil des arts du Canada et du prix Littérature du Centre-du-Québec.

Richard Gamache – « Qui suis-je ? Artiste. Poète, auteur-compositeur, palabriste, écrivain publique, producteur … J’ai jeté tant de bouteilles à la mer que si elles me revenaient toutes je pourrais en faire un radeau et enfin la traverser. » Maire de Norbertville de 2005 à 2009,  récipiendaire en 2010 du prix Georges-D’Or remis par la Société Saint-Jean-Baptisite Centre du Québec pour mon implication dans la promotion et la défense de la langue française, j’ai écris plus de cent chansons et quelques plaquettes de poèmes et n’en finirai jamais de me faire entendre partout où je le pourrai. Instruments : stylos, guitare,  piano, voix, etc.

Jean-Marc Massie – Homme de parole à l’imaginaire foisonnant et débridé, Jean-Marc Massie se situe au croisement du conte urbain et du dessin animé, du récit de vie affabulé et du monologue éclaté. Ce narrateur atypique occupe une place unique dans l’univers des conteurs.

Relation de de presse : Nancy Shaink 819-752-3726

La Parole est aux Actes est présentée par

Les Productions du Pneutosaure
Spectacles-Ateliers-Conférences

Richard Gamache
T. 819.369.9588

Les productions du Diable Vert
 

Jean-Marc Massie
T. 514.277.9084

28 novembre – Arleen Thibault sous haute tension

Les conteurs électriques

Tout le mois de novembre sera consacré aux conteuses et conteurs qui ont fait le pari de maîtriser la bête électrique, sous toutes ses formes musicales. Lorsque l’ampli Marshall, la guitare Gibson et la pédale wa wa se mettent au diapason du conte en faisant vibrer les cordes vocales du narrateur, tout peut arriver, y compris l’apparition de pylônes verglacés au beau milieu du Cabaret du Roy.

Quarante-deux degrés à l’ombre. Contes d’une canicule fantastique

Avec son spectacle « Quarante-deux degrés à l’ombre », la conteuse Arleen Thibault,  accompagnée au violon électrique par Anne-Hélène Chevrette, nous plonge dans l’ambiance des journées chaudes d’été, de ces journées tropicales où partout en ville les chaises pliantes, berçantes, les tabourets, les vieux divans et même les banquettes des voitures déchues s’installent sur les balcons pour le grand spectacle de la canicule. À travers six contes, elle fait le récit du rapprochement soudain d’une petite communauté de locataires à l’affut de la montée du mercure.

Fidèle à son imaginaire éclaté, Arleen nous entraine dans un univers surréaliste où les motos hurlent comme des loups, où la lune fait reluire sa pupille et où les personnages entrent dans une fièvre initiatique délirante. Au violon électrique, la musicienne Anne-Hélène Chevrette se fait complice de l’univers du spectacle, créant des paysages sonores vibrants, et des sonorités électrisantes sur des registres clair-obscur. Maintenant la tension mystérieuse jusqu’à l’atteinte du quarante-deux degrés fatidique, le spectacle nous promet tout un voyage dans la démesure fantastique.

Anne-Hélène Chevrette

Anne-Hélène Chevrette

Anne-Hélène Chevrette est diplômée de l’Université Laval en musique. Violoniste au sein du groupe de musique du monde Ess’N’Club, elle a participé à plusieurs tournées au Québec, en France et en Belgique et produit le disque Nuits Nomades. Elle a accompagné plusieurs chanteurs dont René d’Antoine, Antoine X, Paule-Andrée Cassidy, Claude Vallières et Stéphane Côté et participe. On la retrouve sur l’album Gypsy Cab du groupe Bazirka. Depuis 2006, elle crée des ambiances musicales en accompagnement de nombreux spectacles de poésie et de conte. Elle travaille actuellement à la création du premier l’album du groupe Nordri avec le violoniste Sylvain Neault qui intégrera des compositions originales à une sélection de musiques nordiques aux accents contemporains.

Ce que les médias ont dit d’Arleen Thibeault

« Savoureux, hilarant! Arleen Thibault a un regard fin sur les choses, un langage imagée, une voix puissante! »

Martine Côté, Radio Canada, Québec juillet 2010

« Arleen Thibault donne ses lettres de noblesses au genre fantastique.»

Christian St-Pierre, Revue Théâtre Jeu 2008

«Une très bonne intégration de la voix, la gestuelle et la parole. Personnage drôle, coloré, elle garde son public attentif jusqu’à la fin. Très alaise et très imagée! »

Jury canadien, Jeux de la Francophonie 2009

« Une conteuse expressive…un spectacle fascinant… On devient comme des enfants. Très bon!»

Catherine Lachaussée, Radio Canada, Québec 20 décembre 2008

Relâche du 29 novembre 2010 au 25 décembre 2010.

De retour le 26 décembre 2010 avec Carte blanche à Francis Désilets.

Ce que les médias ont dit d’Arleen Thibeault

« Savoureux, hilarant! Arleen Thibault a un regard fin sur les choses, un langage imagée, une voix puissante! »

Martine Côté, Radio Canada, Québec juillet 2010

« Arleen Thibault donne ses lettres de noblesses au genre fantastique.»

Christian St-Pierre, Revue Théâtre Jeu 2008

«Une très bonne intégration de la voix, la gestuelle et la parole. Personnage drôle, coloré, elle garde son public attentif jusqu’à la fin. Très alaise et très imagée! »

Jury canadien, Jeux de la Francophonie 2009

« Une conteuse expressive…un spectacle fascinant… On devient comme des enfants. Très bon!»

Catherine Lachaussée, Radio Canada, Québec 20 décembre 2008

7 mars – Parole de femmes

Pour la douzième année consécutive, Claudette L’Heureux dirige et anime Parole de femmes, un spectacle devenu un classique dans le milieu du conte. Une soirée de contes de femmes pour marquer La Journée internationale des femmes

Aie, madame Chose ton jupon dépasse

Tu sauras, ma petite fille,

Que madame Chose, c’est pas n’importe qui

C’est Quelqu’un.

Et  que si son  jupon dépasse

C’est que l’intention y est.

Tu as vu comme il est beau son jupon

Il se balance avec le jeune homme suivez-moi

Ben certain que mon jupon dépasse

Les jupes sont courtes cette année
Et les mains sont baladeuses.

C’est parce que ton jupon dépasse,

Que tu n’es pas invitée à la télé

Même si tu est bonne

Y a bien assez

Qu’elle ne se rase pas les aisselles

Sans qu’en plus, son jupon dépasse

Moi j’aime ça quand mon jupon dépasse,

Ça fait quelque chose à dire au monde.

Nathalie Derome

Nathalie Derome est une artiste interdisciplinaire. Depuis le début des années quatre-vingt, elle questionne les pratiques du faire croire sous différents modes et en utilisant plusieurs médiums, dont la pratique de l’oralité, la musique et la vidéo. On a vu son travail résolument low-tech et intimiste au Québec, au Canada Anglais et en Europe. En 2008, elle publie un recueil à la maison d’édition Planète rebelle, Les temps qui courent. Vingt ans de paroles tenues, et présente le spectacle du même nom en compagnie des musiciens Jean Derome, Martin Tétreault et Frank Martel.

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l’Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses.

« Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017

«L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010.

« Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.

 

31 janvier – Narrateurs atypiques pour un siècle hystérique

Présenté une première fois dans le cadre de l’émission Vous êtes ici, diffusée à la Première Chaîne de Radio-Canada, ce spectacle hors normes sera un îlot de liberté pour toutes les âmes à fleur de mots. Accompagnés par les Hommes à scie aux instruments inusités, les narrateurs atypiques seront en ville pour un soir seulement. Ces verbomoteurs du nouveau millénaire oscilleront constamment entre conte urbain et monologue décalé, en passant par le slam sublimé, le récit de vie affabulée et autres modes d’expression inusités. Vous pourrez entendre Mathieu Lippé, France Arbour, Nathalie Derome, Arleen Thibault, Dany L. Boucher, Franck Sylvestre, Dominique Breau, Marie-France Bancel, Simon Gauthier, Éric Michaud, Nadine Walsh et Jean-Marc Massie

Ne manquez pas ces virtuoses de la parole toujours sur le fil de fer de la performance in situ.

Marie-France Bancel

Marie France Bancel – alias tatie èmèf – représente un croisement entre conteuse, poète et chroniqueuse. Au cours des quinze dernières années, elle a participé à plusieurs festivals de conte, cabarets littéraires et autres soirées multidisciplinaires. Ses textes ont parus dans diverses revues littéraires, zines et recueils collectifs. Elle représente également l’hémisphère nord du duo de poésie franspagnole KoraZón NordSud. En décembre 2016, elle se produisait à la Place des Arts en compagnie du « BLT de la poésie » (Bancel, Lebeau, Thérien) dans un numéro d’ouverture pour la chansonnière Francine Christie. Actuellement, elle se consacre au recueil des Microaventures urbaines de tatie èmèf, chroniques singulières d’une ville plurielle.

Franck Sylvestre

Franck Sylvestre est conteur – musicien depuis vingt ans et il visite les établissements scolaires avec ses spectacles de contes et ses ateliers de percussion depuis une quinzaine d’années. 
Il joue pour plusieurs compagnies de théâtre québécoises dont le théâtre les Deux Mondes, The Other Théâtre et dans différentes productions cinématographiques dont Elvis Gratton 2. Il produit en 2007 avec le soutien du CALQ, du CAC, du M.A.I. et de la MdC Mercier le spectacle Kabaret Karaïbes. Son livre réalisé en collaboration avec les élèves de l’école secondaire Sophie Barat intitulé Contes du ciel et de la terre est sorti en avril 2010 aux éditions Planète Rebelle.

Nathalie Derome

Nathalie Derome est une artiste interdisciplinaire. Depuis le début des années quatre-vingt, elle questionne les pratiques du faire croire sous différents modes et en utilisant plusieurs médiums, dont la pratique de l’oralité, la musique et la vidéo. On a vu son travail résolument low-tech et intimiste au Québec, au Canada Anglais et en Europe. En 2008, elle publie un recueil à la maison d’édition Planète rebelle, Les temps qui courent. Vingt ans de paroles tenues, et présente le spectacle du même nom en compagnie des musiciens Jean Derome, Martin Tétreault et Frank Martel.

Simon Gauthier

Simon Gauthier est maître de l’égoïne. De La flûte enchantée à La valse aux adieux, en passant par l’hymne national américain version Hendrix, il joue de tout sur sa scie musicale. Un vrai juke-box boosté aux astéroïdes. Avec ses spectacles : Corne de brume, Simon Pète les plombs et Source(s), il habite la planète Conte depuis maintenant dix années et s’y porte très bien. Énergique, passionné, tantôt drôle, tantôt émouvant, il nous emmène dans des mondes oniriques et éclatés, vers lesquels on se laisse entraîner avec un indéniable plaisir. Natif de Sept-Îles, il a commencé sa carrière sur la Côte-Nord, en contant de village en village, à  la manière des troubadours. Très apprécié en France, Simon y a fait plus de deux cents spectacles depuis 2005. Il s’est aussi produit en Suisse, en Belgique, en Tunisie, aux Pays-Bas et au Burkina Faso, où il a représenté le Québec au Xe Sommet de la francophonie, à Ougadougou. Comme l’a si bien dit Michel Faubert : «Simon est notre bédéiste de la parole.» On le reconnaît facilement en compagnie de son inséparable partenaire, la scie musicale, dont il tire des notes improbables.

France Arbour

L’actrice excelle dans le touchant personnage de Maria Teresa (qu’elle a elle-même créé), une immigrante italienne aujourd’hui complètement isolée et qui s’offre, pour ses 70 ans, de se raconter aux gens. Un moment touchant que ce monologue dont la poésie réside dans l’accent chantant de Maria Teresa et ses tournures de phrases maladroites.

Le plus fort de ses contes, qui vaut à lui seul le déplacement, s’intitule Cocaline, un texte écrit spécialement pour elle par Yvan Bienvenue. Elle y aborde de façon drôle et grinçante la question de la sexualité des personnes âgées. Ici, Arbour est carrément éclatante

Ne boudez pas votre plaisir. Bravez l’hiver et venez savourer la verve de cette comédienne hors pair

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l’Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses.

« Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017

«L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010.

« Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.

 

6 septembre – soirée d’ouverture

Soirée d’ouverture de la 12e saison avec Alain Lamontagne, Arianne Labonté, Simon Gauthier, Dominique Breau, Mathieu Lippé, Arleen Thibault, Denis Gadoury, François Lavallée, Fabien Cloutier et Francis Désilets.

Le 6 septembre, un cabaret déjanté inaugurera la saison 2009-2010. Y défileront sur scène plusieurs conteurs. Vous voulez avoir un aperçu de la prochaine saison ? Venez à la soirée d’ouverture et entendez les artistes qui ponctueront notre programmation. de l’année

Alain Lamontagne

Natif de Montréal, faisant carrière depuis 1976 comme harmoniciste, podorythmiste et conteur, Alain Lamontagne s’est produit sur les cinq continents et a soulevé l’enthousiasme de la presse internationale.. Précurseur du renouveau du conte au Québec, ses spectacles solos, constitués de contes et de musique, obtiennent un franc succès. On souligne son humour, son audace, sa fougue et sa présence entière et unique sur scène. En France, il s’est notamment illustré sur les grandes scènes du Printemps de Bourges, des Francofolies de La Rochelle, au Théâtre de la Ville de Paris, aux Francophonies de Limoge, et dans plusieurs festivals de conte. En1994, il assuma la présidence du jury pour le volet «Conte et conteurs» des IIe Jeux de la francophonie (Paris). Reconnu comme l’un des compositeurs importants pour l’harmonica, Alain Lamontagne a quatre disques à son actif, dont Souffle qui se mérita un Félix. Il a signé plusieurs musiques pour le théâtre et le cinéma. Il est co-auteur d’une méthode pour l’harmonica, L’Harmonica sans professeur (Ed. de l’Homme).En 2006, on souligna ses trente années de carrière dans plusieurs festivals de conte au Québec et en France. En 2007, il est le porte-parole du Festival Mémoire et Racines (Joliette).

Denis Gadoury

Né à Saint-Thomas-de-Joliette, Denis Gadoury raconte depuis plus de vingt ans. Il a parcouru le Québec, les Territoires-du-Nord-Ouest et le Manitoba, a rencontré des personnages drôles et touchants, et recueilli des anecdotes et des faits pour le moins cocasses. Revenu au Québec, il a continué à partager ses récits et sa façon traditionnelle de faire vivre l’histoire. On retrouve quelques-uns de ses meilleurs contes dans le recueil Le bonhomme La Misère, publié chez Planète rebelle.

Fabien Cloutier

Karine Gibouleau

Né à Sainte-Marie de Beauce, Fabien Cloutier est de la promotion 2001 du Conservatoire d’art dramatique de Québec en interprétation. Depuis, il a joué dans une vingtaine de productions théâtrales. Il donne aussi des ateliers d’improvisation, de création et d’écriture à des enfants et des adolescents. Au cours des dernières années, ses ateliers l’ont mené en Roumanie, au Maroc, en Serbie et en Espagne. Ses premières courtes pièces sont d’ailleurs écrites pour être jouées par de jeunes enfants. En 2005, sa performance dans son conte Ousqu’y é Chabot? a fait sensation lors des Contes urbains présentés à la Licorne. Il fait partie de son spectacle Scotstown, un solo de contes à l’humour cru et décapant récompensé par l’Office Québec-Wallonie-Bruxelles pour la jeunesse et publié chez Dramaturges Éditeurs. — 2009-02-13

Francis Désilets

Le conte dans la bouche de Francis Désilets, c’est la tradition qui ne mâche pas ses mots. Ce conteur d’expérience vous emmène avec lui dans son imaginaire pour un voyage dans le temps et dans ces lieux à revisiter. Car le conteur dialogue avec le public, l’écoute, le questionne et s’inspire de ses réactions pour nourrir son histoire.

Il dévoile une manière de conter bien à lui. Les traces de sa formation en histoire lui servant aussi à enrichir ses contes. Vous ne serez pas que diverti, vous serez transportés !

Enfin, Francis Désilets, c’est la chanson à répondre qui s’invite pour la soirée. Il en ponctue ses histoires pour vous enchanter et offrir le conte sous un jour nouveau.

Ariane Labonté

Par ces contes truffés de jeux de mots, Ariane Labonté vous offre des performances de haute voltige. Son langage en gage d’engagement, elle sème ses fleurs de rhétorique, essaime, aussi, ses rêves et ses idées. Bachelière en création littéraire, naturaliste, musicienne et conteuse, Ariane Labonté allie sur scène ses différentes passions. Elle conte depuis plus de 10 ans, pour les adultes ainsi que pour les jeunes du primaire et du secondaire dans le cadre du programme La culture à l’école. Son travail a été reconnu et appuyé par le CALQ (2012), le CMCC (2012 et 2010) et le CAC (2006).

Sa démarche de création nous invite à poser sur le monde un regard sensible et sensé. Histoire de recréer le monde, tout en se récréant !

Garanti que vos neurones auront du fun !

Arleen Thibault

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse- galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles a géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulippe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre. Prix porteur de tradition 2011, la conteuse a représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie 2009, raconté en France, en Belgique, au Liban, au Congo en Cote d’Ivoire, en Acadie et un partout au Québec.

SITE INTERNET: arleenthibault.com