Gérald Côté en solo

Gérald Côté

Chanteur de cuisine depuis l’enfance Gérald Côté puise d’abord son répertoire dans le milieu familiale, les veillées de parenté comme il le dit lui-même. C’est par la suite sur disques 78 tours et vényls, ajoutés à quelques compositions, qu’il complète son bagage   de chansons traditionnelles.

Les Labrecques, Thiffault, Vigneault, famille Larin, et bien d’autres, furent non seulement à l’origine des choix de chansons pour le contenu qu’ils véhiculent, mais aussi pour la façon de les chanter qu’on dit à l’ancienne c-à-d qui prête vie à ces dernières par la force de la voix, les mimiques et les intonations qui les accompagnent.

Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les chansons de LA BOLDUC que Gérald Côté perçoit comme le porte parole de toute une collectivité, en son temps tout comme aujourd’hui, avec ses valeurs et ses contradictions. D’où en découle un texte de Gérald servant de base au spectacle NOUS VOILÀ MAL AMANCHÉS.

Dans une démarche complémentaire il se livre aussi à des spectacles solos où il devient conteur-chanteur avec le même engouement.

20 janvier – NOUS VOILÀ MAL AMANCHÉS avec Paul Marchand et Gérald Côté

Le duo Paul Marchand et Gérald Côté présente :

NOUS VOILÀ MAL AMANCHÉS
«La Bolduc, miroir de notre collectivité»

Cette fresque à saveur théâtrale dessine un portrait des sociétés d’hier et d’aujourd’hui à partir de chansons de LA BOLDUC, en différents tableaux totalisant environ 1 :15 heure.

Sur des sujets comme la santé publique, l’alimentation, la campagne vs la ville, l’immigration, la crise et le chômage, ce spectacle fait revivre certaines composantes de notre histoire qui souvent s’établissent en lien avec aujourd’hui, donc nous fait voyager dans le temps.

Combinant le rythme de la chanson traditionnelle, l’humour caricatural et l’interaction  avec l’assistance NOUS VOILÀ MAL AMANCHÉ constitue une approche des plus vivantes, voire même éducative sur l’impact de la vie en collectivité à travers les chansons de madame Bolduc et de l’époque des années 20 et 30.

Gérald Côté

Chanteur de cuisine depuis l’enfance Gérald Côté puise d’abord son répertoire dans le milieu familiale, les veillées de parenté comme il le dit lui-même. C’est par la suite sur disques 78 tours et vényls, ajoutés à quelques compositions, qu’il complète son bagage   de chansons traditionnelles.

Les Labrecques, Thiffault, Vigneault, famille Larin, et bien d’autres, furent non seulement à l’origine des choix de chansons pour le contenu qu’ils véhiculent, mais aussi pour la façon de les chanter qu’on dit à l’ancienne c-à-d qui prête vie à ces dernières par la force de la voix, les mimiques et les intonations qui les accompagnent.

Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les chansons de LA BOLDUC que Gérald Côté perçoit comme le porte parole de toute une collectivité, en son temps tout comme aujourd’hui, avec ses valeurs et ses contradictions. D’où en découle un texte de Gérald servant de base au spectacle NOUS VOILÀ MAL AMANCHÉS.

Dans une démarche complémentaire il se livre aussi à des spectacles solos où il devient conteur-chanteur avec le même engouement.

Paul Marchand

Natif de la région de Lanaudière, Paul s’est inscrit tout naturellement dans le milieu de la musique traditionnelle.

Il est membre fondateur des groupes Manigance et Entourloupe. Avec ces deux groupes, les tournées tant en Europe, aux États-Unis qu’au Canada, se succèdent. Depuis deux ans, il joue en trio avec la chanteuse Stéphanie Gagnon et le violoniste Martin Racine.

Il est aussi guitariste de Tess Leblanc, Desi Wilkinson ( flûtiste irlandais) et Laurie Hart (violoniste américaine).

Avec plus de vingt-cinq enregistrements à son actif, c’est aujourd’hui un guitariste-chanteur d’une grande versatilité qui possède un son et une rythmique bien à lui.

Gérald Côté

Chanteur de cuisine depuis l’enfance Gérald Côté puise d’abord son répertoire dans le milieu familiale, les veillées de parenté comme il le dit lui-même. C’est par la suite sur disques 78 tours et vényls, ajoutés à quelques compositions, qu’il complète son bagage   de chansons traditionnelles.

Les Labrecques, Thiffault, Vigneault, famille Larin, et bien d’autres, furent non seulement à l’origine des choix de chansons pour le contenu qu’ils véhiculent, mais aussi pour la façon de les chanter qu’on dit à l’ancienne c-à-d qui prête vie à ces dernières par la force de la voix, les mimiques et les intonations qui les accompagnent.

Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les chansons de LA BOLDUC que Gérald Côté perçoit comme le porte parole de toute une collectivité, en son temps tout comme aujourd’hui, avec ses valeurs et ses contradictions. D’où en découle un texte de Gérald servant de base au spectacle NOUS VOILÀ MAL AMANCHÉS.

Dans une démarche complémentaire il se livre aussi à des spectacles solos où il devient conteur-chanteur avec le même engouement.

15 novembre – Gérald Côté… Chante et compte

Une mise en scène par Michel Faubert
Gérald Côté… Chante et compte

Gérald Coté

Né à Arthabaska quelque part dans les années cinquante, Gérald Côté a tout pour sortir d’un conte de Louis Fréchette. Chanteur et déclameur avec une voix à débâcler des rivières, il donne a capella ses compositions et interprétations dans un style traditionnel qu’on pourrait qualifier de très personnalisé ! Fin raconteur, il nous propose aussi un survol de sa vie en jobs, en voyages mais, surtout, en anecdotes sur ce qu’il a appelé « son école de théâtre », c’est-à-dire ses trente années passées comme préposé aux bénéficiaires dans une résidence de personnes âgées ou, devrait-on plutôt dire, de personnages âgés. En découle, une première pour lui qui en rêve depuis des années, un spectacle mis en scène par Michel Faubert, où se côtoient le rire et l’émotion, mais aussi le charisme d’un Québécois haut en couleur.