LES DIMANCHES DU CONTE. SOIRÉE D’OUVERTURE DE LA SAISON 2015-2016

Pour la soirée d’ouverture de la nouvelle saison des dimanches du conte,  Jean-Marc Massie sera à l’animation et  recevra une belle brochette de conteur.

Au menu : Nadine Walsh, Francis Désilets, Arleen Thibault, Mathieu Riendeau, Renée Robitaille, Ronald Larocque, Lucie Bisson, Éric Michaud, Jérôme Bérubé, Marc Sauvageau, Véronique Béchard et Yoda lefebvre. Invitée spéciale : L’électron libre de la saison Gisèle Ndong Biyogo.

Arleen Thibault

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse- galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles a géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulippe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre. Prix porteur de tradition 2011, la conteuse a représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie 2009, raconté en France, en Belgique, au Liban, au Congo en Cote d’Ivoire, en Acadie et un partout au Québec.

SITE INTERNET: arleenthibault.com

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Francis Désilets

Le conte dans la bouche de Francis Désilets, c’est la tradition qui ne mâche pas ses mots. Ce conteur d’expérience vous emmène avec lui dans son imaginaire pour un voyage dans le temps et dans ces lieux à revisiter. Car le conteur dialogue avec le public, l’écoute, le questionne et s’inspire de ses réactions pour nourrir son histoire.

Il dévoile une manière de conter bien à lui. Les traces de sa formation en histoire lui servant aussi à enrichir ses contes. Vous ne serez pas que diverti, vous serez transportés !

Enfin, Francis Désilets, c’est la chanson à répondre qui s’invite pour la soirée. Il en ponctue ses histoires pour vous enchanter et offrir le conte sous un jour nouveau.

Jean-Marc Massie

Homme de parole à l’imaginaire foisonnant et débridé, Jean-Marc Massie se situe au croisement du conte urbain et du dessin animé, du récit de vie affabulé et du monologue éclaté. Ce narrateur atypique occupe une place unique dans l’univers des conteurs. Explorateur de nouvelles avenues pour le conte, il croit que ce dernier se doit d’être un art vivant destiné à  évoluer afin de ne pas se folkloriser à  outrance. En plus d’avoir publié Montréal démasquée, premier livre-DVD de  conte au Québec, en 2008 et en 2009, Jean-Marc Massie a été  chroniqueur conte à la Première chaîne de Radio-Canada à l’émission «Vous êtes ici».  Récipiendaire en 2010 du prix Jocelyn Bérubé, ce défricheur de la première heure est sans conteste l’un des acteurs principaux de l’actuel renouveau du conte au Québec.

« Un homme à l’imaginaire foisonnant […] c’est du jamais vu […] on est tous pendus à ses lèvres […] Et ce qui frappe chez ce conteur, c’est cet art qu’il a de manier les mots, de manier la langue]»

Julie Laferrière, Première chaîne, Radio-Canada.

«Jean-Marc Massie illustre, une fois de plus, qu’il est de la grande lignée des inventeurs de mondes (…) Ce conteur à l’imaginaire débridé et foisonnant sait décortiquer la réalité pour lui donner une autre dimension. Étonnant, inventif et éblouissant …

Yvon Paré, Lettres québécoises

Jérome Bérubé

Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps).

Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.

Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Lucie Bisson

C’est par la menterie (petite histoire pour divertir) que Lucie Bisson fait son entrée dans le milieu du conte au Québec. Les prix qu’elle remporte sont le début d’une magnifique odyssée dans le monde merveilleux de la parole conteuse. Elle écrit la plupart de ses histoires tantôt insolites, tantôt frôlant la vérité et elle n’oublie jamais que toute vérité n’est pas bonne à dire… Lucie Bisson poursuit sa route sur le chemin du conte, remplie de gratitude envers ceux et celles qui ont su, par leurs encouragements et leurs précieux conseils, faire grandir ses ailes de conteuse et devenir la raconteuse qu’elle est aujourd’hui.

www.conte-quebec.com/conteurs/lucie-bisson-0

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l’Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses.

« Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017

«L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010.

« Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.

 

Renée Robitaille

Renée Robitaille a découvert les arts de la parole dans le cadre d’une Maîtrise en Communication. Sa démarche artistique, tout d’abord marquée par le conte traditionnel, s’oriente de plus en plus vers le récit de vie. Sur scène, elle incarne tous les personnages dont elle a recueilli les histoires, offrant ainsi un regard profond et touchant sur l’Humanité. C’est avec Louis Champagne, le metteur en scène de son spectacle Hommes de pioche, que Renée s’est découvert une passion pour la recherche et la création de personnages. Cette approche théâtrale lui a ouvert les portes de toutes les scènes du Québec. Reconnue pour son remarquable talent de conteuse, d’auteure et d’interprète, Renée Robitaille compte déjà plusieurs publications et spectacles à son actif. Depuis quinze ans, elle tourne régulièrement en Europe francophone et ailleurs sur la planète (Congo, Cuba, Russie, Arménie, etc.), pour présenter ses créations dans les festivals internationaux de contes et de théâtre.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Véronique Béchard

Véronique vient d’arriver sur la planète conte; en juin 2013, elle réussit son atterrissage en raflant à la fois le prix du public et le prix du jury au  Concours International de Menteries de Vaudreuil. Sincère et pertinente, elle fait dans la création et s’intéresse surtout à ces moments où la vie est si intense qu’elle en devient absurde et ridicule… comme ce moment de grande déclaration où l’orateur a quelque chose de pris entre les dents. Car alors une question intéressante s’élève; qu’est-ce qui attirera le plus l’attention : l’éloquence d’un homme ou le de ti-boutte de laitue qui détonne entre sa canine et sa pré-molaire?

Yoda Lefebvre

Yoda Lefebvre est un exhibitionniste de l’imaginaire qui abuse du fait que le pluriel du mal sont les mots. Jeune écrivain et dramaturge, il ronge son frein dans la relève qu’on agenouille. Pour se faire entendre, donc, il développe depuis quelques années des soirées de contes dont le ton ne laisse pas indifférent. (Plus scato que le pape; La bile ne fait pas le moine; La morale, c’est pour les faibles) Entre temps, il gère le théâtre parascolaire au Cégep de St-Jérôme, il poursuit sa maîtrise à l’UQAM, et il tente d’éduquer son fils sans trop le traumatiser.

Un extrait du journal intime d’Aurélie Brûlée, jeune nymphe qui a subi trop jeune une exposition prolongée à ses contes :

Le monde me paraît soudain plus compliqué… Jusqu’à hier, je croyais que tout autour de moi allait de soi. Je pensais que je n’avais qu’à me servir dans le buffet « all-you-can-eat » de la vie. Mais aujourd’hui… après avoir été confrontée à cet univers… Je me sens comme si j’avais ouvert la boîte de Pandore… J’aimerais bien arriver à me concentrer, pour réussir à me retrouver dans ce chaos, mais il y a ce chatouillement, cette chaleur qui est apparue dans mon bas-ventre… Je ne sais plus… Je n’arrive pas à mettre le doigt dessus… 

Aurélie Brûlée, Journal intime, le 16 décembre 2011.

DANS LES BRAS D’ORPHÉE

 

Pour sa nouvelle création scénique, Marc Sauvageau nous transporte à travers les différentes phases du sommeil par l’entremise de Lucien De Moion, un horloger désynchronisé habitant au cœur de l’ile vallonnée — Manhattan — qui aspire depuis la tendre enfance à devenir rêveur. Un rêve qui deviendra réalité.

Par le truchement de son imagination fertile, pourtant bien ancré dans la réalité, il nous propose un périple dans un univers parallèle où le rythme et les mots font la loi; où le possible côtoie constamment l’impossible; où le rêve et l’amour sont les véritables clés du succès. À la fois actuel, épineux, sensé et humoristique, ce conte merveilleusement urbain nous permet de passer à travers toute la gamme des émotions.

Quand le merveilleux, le romantisme, le surréalisme et l’invraisemblable se donnent rendez-vous dans la plus grande métropole de l’Amérique du Nord…

« Lou venait de comprendre qu’il était capable de voir de l’autre bord du rideau des songes; pas des siens, mais de ceux des autres. La réponse était là en lui depuis toujours, c’était lui la machine à capter les rêves. Son but n’était donc plus de trouver une façon de se souvenir de ses propres rêves, mais plutôt de se souvenir de ceux des gens qu’il allait rendre visite en rêve. »

 

« Un conte merveilleusement philosophique dont le résultat est un bel amalgame entre le conte traditionnel et la poésie urbaine, dans lequel interfèrent musicalité, rythme et couleurs. Parsemé d’humour et d’absurdité, il se dégage de l’œuvre une vitalité embryonnaire, une énergie éclatante inspirée d’un New York qu’on découvre sous un angle nouveau. »

Journal Le Nord, 30 novembre 2013

 

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Le futur est une tradition II

MAI – 2014, CONTEUR DU MOIS

Le but de « Conteur du mois » est de permettre à un conteur talentueux et ayant déjà une bonne expérience de la scène de s’installer au Gainzbar un mois complet, lui donnant ainsi l’occasion de bénéficier d’une couverture médiatique conséquente et de toucher un plus vaste public. Il est à noter que le mois de mai est réservé à un nouveau conteur du mois choisi chaque année par les Productions du Diable Vert.

Donnant suite à l’incroyable succès remporté lors des dix dernières saisons par nos « conteurs du mois » Simon Gauthier, Mathieu Lippé, François Lavallée, Edwige Bage, Nadine Walsh, Les Ceuzes-Là , Dominique Breau Eric Michaud, Éric Gauthier et Richard Léveillé, nous récidivons cette année en faisant de la conteuse-organisatrice Yolaine notre « impératrice du mois ». Pour le  mois de mai, Yolaine nous a programmé quatre spectacles différents  produit par son organisme Les AmiEs Imaginaires.  Cette année, c’est au Gainzbar qu’il faudra être pour fêter le retour du printemps.
Le futur est une tradition II : Contes en binaire et voyages interstellaires avec Marc Sauvageau, Yolaine,  Marc-André Caron et Eric Michaud.

Les 4 et 11 mai prochains, huit artistes de la parole vous mènent, chacun à leur manière, à travers des contes cosmi-comiquesfuturéalistes ou post-apocalyptiques. Quatre voix par dimanche pour vous conter des quêtes philosophiques, technologiques ou pseudo-scientifiques, jusqu’au bord du monde ou de la folie. Vous êtes invités à franchir les limites des galaxies ou la porte d’un trou noir logé entre les craques d’un divan.

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Marc André Caron

Né en Abitibi, il traîne ses boîtes un peu partout avant d’atterrir en Montérégie. Derrière le comptoir du dépanneur de son beau-père, il observe la faune urbaine et s’en inspire pour créer Les contes du dépanneur. D’abord présenté au festival Les jours sont contés en Estrie en 2004, ce spectacle lui vaut une invitation au Festival interculturel du conte de Bordeaux, France, pour l’été 2005. Membre fondateur du Cercle des conteurs des Cantons de l’est, il a suivi plusieurs formations et accompagne à son tour des élèves du secondaire dans leur découverte du conte. En 2006-2007, il a animé des soires de contes mensuelles de la Brûlerie de caf de Sherbrooke.

Yolaine

Depuis plus de 10 ans, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014. Lancée, elle a aussi remporté le 1er prix au concours de menteries du festival Atalukan en 2015 et 2016, ainsi que le prix du jury au Concours intermondial de menteries des Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion en 2016. Elle s’occupe de la programmation des événements de l’organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.

22 janvier – « Nouveaux visages du conte au Québec » depuis 2007

Depuis 2007, la scène des Dimanches du conte a vu défiler un nombre grandissant de conteurs émergents dans le cadre de la série « Nouveaux visages du conte au Québec ». Cette année, Jean-Marc Massie nous présente ceux qu’il a remarqués parmi tous les nouveaux talents qui ont foulé les planches du  Cabaret du Roy depuis cinq ans. Au menu : Anaïs Fournier, Marc Sauvageau, Marc André Fortin, Christian St-Pierre, Richard Gamache, Yolaine, Patrice Michaud, Dany L. Boucher et Mathieu Barrette.

Anaïs Fournier

Anaïs Fournier est native de la Gaspésie jusque dans son ADN. Elle est arrivée dans le racontage comme on entre chez soi : pas besoin de cogner à la porte ni d’avertir d’avance… il suffit juste d’avancer le pas. Pour la nommer, on la dit « contesse » de ses lieux. Car ses lieux de contes prennent naissance dans son imagination et ce qui l’entoure. Elle dit que c’est la mer qui lui raconte ses histoires ! Anaïs taquine le théâtre de marionnettes, l’illustration d’histoires, le film d’animation et, depuis peu, la réalisation d’émissions jeunesse. Elle a conté à gauche et à droite dans son coin de pays, mais pas encore sur une île !

Christian St-Pierre

Christian St-Pierre est un fils du Grand Chemin qui marche. Sur ses rives, une petite ville appelée Montmagny, qui vit des années noires, voit passer bien des voyageurs. Ils sont bateliers, camionneurs, mais aussi Grande Oie Blanche. Tous ces êtres de passage sèment alors le goût de partir. Il voyage ainsi physiquement, mais aussi sur le plan littéraire. Pour lui, chaque conte est une odyssée où le parcours est encore plus important que la destination. Car autrement, ce serait du tourisme, et non du voyage. Il est donc capitaine conteur, pilote raconteur, et il se promène où bon lui semble afin de dire qui il est et d’où il vient. Il cherche plus que des passagers, mais bien des compagnons d’aventure.

Dany L. Boucher

L’humour est l’arme de prédilection de cet enfant terrible au cynisme débordant. Dany L. Boucher prend un malin plaisir à se moquer du conte traditionnel, en transgressant allègrement ses règles absurdes. Ce jongleur des mots utilise le pastiche pour emporter les spectateurs dans un tourbillon de pure folie, où l’irrévérence est au rendez-vous et où il fait bon rire et réfléchir à la fois.

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Mathieu Barrette

Pistolois d’origine au verbe renversant et au chant décapant, Mathieu Barrette parle à tous ceux qui ont le coeur à vif et l’esprit à la dérive. Par un étrange équilibre entre fabulation et réalité, il nous pousse vers une corde raide où les points de repère viennent au compte gouttes. Sa parole bouscule et brasse nos entrailles pour mieux dévoiler les tréfonds de l’âme humaine. Ici, point de compromis, seulement un artiste qui ne bullshit pas. Chose assez rare à l’ère de la langue de bois !

Mathieu Barrette a étudié et pratiqué la régie de scène et animé de nombreux spectacles, festivals et compétitionn artistiques. Depuis quelques années, il se consacre entièrement à l’écriture et aux différentes formes d’oralité.

Patrice Michaud

Grand gagnant du Festival International de la chanson de Granby en 2009, récompensé à trois reprises au Festival en chanson de Petite-Vallée en 2008, (Prix de la Chanson Socan pour C’est chien pour les singes, le Prix du Public et le Prix du Grand 8 franco-québécois) le chansonneur et conteur gaspésien originaire de Cap-Chat, Patrice Michaud, nous présente ici Les produits du tiroir, un spectacle intimiste où la chanson, le conte et l’humour s’entrecroisent au fil des histoires que nous trimbalons tous, au fond de nous. C’est drôle, c’est fou, c’est triste mais avant tout beau et touchant.

Richard Gamache

« Qui suis-je ? Artiste. Poète, auteur-compositeur, palabriste, écrivain publique, producteur … J’ai jeté tant de bouteilles à la mer que si elles me revenaient toutes je pourrais en faire un radeau et enfin la traverser. »

Maire de Norbertville de 2005 à 2009, récipiendaire en 2010 du prix Georges-D’Or remis par la Société Saint-Jean-Baptiste Centre du Québec pour mon implication dans la promotion et la défense de la langue française, j’ai écris plus de cent chansons et quelques plaquettes de poèmes et n’en finirai jamais de me faire entendre partout où je le pourrai.

Instruments : stylos, guitare,  piano, voix, etc.

Yolaine

Depuis plus de 10 ans, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014. Lancée, elle a aussi remporté le 1er prix au concours de menteries du festival Atalukan en 2015 et 2016, ainsi que le prix du jury au Concours intermondial de menteries des Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion en 2016. Elle s’occupe de la programmation des événements de l’organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.

27 novembre – Et Dieu créa les animaux à notre image

Marc Sauvageau propose un spectacle délirant qui puise à son récent bestiaire publié aux éditions Planète rebelle: Et Dieu créa les animaux à notre image.

À la fois caustique et humoristique, il présente sur scène, accompagné de trames sonores diversifiées et inspirantes composées par Mathieu « petitBIG » Leduc et Julien Sagot (Karkwa), des fables composées en vers libres apparemment innocentes et sans conclusion moralisatrice – comme le veut généralement le genre –, qui mettent plutôt en lumière les conséquences, les répercussions de choix et d’actions émanant d’êtres qui nous ressemblent de plus d’une manière.

Ces humains… bien beau se croire malins !
Mais pour reconnaître leur existence
Et constater le fruit de leur influence,
Ils devaient pouvoir s’observer
À travers la loupe d’une autre réalité.
C’est ainsi, pour s’assurer que sa création
Ne donne l’impression de n’être qu’un mirage,
Que DIEU CRÉA LES ANIMAUX À NOTRE IMAGE.

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

19 septembre – Nouveaux visages du conte au Québec

Pour la huitième année consécutive, nous vous présentons les nouveaux visages du conte qui ont retenu l’attention du Diable Vert aux quatre coins du Pays Incertain. L’instant d’une soirée, les Dimanches du conte vont renouer avec l’esprit cabaret qui a fait sa popularité à ses débuts. Cette année, vous pourrez entendre Laurent-Pierre Mathieu, Marc André Fortin, Geneviève Marier, Juliana Léveillé-Trudel, Éric M., Marc Sauvageau, Patrice Michaud, Florian Fortin, Caroline Legault, Catherine Viens, Jérôme Bérubé et Nathalie Auclair.

Mathieu Barrette

Pistolois d’origine au verbe renversant et au chant décapant, Mathieu Barrette parle à tous ceux qui ont le coeur à vif et l’esprit à la dérive. Par un étrange équilibre entre fabulation et réalité, il nous pousse vers une corde raide où les points de repère viennent au compte gouttes. Sa parole bouscule et brasse nos entrailles pour mieux dévoiler les tréfonds de l’âme humaine. Ici, point de compromis, seulement un artiste qui ne bullshit pas. Chose assez rare à l’ère de la langue de bois !

Mathieu Barrette a étudié et pratiqué la régie de scène et animé de nombreux spectacles, festivals et compétitionn artistiques. Depuis quelques années, il se consacre entièrement à l’écriture et aux différentes formes d’oralité.

1 Marc André Fortin

Bachelier en psychologie et ayant une formation en enseignement à l’université du Québec, Marc-André jongle professionnellement avec le conte depuis près de 10 ans. À l’affût des rumeurs et des mythes, il vous transporte dans son monde géantesque ; pays dont rêvent encore les fous et les poètes. Agrémenteur d’histoires sûrement vraies, il pige dans les faits historiques et les légendes pour leur donner une couleur singulière, profonde et humoristique.

Amoureux d’anecdotes de village et d’images langagières, Marc-André vous funambulise la ligne de nos ancêtres, celle qui départage le réel du doute. Il donne de la folie à ses récits et du fabuleux à ses personnages, du grand étendu qui dépasse l’étendement ! De la petite histoire quotidienne s’ouvrant sur du grandiose. Parce que parfois, mille mots valent mieux qu’une image.

Geneviève Marier

Pour Geneviève, le conte n’est pas qu’une occasion de spectacle, il fait partie de la vie. Dans sa famille, du grand-père aux petits, on racontait. Dans une famille de « haut-parleurs », il faut parfois se taire beaucoup. Mais la graine a germé. Sa parole à elle a grandi dans le conte en gardant des enfants et en travaillant auprès des jeunes.

Ont commencé ensuite 10 années de pérégrinations, où, à travers la traduction et l’animation sociale par le cinéma, elle a affiné son sens du mot juste et de l’image porteuse. Ont suivi des baptêmes importants : maternité et retour à la terre. Le conte au quotidien, quoi, avec tous ses défis !

Tout en étudiant en musique, elle a créé sur mesure des emplois d’été en alliant conte avec musique, marionnettes ou ombres chinoises. Elle a joué ensuite avec différentes formations de musique ancienne ou traditionnelle; parmi ces collaborations, des contes en musique,  dont « Cornebrise ».

Depuis 1996, elle conte pour des publics divers, au Québec et en France. Elle a participé comme conteuse à quelques festivals (Mémoire et Racine, Jos Violon, Les Grandes Gueules, Chés Wèpes en Picardie). Elle a tourné avec Les artistes à l’école, conté pour les tout-petits, pour les aînés et conté à la radio. Elle conte aussi dans les veillées, les fêtes populaires, les randonnées, les rassemblements communautaires ou politiques.

Depuis 3 ans, elle offre sa grande oreille aux conteurs qui lui en font la demande, en groupe ou seuls.

Juliana Léveillé-Trudel

Diplomée de l’UQÀM en Animation et recherche culturelles en 2008, Juliana est une touche-à-tout: théâtre, improvisation, chant et guitare constituent, avec l’écriture, ses plus grandes passions. En 2007, elle signe et interprète 24 heures pour Jérémie, son premier conte urbain, qui lui permettra d’obtenir le premier prix d’UQÀM en spectacle ainsi que le prix Coup de coeur lors de la finale nationale d’Université en spectacle. Depuis, elle a écrit et interprété plusieurs autres contes urbains, notamment Émilie au Pérou, présenté à cinq reprises à la Maison du Québec à St-Malo, en France, en mai et juin 2009. Juliana travaille actuellement à la préparation de son premier spectacle solo.

Éric M.

Éric M. a eu la piqûre du conte lors de sa première visite aux Dimanches du conte au Cabaret du Roy. Depuis, il partage ce goût des histoires avec ses deux jeunes filles, ses oreilles en or. Fervent amateur de musique traditionnelle, c’est aussi un passionné de l’histoire du Québec et de sa région, St-Denis-sur-Richelieu. Éric M. a complété l’atelier Praticonte 101 donné par Claudette L’Heureux et a conté aux Contes en cavale du Cercle des conteurs de l’Est de l’Ontario, aux Contes à la brunante.

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Patrice Michaud

Grand gagnant du Festival International de la chanson de Granby en 2009, récompensé à trois reprises au Festival en chanson de Petite-Vallée en 2008, (Prix de la Chanson Socan pour C’est chien pour les singes, le Prix du Public et le Prix du Grand 8 franco-québécois) le chansonneur et conteur gaspésien originaire de Cap-Chat, Patrice Michaud, nous présente ici Les produits du tiroir, un spectacle intimiste où la chanson, le conte et l’humour s’entrecroisent au fil des histoires que nous trimbalons tous, au fond de nous. C’est drôle, c’est fou, c’est triste mais avant tout beau et touchant.

Florian Fortin

Après des études en Littérature, Florian Fortin a poursuivi sa formation en Pédagogie, en Géographie, en Administration des Affaires et en Éducation. Il a fait carrière en enseignement et en gestion avant d’accéder à une « paisible » retraite.

Dans ses présentations orales, Florian Fortin dit Grognome, établit un dialogue avec le lecteur ou l’auditeur qu’il rend complices de ses digressions incongrues et de ses réflexions éthérées. Son texte, truffé d’humour et de jeux de mots, est le reflet de son caractère sérieusement espiègle et amuseur.

Il a présenté ses Légendes d’Éire Lande en spectacle de contes à l’occasion des festivités du 200e anniversaire d’Irlande, en 2008, et les a reprises encore cette année, le 8 août, en spectacle de clôture des fêtes annuelles. Entre temps, chaque semaine, il mêle la vie réelle à celle de ses personnages pour alimenter les joyeusetés qu’il présente aux invités pendant les soupers champêtres que son épouse leur sert à leur gîte touristique.

Voilà, il écrit, il s’amuse, il raconte, il amuse.

Caroline Legault

Animatrice tout-terrain au cœur tendre, à l’esprit vif, au flair fantaisiste et aux accents du terroir, Caroline Legault trouve son chemin vers le conte alors qu’en 2004, ses ovaires littéraires lui hurlent d’enfanter les histoires et personnages qu’elle porte. Un premier recueil de prose et récits poétiques voit ainsi le jour en 2007. Ce petit livre intitulé Tricot sacré et autres text’îles pour passer l’hiver au chaud pousse l’artiste à voyager par-delà sa banlieue montréalaise, ailleurs au Québec et en France. Partout où elle passe, ses talents de conteuse sont remarqués. Depuis, cette originale saisit toutes les occasions qui se présentent pour partager son univers à la fois drôle et émouvant… Toujours avec le même souci de raccommoder le merveilleux au quotidien ! Et le reste du temps, que fait-elle ? Elle étoffe… elle étoffe.

Catherine Viens

Depuis qu’elle est toute petite, elle raffole de l’écriture; contes, nouvelles, chansons, elle à de l’imagination à revendre. C’est en improvisant des histoires à ses enfant que l’idée de conter devant public a germée. Depuis, elle est tombée dans une marmite de « Cantine Motivé » ce qui lui a fait découvrir le milieu du conte Québécois et lui a donné l’occasion de pratiquer le conte pour adulte. Artiste de cirque à ses heures, elle cherche actuellement une façon de marier le conte à l’acrobatie, mais ça c’est une autre histoire.

Jérome Bérubé

Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps).

Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.

Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Nathalie Auclair

Éducatrice, femme de cœur et jardinière, Nathalie Auclair découvre sa passion pour les contes dès son plus jeune âge.  Nord-Côtière d’adoption, elle puise son inspiration dans la richesse de son environnement.

Depuis 2004, elle conte pour le jeune public et participe à divers évènements culturels et sociaux de sa région. À travers ses études en théâtre à l’Université Laval et sa participation à la ligue universitaire d’improvisation, elle développe son goût du jeu, des personnages et de l’imagination.

Son récent passage au Festival de conte et légende de L’Innucadie lui a valu l’invitation à participer aux « Nouveaux visage du conte au Québec. »