Duo découverte : Sophie Boissonneault et Robert Simard

Robert Simard

Historien de profession, Robert Simard est un raconteur hors pair, sachant marier l’invraisemblable au véritable, quelque part entre la fantaisie et le patrimoine. Il est un lien entre l’histoire et les livres où le raconteur trouve son conte. Laissez-vous transporter dans une rencontre située à la frontière du devoir de mémoire et des histoires à dormir debout.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Soirée d’ouverture

Venez vous joindre à nous pour ouvrir la 21e saison des Dimanches du conte. Plus d’une douzaine de conteuses et de  conteurs se relaieront sur scène à une folle vitesse proverbiale. Sous la houlette des animateurs Francis Désilets et Jean-Marc Massie, vous pourrez entendre Carine Kasparian, Marc André Fortin, Marie Pier Fournier, Sophie Boissonneault, Ronald Larocque, Céline Jantet, Isabelle Saint-Pierre et bien d’autres artistes. Invitée spéciale : l’électron libre de la saison Lucie Bisson

1 Isabelle St-Pierre

Fait entendre sa voix depuis 20 ans (poésie, slam, conte) au Québec, au Canada, en Acadie et en France. Artiste engagée, elle dirige et anime depuis 2005, des dizaines de spectacles, micro ouverts, concours, ateliers : Festival de conte de Bouche à Oreille (2005-2007), Festival Interculturel du conte du Québec (2005-2017). Elle dirige pendant 6 ans le volet conte/slam de l’État d'Urgence (ATSA) de 2005 à 2010, invitant plus d’une vingtaine d’artistes et donnant la parole aux sans-abris. Elle coorganise et anime depuis 2012, les Slam Sessions Montréal, soirées mensuelles avec une formule artiste invité et micro ouvert. En janvier 2016, elle crée un événement sans précédent à la librairie Port de Tête avec Caroline N. Hotte (CBC North), Paroles Fauves : vigile poétique contre la violence faite aux femmes autochtones. En avril 2017, elle a fait une résidence au Banff Centre for Arts, dans le cadre du programme de Spoken Word. En 2018, elle a survécu à la Grande nuit de la poésie de St-Venant-de-Paquette, elle a fait partie de la distribution du Cabaret des Hypothèses (FIL) dédié au croisement entre la science et la littérature, et a été régisseuse artistique du cabaret Dada Love (festival Phénoména). (Crédit photo : Mathieu Poirier)

1 Marc André Fortin

Bachelier en psychologie et ayant une formation en enseignement à l’université du Québec, Marc-André jongle professionnellement avec le conte depuis près de 10 ans. À l’affût des rumeurs et des mythes, il vous transporte dans son monde géantesque ; pays dont rêvent encore les fous et les poètes. Agrémenteur d’histoires sûrement vraies, il pige dans les faits historiques et les légendes pour leur donner une couleur singulière, profonde et humoristique.

Amoureux d’anecdotes de village et d’images langagières, Marc-André vous funambulise la ligne de nos ancêtres, celle qui départage le réel du doute. Il donne de la folie à ses récits et du fabuleux à ses personnages, du grand étendu qui dépasse l’étendement ! De la petite histoire quotidienne s’ouvrant sur du grandiose. Parce que parfois, mille mots valent mieux qu’une image.

Carine Kasparian

Auteure, sémiologue et conteuse, Carine puise ses histoires dans des récits vieux comme le temps ou de son imaginaire insolite. Son regard humaniste la plonge toujours plus en profondeur dans les tissus mystérieux de la nature humaine.  Ce qu’elle aime, ce sont ces histoires qui nous enracinent, nous jardinent, parsemant une pluie de mystère qui  nous pousse à grandir. Sur scène, son registre d’expression à la fois drôle et profond  prend sa source  au cœur d’un silence fertile, comme le note le journal Le Devoir : « Sans élever la voix, la conteuse murmure une histoire de mélodies intérieures[…] Entassée devant elle, la foule, muette, est suspendue à ses mots. Le brouhaha de l’entracte s’est complètement éclipsé. » Ses contes se sont promenés tant au Québec qu’en France ou ailleurs. Entrepreneuse dans l’âme, elle a participé à la création et au développement de plusieurs événements  tels que la Fabuleuse Nuit du conte, le Bal des ménestrels,  le Balai des Conteurs et les Semeurs de Contes.

Céline Jantet

Céline est conteuse, c'est à dire qu'elle partage avant tout des histoires. Revendiquant le conte comme un art actuel, Céline porte des récits d'hier qui résonnent aujourd'hui et écrit des histoires contemporaines ouvertes sur le monde de demain. Depuis 2006, Céline est conteuse pour des publics de tous les âges. Elle offre aux plus jeunes et à leur famille des spectacles imagés. Elle crée des solos féminins percutants pour le public adulte. On peut la voir œuvrer auprès d'autres conteurs ou d'autres artistes pour faire entendre une parole contemporaine à contre-courant, là où on ne l'attendrait pas.

Lucie Bisson

C’est par la menterie (petite histoire pour divertir) que Lucie Bisson fait son entrée dans le milieu du conte au Québec. Les prix qu’elle remporte sont le début d’une magnifique odyssée dans le monde merveilleux de la parole conteuse. Elle écrit la plupart de ses histoires tantôt insolites, tantôt frôlant la vérité et elle n’oublie jamais que toute vérité n’est pas bonne à dire… Lucie Bisson poursuit sa route sur le chemin du conte, remplie de gratitude envers ceux et celles qui ont su, par leurs encouragements et leurs précieux conseils, faire grandir ses ailes de conteuse et devenir la raconteuse qu’elle est aujourd’hui.

www.conte-quebec.com/conteurs/lucie-bisson-0

Marie-Pier Fournier

Formée au théâtre, en graphisme et en ethnologie, passionnée par l’odeur des livres, exploratrice de l’insolite, jongleuse habile de la parole, Marie-Pier Fournier raconte et chante à partir du répertoire traditionnel et contemporain. Elle s’intéresse particulièrement à la « parlure » d’autrefois, c’est pourquoi elle puise son inspiration dans les documents d’archives et auprès des aînés directement. C’est ce patrimoine vivant qu’elle souhaite partager, cette façon qu’ont ces « porteurs de tradition » de raconter et de chanter spontanément et sans artifices.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Concours de menteries de la Confrérie des menteurs

Pour une cinquième année consécutive sera déclaré le « Grand Endimancheur de la menterie ». Le très sélect Jury votera pour le meilleur menteur de la soirée, celui qui saura les enfirouaper, les enguirlander, bref les séduire! La soirée sera animée par Éric Michaud et les participants seront Sophie Boissonneault, Véronique Béchard,  Marc-André Fortin, Yolaine, Gisèle Ndong Biyogo, Francis Désilets et l’électron libre de la saison Ronald Larocque.

Une menterie est une des plus vieille forme du conte : un récit de vie grandement exagéré qui reste dans le domaine du possible (douteux mais possible!). Ce spectacle de conte est chapeauté par la Confrérie des menteurs du Québec

Fondée par les conteurs Éric Michaud, Francis Désilets et Marc-André Fortin, La Confrérie des Menteurs du Québec (CMQ) est un regroupement faisant la promotion de la menterie comme forme d’expression artistique. La devise de la CMQ est : artifex mendacium (forgerons de mensonges). Hormis l’organisation de concours de menterie, la CMQ a notamment pour objectif de rapporter et dénoncer les menteurs sans scrupules sévissant au Québec tout en récoltant des dons afin de dédommager une personne, un regroupement, une entreprise ou un organisme ayant été lésée par voie mensongère.

Gisèle Ndong Biyogo

Humoriste, auteure et conteuse, NBG utilise les mots pour divertir, faire tomber les préjugés et créer l'harmonie. Avec humour et passion, elle entraîne son auditoire dans la vie quotidienne des gens au cœur d’une Afrique qui a les pieds solidement implantés dans son passé, dans ses mythes et croyances et ayant résolument la tête tournée vers la modernité.

Extraits de presse

"La Grande-dame-en-noir (Gisèle Ndong Biyogo) raconte, avec virtuosité du verbe et du geste, les aventures de Tika, la petite coquine. L’histoire d’un jeune personnage qui tente de comprendre la foi de sa grand-mère et le quotidien troublé du grand-père. Tout simplement hi-la-rant! "

LOUISA LAFABLE, MÉDIA MOSAÏQUE, 22 Octobre 2010

"Lundi 18 octobre, le Petit Medley s’est transformé en village africain (...) Pour cette première édition, l’organisation avait opté pour deux conteurs aguerris. Ludovic N’doly et Gisèle Ndong Biyogo. Aussi grande qu’un eucalyptus et devant un baobab (imaginaire, mais obligatoire), cette dernière a livré toute une prestation pour la première."

Stephane Waffo Touki Montréal 22. octobre 2010

" « La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille » affirme Gisèle Ndong Biyogo. C’est ainsi que se résumeraient les chroniques de cette femme originaire du Gabon. La néo-Québécoise cumule deux talents : c’est une humoriste surprenante et une conteuse vivifiante. L’artiste a conquis le public avec ses mots aiguisés jeudi soir, au Balattou."

Mathilde Mercier Touki Montréal 18 mars 2011

1 Marc André Fortin

Bachelier en psychologie et ayant une formation en enseignement à l’université du Québec, Marc-André jongle professionnellement avec le conte depuis près de 10 ans. À l’affût des rumeurs et des mythes, il vous transporte dans son monde géantesque ; pays dont rêvent encore les fous et les poètes. Agrémenteur d’histoires sûrement vraies, il pige dans les faits historiques et les légendes pour leur donner une couleur singulière, profonde et humoristique.

Amoureux d’anecdotes de village et d’images langagières, Marc-André vous funambulise la ligne de nos ancêtres, celle qui départage le réel du doute. Il donne de la folie à ses récits et du fabuleux à ses personnages, du grand étendu qui dépasse l’étendement ! De la petite histoire quotidienne s’ouvrant sur du grandiose. Parce que parfois, mille mots valent mieux qu’une image.

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Francis Désilets

Le conte dans la bouche de Francis Désilets, c’est la tradition qui ne mâche pas ses mots. Ce conteur d’expérience vous emmène avec lui dans son imaginaire pour un voyage dans le temps et dans ces lieux à revisiter. Car le conteur dialogue avec le public, l’écoute, le questionne et s’inspire de ses réactions pour nourrir son histoire. Il dévoile une manière de conter bien à lui. Les traces de sa formation en histoire lui servant aussi à enrichir ses contes. Vous ne serez pas que diverti, vous serez transportés ! Enfin, Francis Désilets, c’est la chanson à répondre qui s’invite pour la soirée. Il en ponctue ses histoires pour vous enchanter et offrir le conte sous un jour nouveau.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Véronique Béchard

Véronique vient d'arriver sur la planète conte; en juin 2013, elle réussit son atterrissage en raflant à la fois le prix du public et le prix du jury au  Concours International de Menteries de Vaudreuil. Sincère et pertinente, elle fait dans la création et s'intéresse surtout à ces moments où la vie est si intense qu'elle en devient absurde et ridicule... comme ce moment de grande déclaration où l'orateur a quelque chose de pris entre les dents. Car alors une question intéressante s'élève; qu'est-ce qui attirera le plus l'attention : l'éloquence d'un homme ou le de ti-boutte de laitue qui détonne entre sa canine et sa pré-molaire?

Yolaine

Depuis plus de 10 ans, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014. Lancée, elle a aussi remporté le 1er prix au concours de menteries du festival Atalukan en 2015 et 2016, ainsi que le prix du jury au Concours intermondial de menteries des Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion en 2016. Elle s'occupe de la programmation des événements de l'organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.

Concours : Que le meilleur conte !

Généralement disputée dans le cadre du cercle des conteurs de Trois-Rivières, cette édition fera escale à Montréal cette année. Variation sur un même thème, 5 conteuses et conteurs vous raconteront leur version d’un conte traditionnel. Seul règlement : aucun ne peut raconter la version dite « originale » qui sera plutôt racontée par l’animateur de la soirée, Marc André Fortin.  Les conteuses et conteurs seront Sophie Boissonneault, Céline Jantet,  Alexandre Gauthier, Yolaine et Jérôme Bérubé. Invité spécial : Ronald Larocque.

1 Marc André Fortin

Bachelier en psychologie et ayant une formation en enseignement à l’université du Québec, Marc-André jongle professionnellement avec le conte depuis près de 10 ans. À l’affût des rumeurs et des mythes, il vous transporte dans son monde géantesque ; pays dont rêvent encore les fous et les poètes. Agrémenteur d’histoires sûrement vraies, il pige dans les faits historiques et les légendes pour leur donner une couleur singulière, profonde et humoristique.

Amoureux d’anecdotes de village et d’images langagières, Marc-André vous funambulise la ligne de nos ancêtres, celle qui départage le réel du doute. Il donne de la folie à ses récits et du fabuleux à ses personnages, du grand étendu qui dépasse l’étendement ! De la petite histoire quotidienne s’ouvrant sur du grandiose. Parce que parfois, mille mots valent mieux qu’une image.

Alexandre Gauthier

Alexandre Gauthier cumule plus d’une centaine de prestations devant divers publics. Il a participé aux Fêtes de la Nouvelle France, à des soirées au musée de Pointe à Callière, au 150e de Victoriaville, à la Fête nationale de la Mauricie, etc... Issu du monde de l’improvisation, Alexandre s’adapte et interagit avec le public. C’est par son originalité et son sens de l’humour qu’il nous embarque dans ses histoires. Formé à l’INIS en scénarisation, il poursuit une carrière d’auteur. Alexandre Gauthier est scénariste sur plusieurs projets pour la télévision, le cinéma et le Web.

Céline Jantet

Céline est conteuse, c'est à dire qu'elle partage avant tout des histoires. Revendiquant le conte comme un art actuel, Céline porte des récits d'hier qui résonnent aujourd'hui et écrit des histoires contemporaines ouvertes sur le monde de demain. Depuis 2006, Céline est conteuse pour des publics de tous les âges. Elle offre aux plus jeunes et à leur famille des spectacles imagés. Elle crée des solos féminins percutants pour le public adulte. On peut la voir œuvrer auprès d'autres conteurs ou d'autres artistes pour faire entendre une parole contemporaine à contre-courant, là où on ne l'attendrait pas.

Jérome Bérubé

Conteur lumineux, Jérome Bérubé, à un cerveau comparable à une encyclopédie troué : les connaissances s’y connectent de façons absurde et inattendu.  Écouter ses histoires à l’effet de se verser des bonbons pétillants sur la matière grise. Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps). Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Yolaine

Depuis plus de 10 ans, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014. Lancée, elle a aussi remporté le 1er prix au concours de menteries du festival Atalukan en 2015 et 2016, ainsi que le prix du jury au Concours intermondial de menteries des Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion en 2016. Elle s'occupe de la programmation des événements de l'organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.

Nouveaux visages du conte

 

 

Depuis déjà 20 ans, nous vous présentons les nouveaux visages du conte qui ont retenu l’attention du Diable Vert aux quatre coins du Pays Incertain. L’instant d’une soirée animée par Jean-Marc Massie, les Dimanches du conte vont renouer avec l’esprit cabaret qui a fait sa popularité à ses débuts. Cette année, vous pourrez entendre Claudia Tabor, Valérie Lavoie, Sylvie Proulx, Marie-Joëlle Croteau, Sophie Boissonneault, Dominique Martel, Ève Doyon, Robert Simard, Michel Payer et plusieurs autres. Invité spécial : l’électron libre de la saison Ronald Larocque.

Claire Lavoie

Claudia Tobar

Claudia Tobar est une artiste versatile de la scène.  Musique, humour et poésie sont tous des moyens qu'elle prend pour raconter des histoires, faire part de ses observations ou livrer des confidences.  Sur un parfois comique, parfois méditatif, ce qu'elle a à dire est toujours sincère.

Dominique Martel

Par sa voix singulière qui la prédestine littéralement au jeu et sa présence très enracinée sur scène, l’auteure et conteuse Dominique Martel s’est ancré dans le territoire de la scène émergente avec son spectacle Mémoire sauvage. Fidèle à sa signature, l’artiste réussit encore une fois à forger un bijou à partir d’une pierre sombre : La mort est reine de cette création, mais grâce au doigté poétique de l’auteure et servi ici par un imaginaire déjanté comme jamais, Mémoire sauvage s’inscrit comme une œuvre des plus lumineuses. Telle une fable animale brillamment pensée, elle vous fera voyager au-delà de votre propre mémoire. «On a affaire ici à toute une conteuse !» Francine Grimaldi, Radio-Canada

Ève Doyon

Marie-Joëlle Croteau

Il n’était pas tout à fait une fois, une  « pas tout à fait trentenaire » qui adorait conter toutes sortes d’histoires. Tantôt elle racontait sa vie, parlant de ses recettes préférées et de son 52e enfant qui avait un don particulier pour redécorer toutes les chaussures qui passaient par là, d’un teint jaune-vert-marron-rose de sa bile magique, qui sortait aussitôt qu’on frottait le petit génie, tantôt elle contait des contes que tout le monde connait, ceux de grimm étaient parmi ses préférés ; elle avait un penchant pour les 3 p’tits cochons et le p’tit chaperon rouge…les versions revisitées avaient toute son attention puisqu’elle avait du mal à saisir la logique de guérir une grand-mère à grand coup de cholestérol, moyennant des biscuits et un p’tit pot de margarine. Bref, la « pas tout à fait trentenaire » adorait conter toutes sortes de choses et un beau jour on lui parla des nouveaux visages du conte. Bien qu’elle était loin d’avoir un nouveau visage avec ses rides qui parlaient tranquillement au coin de ses yeux agrémenter de pattes d’oie dans le genre vilain p’tit canard, elle fut intriguée par l’idée. Elle avait l’habitude de conter une seule fois par année, au festival des contes et légendes de Leeds, mais pour une raison qu’elle n’a encore jamais dite à personne, elle avait envie de conter par de là le p’tit patelin de Saint-Jacques de Leeds. Elle avait une envie folle de renouveler sa face et décida donc de prendre son courage avec sa langue et demanda à qui fallait s’adresser. Et elle s’adressa. Elle s’adressa au messie, celui qui laissait une chance au p’tit, au grand, au moyen, au ridé pas ridé de conter devant un auditoire de ville. La suite de l’histoire s’écrit à l’instant, alors que  la « pas tout à fait trentenaire » se trimballe un peu partout avec ses recettes à partager, une pincée de passion, une cuillère à thé de sauterelle et une bonne dose d’amour à mélanger partout, partous.

Michel Payer

Michel Payer est un calleux de sets carrés, un chanteux de chansons à répondre et un conteux d’histoires et de légendes : plus traditionnel que ça, tu meurs! Comme conteur, en plus de donner des ateliers de contes dans des écoles de sa région et de présenter son spectacle « Contes à Payer », il collabore  avec des groupes musicaux pour des spectacles contes-musique, il présente des extraits de ce mélange de contes, de légendes et d’anecdotes historiques lors de la Fête Nationale ainsi que pour la Société d’Histoire de Saint-Jérôme (lors de la reconnaissance de dix personnages historiques). Choisissez votre profil : « En place pour un set »,  « Excusez-la » ou « Ça d’l’air qu’y paraît que j’ai entendu dire… »

Robert Simard

Historien de profession, Robert Simard est un raconteur hors pair, sachant marier l’invraisemblable au véritable, quelque part entre la fantaisie et le patrimoine. Il est un lien entre l’histoire et les livres où le raconteur trouve son conte. Laissez-vous transporter dans une rencontre située à la frontière du devoir de mémoire et des histoires à dormir debout.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Sylvie Proulx

Sylvie Proulx est chanteuse et conteuse. Musicothérapeute de formation et bachelière en musique, elle enseigne la musique et l’art dramatique à l’école primaire. Aussitôt qu’elle le peut, elle inclut le conte dans son enseignement. Elle a fait partie de nombreuses productions en Estrie, dont le festival Les jours sont contés. Avec ses performances, elle aime toucher, surprendre et déstabiliser. Sylvie a rencontré le conte autour des années 2000 et ne l’a plus quitté depuis. Elle aime raconter, avec son franc-parler et ses manières sans prétention, la vie des gens ordinaires qu’elle transforme en perles extraordinaires.

Valérie Lavoie

Val La Vie aime les histoires. Les raconter et les écouter, mais surtout les Vivre. Toutes sortes d'histoire, encore plus celles qui lui permettent de réfléchir et de grandir. Elle aime être marquée par une histoire, ne plus être tout à fait la même après qu'elle soit passée dans sa Vie. Curieuse, chercheuse, enseignante, militante, exploratrice, voyageuse, conteuse, elle ne saurait plus trop se décrire... À travers son parcours de Vie, c'est l'expérience humaine dans toutes ses facettes qui l'intéresse. Vivre la Vie, tout simplement.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L’anthropologie, l’intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Concours de menterie : La confrérie des menteurs

Pour une quatrième année consécutive sera déclaré le « Grand Endimancheur de la menterie ». Le très sélect Jury votera pour le meilleur menteur de la soirée, celui qui saura les enfirouaper, les enguirlander, bref les séduire! Cette année, les participants seront Sophie Boissonneault, Véro Béchard,  Marc-André Fortin, Jérome Bérubé et Alexandre Gauthier, grand gagnant de l’an dernier qui viendra défendre son titre.

Une menterie est une des plus vieille forme du conte : un récit de vie grandement exagéré qui reste dans le domaine du possible (douteux mais possible!). Ce spectacle de conte est chapeauté par la Confrérie des menteurs du Québec

Fondée par les conteurs Éric Michaud, Francis Désilets et Marc-André Fortin, La Confrérie des Menteurs du Québec (CMQ) est un regroupement faisant la promotion de la menterie comme forme d’expression artistique. La devise de la CMQ est : artifex mendacium (forgerons de mensonges). Hormis l’organisation de concours de menterie, la CMQ a notamment pour objectif de rapporter et dénoncer les menteurs sans scrupules sévissant au Québec tout en récoltant des dons afin de dédommager une personne, un regroupement, une entreprise ou un organisme ayant été lésée par voie mensongère.

Alexandre Gauthier

Alexandre Gauthier cumule plus d’une centaine de prestations devant divers publics. Il a participé aux Fêtes de la Nouvelle France, à des soirées au musée de Pointe à Callière, au 150e de Victoriaville, à la Fête nationale de la Mauricie, etc... Issu du monde de l’improvisation, Alexandre s’adapte et interagit avec le public. C’est par son originalité et son sens de l’humour qu’il nous embarque dans ses histoires. Formé à l’INIS en scénarisation, il poursuit une carrière d’auteur. Alexandre Gauthier est scénariste sur plusieurs projets pour la télévision, le cinéma et le Web.

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Jérome Bérubé

Conteur lumineux, Jérome Bérubé, à un cerveau comparable à une encyclopédie troué : les connaissances s’y connectent de façons absurde et inattendu.  Écouter ses histoires à l’effet de se verser des bonbons pétillants sur la matière grise. Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps). Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Véronique Béchard

Véronique vient d'arriver sur la planète conte; en juin 2013, elle réussit son atterrissage en raflant à la fois le prix du public et le prix du jury au  Concours International de Menteries de Vaudreuil. Sincère et pertinente, elle fait dans la création et s'intéresse surtout à ces moments où la vie est si intense qu'elle en devient absurde et ridicule... comme ce moment de grande déclaration où l'orateur a quelque chose de pris entre les dents. Car alors une question intéressante s'élève; qu'est-ce qui attirera le plus l'attention : l'éloquence d'un homme ou le de ti-boutte de laitue qui détonne entre sa canine et sa pré-molaire?