Stéphanie Bénéteau en solo

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011

La soirée d’ouverture des Dimanches du conte

La Soirée d’Ouverture des Dimanches du Conte avec Élise Boucher Degonzague (Abénakise), Sophie Boissonneault, Essouma Long (Cameroun), André Lemelin, Gisèle Ndong Biyogo (Gabon), Caroline Legault, Stéphanie Bénéteau, Katia Rock (Innue), Les Contes de la Barouette, Franck Sylvestre (Martinique) et Jérome Bérubé . Invité spécial : l’électron libre de la saison Nicola Rochette

Essouma Long (Cameroun)

Avec cet artiste, les mots ont du poids, il sait les mettre au service des proverbes et autres adages avec lesquels il traite des thèmes de l’intimidation, de l’obéissance et de la trahison. Il est certes d’origine africaine mais ce ne sont pas seulement des contes ethniques qu’il raconte. Son répertoire est majoritairement constitué de récits inspirés du contexte actuel. Ses textes ont comme valeurs universelles l’amour, l’amitié, la solidarité et la justice. Toute sa démarche artistique tend à montrer que les notions de partage et de transmission font l’essence du conte.

Gisèle Ndong Biyogo (Gabon)

Humoriste, auteure et conteuse, NBG utilise les mots pour divertir, faire tomber les préjugés et créer l'harmonie. Avec humour et passion, elle entraîne son auditoire dans la vie quotidienne des gens au cœur d’une Afrique qui a les pieds solidement implantés dans son passé, dans ses mythes et croyances et ayant résolument la tête tournée vers la modernité.

Extraits de presse

"La Grande-dame-en-noir (Gisèle Ndong Biyogo) raconte, avec virtuosité du verbe et du geste, les aventures de Tika, la petite coquine. L’histoire d’un jeune personnage qui tente de comprendre la foi de sa grand-mère et le quotidien troublé du grand-père. Tout simplement hi-la-rant! "

LOUISA LAFABLE, MÉDIA MOSAÏQUE, 22 Octobre 2010

"Lundi 18 octobre, le Petit Medley s’est transformé en village africain (...) Pour cette première édition, l’organisation avait opté pour deux conteurs aguerris. Ludovic N’doly et Gisèle Ndong Biyogo. Aussi grande qu’un eucalyptus et devant un baobab (imaginaire, mais obligatoire), cette dernière a livré toute une prestation pour la première."

Stephane Waffo Touki Montréal 22. octobre 2010

" « La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille » affirme Gisèle Ndong Biyogo. C’est ainsi que se résumeraient les chroniques de cette femme originaire du Gabon. La néo-Québécoise cumule deux talents : c’est une humoriste surprenante et une conteuse vivifiante. L’artiste a conquis le public avec ses mots aiguisés jeudi soir, au Balattou."

Mathilde Mercier Touki Montréal 18 mars 2011

Kathia Rock (Innue)

Enfant, Kathia Rock baigne dans l’effervescence créatrice de sa communauté d’origine : les innus de la Côte-Nord, véritable nid d’artistes, musiciens et chanteurs infatigables. Elle sera spécialement inspirée par leur premier auteur-compositeurinterprète : Philippe Mckenzie, le père de la chanson innue. Kathia est plus particulièrement initiée à la création musicale par Claude Mckenzie, au temps du groupe Kashtin. Elle donne ses premières performances à de nombreux concours organisés dans sa communauté. S’exilant à Montréal, elle compose ses chansons en innu et se produit sur plusieurs scènes. Elle s’initie aux productions audiovisuelle et multimédia, au théâtre, à la danse, à l’interprétation scénique, et aux différentes techniques vocales. Elle est régulièrement convoitée aux 4 coins du Québec pour chanter dans les festivals, les événements spéciaux, ou en tant qu’artiste principale. L’univers musical de cette Innue de Maliotenam est théâtral et teinté de poésie. Elle s’inspire tant de l’urbanité que de la vie en communauté. La poésie tient une grande place dans ses chansons tout comme dans ses spectacles et ce questionnement sur la vie l’a emmenée au théâtre et au métier de comédienne. Sa présence sur scène y a gagné en intensité et en profondeur, tout comme sa manière de chanter s’est enrichie grâce à cette expérience. Une première rencontre s'est fait en 2000 avec le metteur en scène Yves Sioui-Durand des Productions Ondinnok. En 2004 elle participe à la pièce HAMLET le Malécite, suit de nombreux ateliers de JEU DEVANT LA CAMÉRA et D’IMPROVISATION avec Peter Batakliev, Normand Caselais, Yves Sioui-Durand. Elle a ensuite participé à un premier long métrage MESNAK, première production autochtone à voir le jour avec des membres des Premières Nations. En 2011, elle fait partie d’EX MACHINA « LA TEMPÊTE » mis en scène par nul autre que Robert Lepage et participe avec un rôle principal à une autre production autochtone, MAINA. Elle revient au théâtre aux côtés de Catherine Joncas dans la pièce "Le Maître de la rosée" qui sera présentée à la salle Fred Barry.

André Lemelin

Je raconte depuis le milieu des années 1990 où j’ai tour à tour exploré les contes urbains et merveilleux, pour finalement approfondir la manière traditionnelle de conter : je brode mes histoires sur des canevas en relation avec l’auditoire, j’improvise au besoin et je choisis mes contes selon les gens présents et l’environnement dans lequel j’évolue. En marge de ma pratique de conteur professionnel, j’explore la forme et questionne l'esthétique de la narration orale au moyen de procédés narratifs et de différentes technologies afin de porter ma pratique vers un art de la contemporanéité. Site personnel

Élise Boucher-DeGonzague (Abénakise)

Chanteuse et musicienne, auteure, compositrice et interprète abénakise

Connue d'abord au Québec en tant qu'interprète de la chanson, Élise poursuit sa carrière en France où elle s'installe pendant une quinzaine d'années chantant son pays au piano et au tambour. De retour au Québec, sa culture abénakise s'inscrit plus que jamais dans ses nouvelles œuvres. Issu de son dernier album, Élise nous présente un extrait de son conte musical N'TOKI (Je me réveille). Inspirés par la légende W8banaki de la création du monde, ses textes, paroles et mélodies honorent l'univers des berceuses ancestrales des Premières Nations.

Franck Sylvestre

Franck Sylvestre est conteur – musicien depuis vingt ans et il visite les établissements scolaires avec ses spectacles de contes et ses ateliers de percussion depuis une quinzaine d’années. 
Il joue pour plusieurs compagnies de théâtre québécoises dont le théâtre les Deux Mondes, The Other Théâtre et dans différentes productions cinématographiques dont Elvis Gratton 2. Il produit en 2007 avec le soutien du CALQ, du CAC, du M.A.I. et de la MdC Mercier le spectacle Kabaret Karaïbes. Son livre réalisé en collaboration avec les élèves de l’école secondaire Sophie Barat intitulé Contes du ciel et de la terre est sorti en avril 2010 aux éditions Planète Rebelle.

Jérome Bérubé

Conteur lumineux, Jérome Bérubé, à un cerveau comparable à une encyclopédie troué : les connaissances s’y connectent de façons absurde et inattendu.  Écouter ses histoires à l’effet de se verser des bonbons pétillants sur la matière grise. Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps). Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Les contes de la Barouette

Les contes de la Barouette, c'est Audrey "Bartòk" Bellerose-Battaglini et Joël ''La Mouette'' Ménard, deux conteurs qui se sont connus lors de leurs études en théâtre à Lionel-Groulx. Ils ont commencé à conter dans les camps chacun de leur côté avant de former un duo et de se convertir à un public plus adulte. L'une forte de sa formation en musique et en chant classique, l'autre animé par une passion insatiable d'histoire et d'études de la mythologie, ils nourrissent chacun de leurs contes de leurs forces respectives ainsi que de leur passion pour la scène. Ensemble, ils racontent leurs créations autant que les contes du répertoire en explorant différents styles de racontage, certains classiques et d'autres moins. Ils jouent, en personnage ou non, avec l'imaginaire de ces univers autant qu'avec les réalités historiques de chaque époque.

Nicolas Rochette

Nicolas Rochette est un conteur cofondateur de l'organisme de création/production en conte contemporain La Quadrature (laquadra.ca). Depuis 2005, il a dirigé et créé des oeuvres contées qui remettent en question les formes de représentation de ce que l'on voit sur scène depuis le renouveau du conte. Nicolas Rochette a conté dans de nombreux événements et festivals de conte au Québec, en plus de représentations en Europe et en Afrique. De 2008 à 2017, il a été directeur général du Regroupement du conte au Québec.

Sophie Boissonneault

Sophie Boissonneault, comédienne depuis plus de 30 ans, conteuse depuis quelques années, elle crée ses propres textes depuis 2011. Originaire de la ville de Québec, elle vit maintenant à Notre-Dame-de-Ham, au Centre-du-Québec où sa création s’est déployée en même temps que l’immersion rurale ! Elle s’amuse avec les mots, le monologue, le conte, le drôle, le tragique… En 2011, naquit un personnage : Penouche, qui l’amena à explorer une poésie philosophique et clownesque pour patcher les cœurs troués. Son matériel original s’inspire de l’isolement social, la marginalité, l’appropriation du pouvoir d’agir, la quête du bonheur, etc. La scène et la création sont des terrains de jeux fertiles, loufoques et salvateurs. La création, c’est sa résilience. Ses mots-clés : Créer, Aimer et Rassembler pour patcher des cœurs troués. L'anthropologie, l'intervention sociale et la création artistique coexistent en elle créant ainsi, le temps d’une performance, une rencontre authentique, humaine et enveloppante.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011

Paroles de femmes

On l’a connaît pour sa parole crue, acérée, mais aussi sensible et engagée. En 2013, après quinze ans à la direction artistique, Claudette l’Heureux lui remet la barre de Parole de Femmes aux Dimanches du conte. Dès lors Nadine se donne un mandat de quatre ans pour en finir avec cette proposition privilégiée. S’il n’y a pas de parole d’homme, pour quoi une parole de femme, n’est-on pas égaux ? La parole a-t-elle un genre ? S’il nous a fallu faire un pont pour prendre la parole, nous ne devons pas nous endormir dessus pour la garder.

Après « Les filles du roy » (2013) qui nous projetait dans nos racines, « Femmes du monde » (2014) offrant une perspective sur une parole multiculturelle et « Femmes folles » (2015) parce heureuses les fêlées, car elles laissent, elles aussi, passer la lumière, « Femme à Mort » sera la dernière parole de femmes pour en finir avec le genre ! Ainsi, les dimanches du conte auront une programmation équilibrée… sans genre, mais avec classe. Parole d’honneur !

Claudette L’Heureux

Dans le cadre des Dimanches du conte, Claudette aura été de la première et la dernière soirée des Paroles de femmes. Elle en a connu des belles, errant, cherchant sa vérité du moment. Une chance que la Poule à Madame Moreau veillait au grain. « Tu as fait longue vie pleine d’histoires et ce n’est pas la fin. Tu as une voix faite pour les contes. Tu es : : charmante  L:   loyale  A : adorable  U : unique  D : droite E:  énergique  T:  tenace T : tendre  E : étincelante LUNA SAURIOL 12 ANS

Isabelle Crépeau

Née une nuit de pleine lune, élevée parmi les fées, les sorcières et les loups, Isabelle Crépeau, surnommée la louve, croit au magique pouvoir de transformation des contes. Elle raconte avec bonheur ses histoires douces, gourmandes et parfois féroces pour ravir les petites et les grandes oreilles. Bohème, elle se fait entendre dans les bibliothèques, les festivals, les événements en plein air et partout où on veut l’entendre, saisissant toutes les occasions d’explorer les paysages d’ici, qui habitent ses contes. Elle incarne le personnage de dans le spectacle de danse et conte pour jeune public, avec le collectif de folklore urbain ZØGMA danse. Avec la collaboration du CALQ, elle a fait une résidence artistique au Nouveau-Brunswick, en 2008, pour la création de À pas de louve. Elle a publié Sedna, une adaptation d’une légende Inuk, aux éditions du Soleil de Minuit en 2009. Conteuse en résidence, dans les bibliothèques de Montréal-Nord en 2011 et en 2014, elle y a initié une trentaine de classes du primaire à la création orale d’autant d’histoires merveilleuses… Consultez son site internet.

Mafane

Mafane débarque de L’île de La Réunion avec des contes de l’Océan Indien.  Elle s’accompagne d’un arc musical et ponctue ses histoires en nous enchantant les oreilles avec des tirades en créole réunionnais, bien de chez-elle. Pour Mafane, le conte a  été l’occasion de redécouvrir le folklore d’où elle vient, de se souvenir de Gran Mèr Kal, de Ti Zan et de Gran diab et des autres, de se rappeler les légendes du Voile de la mariée, de la Vierge noire ou de Madame Desbassayns.

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l'Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses. « Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017 «L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010. « Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.  

Petronella Van Dijk

Petronella van Dijk œuvre dans le milieu du conte depuis 25 ans. En tant que directrice du festival Les jours sont contés en Estrie (pendant 20 ans) et de Productions Littorale, une des plaques-tournantes du conte au Québec. Elle est aussi reconnue comme formatrice et conférencière. Elle a commencé à conter en l'an 2000, orientant rapidement ses choix vers l'univers du conte populaire et surtout du conte merveilleux, séduite tant par l'insondable ancienneté de ces récits que par les mystères qu'ils portent, transmettant, l'air de rien, ce que l'humain a de plus profond en lui.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011

La grande louche et autres contes au féminin

Nourricières, amantes, dévergondées, paresseuses, héroïques, infidèles, coquines, désobéissantes: ce spectacle explore les femmes dans toute leur tumultueuse humanité. Telle la nymphe Callisto devenue grande louche dans le ciel, la conteuse vous servira une casserole pleine de récits savoureux qui explorent avec humour et poésie la condition féminine dans toutes ses contradictions.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011

Clin d’œil aux filles du Roy

Le mois de Vénus

C’est déjà la seizième année consécutive que le premier dimanche du mois de mars est réservé aux conteuses afin de marquer La Journée internationale des femmes. Dirigé et animé à l’origine par Claudette L’Heureux, le spectacle Paroles de femmes,  devenu un classique dans le milieu du conte,  sera désormais sous la houlette  de Nadine Walsh. Cette saison, pour marquer la longévité de Paroles de femmes, c’est le mois de mars en entier qui sera dédié aux femmes. Cinq spectacles inédits mettant en vedette les conteuses du Québec seront présentés au cours du mois. Si les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus, et bien Vénus se fera Mars en 2014.  Le mois de Mars sera «Le moi de Vénus».

Clin d’œil aux filles du Roy

Cinq conteuses ouvrent leur coffre pour partager l’héritage des filles du Roy : 100 aiguilles, 1000 épingles, un mouchoir… mais ce coffre contient aussi une tonne de courage, une montagne de patience, un jardin de savoirs, une langue de Roy, un livre à corps ouvert, des recettes, des ragots et des remèdes.

Contes anciens et nouvelles contemporaines tissent une toile où l’on devine la vie de mille fois mille femmes, en même temps ce pourrait être celle d’une seule, de sa venue à sa mort.

Pour cette soirée « Paroles de femmes », Stéphanie, Céline, Claudette, Lucie et Nadine rendent hommage à ces femmes d’honneur venues bâtir un pays.

Stéphanie Bénéteau, Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, elle raconte les grands récits de la tradition mondiale.

Lucie Bisson, Elle est conteuse dans l’âme. Elle raconte avec son cœur et son vécu. C’est avec beaucoup d’émotions et de vitalité qu’elle apporte sa propre couleur au conte.

Céline Jantet, Humaniste et féministe, elle interroge avec le conte nos préjugés. Ses créations invitent à la quête d’un avenir inespéré. Joueuse, elle jongle aussi bien avec le contenu des histoires qu’avec la forme pour les raconter.

Claudette L’Heureux, Certains sont tombés dans les histoires quand ils étaient petits. Elle, ce sont les histoires qui lui sont tombées dedans. Abreuvée de contes de fées par son père, nourrie de soupe au caillou par sa mère, cela lui fit bonne bouche pour la parole conteuse.

Nadine Walsh, À travers ses histoires Nadine fouille ses racines et porte une mémoire vive. Ses contes sont vivants, émouvants et toujours d’actualité parce qu’ils parlent de la nature humaine et de la Nature elle-même.

Céline Jantet

Céline est conteuse, c'est à dire qu'elle partage avant tout des histoires. Revendiquant le conte comme un art actuel, Céline porte des récits d'hier qui résonnent aujourd'hui et écrit des histoires contemporaines ouvertes sur le monde de demain. Depuis 2006, Céline est conteuse pour des publics de tous les âges. Elle offre aux plus jeunes et à leur famille des spectacles imagés. Elle crée des solos féminins percutants pour le public adulte. On peut la voir œuvrer auprès d'autres conteurs ou d'autres artistes pour faire entendre une parole contemporaine à contre-courant, là où on ne l'attendrait pas.

Claudette L’Heureux

Dans le cadre des Dimanches du conte, Claudette aura été de la première et la dernière soirée des Paroles de femmes. Elle en a connu des belles, errant, cherchant sa vérité du moment. Une chance que la Poule à Madame Moreau veillait au grain. « Tu as fait longue vie pleine d’histoires et ce n’est pas la fin. Tu as une voix faite pour les contes. Tu es : : charmante  L:   loyale  A : adorable  U : unique  D : droite E:  énergique  T:  tenace T : tendre  E : étincelante LUNA SAURIOL 12 ANS

Lucie Bisson

C’est par la menterie (petite histoire pour divertir) que Lucie Bisson fait son entrée dans le milieu du conte au Québec. Les prix qu’elle remporte sont le début d’une magnifique odyssée dans le monde merveilleux de la parole conteuse. Elle écrit la plupart de ses histoires tantôt insolites, tantôt frôlant la vérité et elle n’oublie jamais que toute vérité n’est pas bonne à dire… Lucie Bisson poursuit sa route sur le chemin du conte, remplie de gratitude envers ceux et celles qui ont su, par leurs encouragements et leurs précieux conseils, faire grandir ses ailes de conteuse et devenir la raconteuse qu’elle est aujourd’hui.

www.conte-quebec.com/conteurs/lucie-bisson-0

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l'Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses. « Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017 «L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010. « Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.  

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011

24 mars – Persée avec Stéphanie Bénéteau

Lorsque le roi Acrisios apprend par l’oracle de Delphes que son petit-fils le tuera un jour, il enferme sa fille Danaé dans une tour de bronze afin de l’empêcher de faire un enfant. Mais Zeus se transforme en pluie d’or et s’unit à la belle Danaé, lui faisant un enfant qu’elle nommera Persée. Ainsi commence le mythe de Persée, un des grands héros de la mythologie grecque, qui affrontera l’horrible Méduse au regard pétrifiant et rencontrera des nymphes nubiles, des monstres de mer et de cruels tyrans avant de faire face enfin à son grand-père et à son destin. La conteuse Stéphanie Bénéteau ramène le mythe à sa forme originale, l’oralité, dans un voyage initiatique plein d’aventure, d’humour et d’émotion qui donne une nouvelle vie à ce mythe millénaire.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011

13 mars – Tristan et Iseut

Passion érotique et vengeance meurtrière se succèdent dans ce téléroman médiéval qui vous gardera ensorcelé jusqu’aux derniers moments d’une douceur envoûtante. Le roi Marc, sa femme Iseult et son neveu Tristan, pris dans un triangle amoureux classique, naviguent entre dangers et délices accompagnés d’une foule bigarrée de personnages, nains, servantes et lépreux qui apportent couleur et humour au récit. Amour, humour, voyages en mers, dragons, belles rousses aux yeux verts, nobles chevaliers et rois cocus : tout y est pour une soirée délectable. Tristan et Iseult a été crée sous la direction artistique d’Alberto Garcia Sanchez, grâce à une subvention du Conseil des arts et lettres du Québec.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant.

Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née.

Revue Lurelu

Hiver 2011

Ce que les gens en disent.

« J’aime bien penser que la relation d’un conteur, ou d’une conteuse, avec son conte c’est comme une histoire d’amour : tout commence avec un coup de foudre. En travaillant avec Stéphanie sur Tristan et Iseult, j’ai assisté à une histoire d’amour entre une conteuse et son conte. Je peux dire que j’ai été gâté aussi bien par l’une que par l’autre. »

Alberto García Sánchez

Conteur, comédien, metteur en scène

« Pour avoir programmé ce spectacle lors d’une soirée des Contes de la pleine lune à L’Anse St-Jean, je peux certifier que Stéphanie a charmé un public peu habitué aux contes. Une histoire qui lui colle à la peau, usant de finesse, d’humour et de sensualité, Stéphanie raconte en toute simplicité et pourtant les images et les personnages apparaissent comme dans un film. L’intrigue m’a tenue en haleine et j’ai été captivée du début à la fin. »

Nadine Walsh,

Conteuse et directrice artistique, Les contes de la pleine lune à l’Anse St Jean

“J’ai tout vu! J’avais l’impression d’être au cinéma.”

Élizabeth Desjardins, conteuse.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant.

Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née.

Revue Lurelu

Hiver 2011

19 avril – Le jardin parfumé: contes érotiques de Shéhérazade.

Le jardin parfumé: contes érotiques de Shéhérazade.

Les contes des Mille et Une Nuits baignent dans une atmosphère sensuelle et souvent érotique, où
l’amour, heureux ou malheureux, facilité ou contrarié, généreux ou possessif, circule comme un long fleuve dans lequel
les amants viennent s’ébattre et folâtrer. Du Caire à Damas, en passant par Basra, vous découvrirez la colère des sultans,
la magie des djinns et les ruses des femmes, en suivant les aventures rocambolesques des amants Jamila et Hassan,
séparés à la naissance mais unis par le destin.

Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant.

Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née.

Revue Lurelu

Hiver 2011

Myriame El Yamani

Conteuse et écrivaine, Myriame El Yamani a flâné sur plusieurs continents à la recherche de ce métissage des cultures et des rêves de l’humanité. Elle en a ramené des sons et des images uniques qu’elle partage avec passion depuis 20 ans. Elle a promené son sac à histoires, du Canada en France, en passant par le Bénin, l’Espagne, l’Allemagne, les États-Unis, le Brésil, etc. Elle a fondé et dirigé de 2002 à 2007 un festival de conte en Acadie (la NICA) et, de 2006 à 2012, la Maison internationale du conte à Montréal. Elle enseigne depuis 2013 la sociologie de la culture et de l’oralité ainsi que la pratique du conte à l’UQAM. Elle est vice-présidente de DAM (Diversité artistique Montréal).

Voir www.myriameelyamani.com

Voir https://sociologie.uqam.ca/professeur?c=martineau.myriame

Hassan El Hadi

Auteur compositeur-interprète, Hassan El Hadi a remporté le premier prix de joueur de Oud (luth oriental) au Conservatoire de musique de Marrakech en 1994. Il s’inspire des musiques arabes et berbères pour créer une musique originale et enracinée dans la tradition. Il a produit un disque, Salam Québec, en 2003 et excelle au banjo, au oud et aux percussions.

Ce que les médias en ont dit

“Deux voix différentes, chacune dans son registre, dans ses émotions propres,
dans son univers. Deux présences, tour à tour plus posées, plus aériennes, plus intimistes.
Deux conteuses qui s’interpellent, qui se renvoient l’histoire, chacune avec sa personnalité. Entre les deux,
comme un trait d’union, mais encore plus comme un ciment pour unifier le récit, le souligner, le faire rebondir,
lui donner une autre couleur, vient la musique d’Hassan. Vous avez su emporter le public dans un monde lointain,
parfumé comme devait l’être le Bagdad des mille et une nuits. Les festivaliers ont beaucoup apprécié cette
soirée pleine de poésie, de malice, de magie.”

Michel Corrignan, Directeur artistique du festival «Passeurs d’histoires», Juillet 2007.

“Ces paroles mélangées, empreintes de sensualité et de connivence, sont magnifiques.
La sultane Myriame répond à la princesse Stéphanie, et le oud d’Hassan souligne merveilleusement bien le lien entre les deux voix.”

Joël Smets, conteur.