Les deux épées du roi Arthur

1 décembre 2019  à 19:30 avec Stéphanie Bénéteau

Tout le monde sait que le roi Arthur portait une épée légendaire. Ce que l’on sait moins c’est qu’Arthur n’avait pas une mais deux épées. Qu’a-t-il fait pour les mériter? Dans cette relecture de la grande légende, la conteuse Stéphanie Bénéteau commence au tout début, avant même qu’Arthur soit né, alors que l’épée Excalibur dort encore entre les bras de la Dame du lac. Le public retrouvera l’enchanteur Merlin et surtout Morgane, demi-sœur d’Arthur qui détient la clé du mystère de l’épée de l’enfant-roi. 

Fidèle à son habitude, Stéphanie Bénéteau nous emporte dans une grande fresque du Moyen-Âge qui explore une ancienne légende sous un angle neuf. Après Tristan et Iseult et le mythe de Persée, la conteuse ouvre pour son public le grand livre de la légende arthurienne. Les scènes se succèdent dans l’imaginaire du spectateur comme au cinéma, en toute simplicité mais avec la puissance que portent les vieux récits.

Ce spectacle a été soutenu par une bourse de création du Conseil des arts du Canada et mis en scène par Alberto Garcia Sanchez.


Stéphanie Bénéteau

Avec sa parole poétique, sa gestuelle gracieuse et sa voix envoûtante, Stéphanie Bénéteau raconte depuis vingt ans les grands récits de la tradition mondiale. Son répertoire passe par les Mille et Une Nuits, les contes coquins, la légende médiévale et la mythologie grecque.  Stéphanie Bénéteau présente régulièrement ses spectacles à l’étranger. Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour créer ses spectacles dont Tristan et Iseult, Coquines et Costaudes (spectacle de contes érotiques) et Persée, basé sur le mythe grec. On trouve dans les contes de Stéphanie une voix lyrique et actuelle qui nous raconte les vieux contes de la tradition mondiale comme s’ils nous parlaient, ici et maintenant. Une langue savoureuse, un accent indéfinissable, au parfum de voyage. La voix se feutre, se module, envoûte. Et quand elle parle, la magie opère. Stéphanie s’efface imperceptiblement et les images apparaissent. C’est une conteuse née. Revue Lurelu Hiver 2011