21 novembre – L’Homme qui est mort deux fois. la nouvelle création des hommes à scie

21 novembre 2010  à 20:00 avec Benoît Roland, Jean-Marc Massie, Les Hommes à scie, Marc St-Pierre et Simon Gauthier

Les conteurs électriques

Tout le mois de novembre sera consacré aux conteuses et conteurs qui ont fait le pari de maîtriser la bête électrique, sous toutes ses formes musicales. Lorsque l’ampli Marshall, la guitare Gibson et la pédale wa wa se mettent au diapason du conte en faisant vibrer les cordes vocales du narrateur, tout peut arriver, y compris l’apparition de pylônes verglacés au beau milieu du Cabaret du Roy.

L’Homme qui est mort deux fois

Après une résidence de création à Trois Pistoles sous l’égide des compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant, Les Hommes à scie sont de retour  plus électrifiés que jamais.

Imaginez un violon à clou répondant à la vibration d’une scie à moulin ; une égoïne électrique accompagnée par un carillon de crow-bars; le tintement du cristal se faufilant entre les maillons d’une chaîne forgée à même les clous du Christ. Dans cette nouvelle création, vous flotterez sur une croix de bois déferlant sur une rivière en furie jusqu’au lac Saint-Pierre, véritable cimetière où dorment les obus oubliés.  Les Hommes à scie content en toute impunité, dérobent votre imaginaire, détournent vos rêves vers de lumineux cauchemars.

Simon Gauthier

Simon Gauthier est maître de l’égoïne. De La flûte enchantée à La valse aux adieux, en passant par l’hymne national américain version Hendrix, il joue de tout sur sa scie musicale. Un vrai juke-box boosté aux astéroïdes. Avec ses spectacles : Corne de brume, Simon Pète les plombs et Source(s), il habite la planète Conte depuis maintenant dix années et s’y porte très bien. Énergique, passionné, tantôt drôle, tantôt émouvant, il nous emmène dans des mondes oniriques et éclatés, vers lesquels on se laisse entraîner avec un indéniable plaisir. Natif de Sept-Îles, il a commencé sa carrière sur la Côte-Nord, en contant de village en village, à  la manière des troubadours. Très apprécié en France, Simon y a fait plus de deux cents spectacles depuis 2005. Il s’est aussi produit en Suisse, en Belgique, en Tunisie, aux Pays-Bas et au Burkina Faso, où il a représenté le Québec au Xe Sommet de la francophonie, à Ougadougou. Comme l’a si bien dit Michel Faubert : «Simon est notre bédéiste de la parole.» On le reconnaît facilement en compagnie de son inséparable partenaire, la scie musicale, dont il tire des notes improbables.

Marc St-Pierre

Marc St-Pierre

Le métallurgiste hurlant aux mains d’acier et au coeur d’or

Diplômé et enseignant en électromécanique, concepteur et réalisateur d’équipement hydropneumatique, soudeur émérite, métallurgiste de pointe, ébéniste décapant doué d’un sens musical stupéfiant, Marc St-Pierre est le concepteur de tous les instruments inusités des Hommes à  scie : égoïne amplifiée, scie gong, réverbe à  ressorts, crowbar mélodique, etc. Ayant déjà  été magicien pour la roulotte à  Buissonneault, au fil du temps, Marc St-Pierre est devenu l’un des bruit-colleurs les plus originaux du Québec. Artisan, avec Simon Gauthier, de la Sciemonmarc, une scie musicale brevetée au métal harmonique unique, Marc St-Pierre a modelé de toutes pièces le visage actuel des Hommes à  scie. Une présence scénique indéniable et un aplomb inébranlable en font le maillon primordial des Hommes à  scie.

Benoit Rolland

Benoit Rolland

Le gardien de la console affolée

Auteur-compositeur-interprète bachelier du Conservatoire de musique du Québec à  Montréal en composition électroacoustique, Benoit Rolland évolue depuis 10 ans dans le monde de la musique actuelle et contemporaine . Il a collaboré avec plusieurs artistes, dont Alexis O’Hara, le Floating Band, Esther Bourdages, Jean-François Blouin, Joe La Mouk etc… Sous le nom de Gentil Panda, il a lancé un album au printemps 2008. Depuis 2005, il est le compositeur maison du Théâtre de l’Utopie ; il a notamment fait la musique de Ce fou de Platonov de Tchekov, au théâtre Prospero, à  l’hiver 2005, et du Misanthrope de Molière, au bain Saint-Michel, à  l’hiver 2006. Enfin, il a été l’un des membres fondateurs de Da Oust Fiends, un groupe de punk-noise surréaliste mêlant mime, performance, vidéo, et ayant laissé “sens dessus-dessous” entre autres la Sala Rossa et le Cabaret Juste pour rire. Musicien-robot culinaire aux divers mélanges sonores, Benoit Rolland donne le ton. Le son des Hommes à  scie, c’est lui.