Déjà 20 ans ! Nouveaux visages du conte !

Depuis déjà 20 ans, la scène des Dimanches du conte a vu défiler un nombre grandissant de conteuses et de conteurs émergents dans le cadre de la série « Nouveaux visages du conte ». Cette année, l’éclaireur Jean-Marc Massie nous présente celles et ceux qu’il a remarqués parmi tous les nouveaux talents qui ont foulé les planches des Dimanches du conte depuis 20 ans. Au menu : Carine Kasparian, André Morin, Alexandre Gauthier, Yolaine, Nicolas Landry, Mafane, Gisèle N’Dong Biyogo, Clémentine Nogrel, Nadyne Bédard, Cédric Landry, Mathieu Riendeau et Essouma Long. Invité spécial : l’électron libre de la saison Ronald Larocque.

 

 

Gisèle Ndong Biyogo

Humoriste, auteure et conteuse, NBG utilise les mots pour divertir, faire tomber les préjugés et créer l’harmonie. Avec humour et passion, elle entraîne son auditoire dans la vie quotidienne des gens au cœur d’une Afrique qui a les pieds solidement implantés dans son passé, dans ses mythes et croyances et ayant résolument la tête tournée vers la modernité.

Extraits de presse

« La Grande-dame-en-noir (Gisèle Ndong Biyogo) raconte, avec virtuosité du verbe et du geste, les aventures de Tika, la petite coquine. L’histoire d’un jeune personnage qui tente de comprendre la foi de sa grand-mère et le quotidien troublé du grand-père. Tout simplement hi-la-rant!  »

LOUISA LAFABLE, MÉDIA MOSAÏQUE, 22 Octobre 2010

« Lundi 18 octobre, le Petit Medley s’est transformé en village africain (…) Pour cette première édition, l’organisation avait opté pour deux conteurs aguerris. Ludovic N’doly et Gisèle Ndong Biyogo. Aussi grande qu’un eucalyptus et devant un baobab (imaginaire, mais obligatoire), cette dernière a livré toute une prestation pour la première. »

Stephane Waffo Touki Montréal 22. octobre 2010

 » « La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille » affirme Gisèle Ndong Biyogo. C’est ainsi que se résumeraient les chroniques de cette femme originaire du Gabon. La néo-Québécoise cumule deux talents : c’est une humoriste surprenante et une conteuse vivifiante. L’artiste a conquis le public avec ses mots aiguisés jeudi soir, au Balattou. »

Mathilde Mercier Touki Montréal 18 mars 2011

Alexandre Gauthier

Alexandre Gauthier cumule plus d’une centaine de prestations devant divers publics. Il a participé aux Fêtes de la Nouvelle France, à des soirées au musée de Pointe à Callière, au 150e de Victoriaville, à la Fête nationale de la Mauricie, etc…

Issu du monde de l’improvisation, Alexandre s’adapte et interagit avec le public. C’est par son originalité et son sens de l’humour qu’il nous embarque dans ses histoires. Formé à l’INIS en scénarisation, il poursuit une carrière d’auteur. Alexandre Gauthier est scénariste sur plusieurs projets pour la télévision, le cinéma et le Web.

André Morin

Conteur à l’âme barbare… Il terrasse les dragons et débusque les chimères depuis le berceau. Il livre des histoires drôles, touchantes ou poétiques avec une perspicace naïveté qui fait son charme. Il sait captiver petits et grands par son style authentique,  sans détour et sa facilité à endosser des personnages aussi colorés que variés… Tous les soirs vers sept heures, il tente de convaincre les enfants d’aller au lit, et, chaque décembre, quand sa barbe blanchit, il file vers le Nord pour sa tournée annuelle…André conte pour les jeunes et pour les adultes. Il a étudié en exploration théâtrale au Cégep Lionel-Groulx et, toujours soucieux de se perfectionner, il a suivi plusieurs ateliers de formation sur le conte, notamment avec Anne-Marie Aubin, Renée Robitaille, François Lavallée et Dan Yashinsky, Alexis Roy et Alberto Garcia Sancez.

Carine Kasparian

Auteure, sémiologue et conteuse, Carine puise ses histoires dans des récits vieux comme le temps ou de son imaginaire insolite. Son regard humaniste la plonge toujours plus en profondeur dans les tissus mystérieux de la nature humaine.  Ce qu’elle aime, ce sont ces histoires qui nous enracinent, nous jardinent, parsemant une pluie de mystère qui  nous pousse à grandir.

Sur scène, son registre d’expression à la fois drôle et profond  prend sa source  au cœur d’un silence fertile, comme le note le journal Le Devoir : « Sans élever la voix, la conteuse murmure une histoire de mélodies intérieures[…] Entassée devant elle, la foule, muette, est suspendue à ses mots. Le brouhaha de l’entracte s’est complètement éclipsé. » Ses contes se sont promenés tant au Québec qu’en France ou ailleurs.

Entrepreneuse dans l’âme, elle a participé à la création et au développement de plusieurs événements  tels que la Fabuleuse Nuit du conte, le Bal des ménestrels,  le Balai des Conteurs et les Semeurs de Contes.

Cédric Landry

C’est dans ses Îles-de-la-Madeleine natales que Cédric Landry fait ses débuts, notamment en participant à la Ligue madelinienne d’improvisation et en fondant la troupe de théâtre Les Palabreux.  En 1997, il fonde la Ligue d’improvisation de Rimouski (LIR) et, en 2006, il cofonde le Théâtre l’Exil. On lui décerne le Prix de la relève artistique du Bas-Saint-Laurent en 2006 et le Prix culturel rimouskois en 2009. Cédric Landry est l’auteur de plusieurs pièces de théâtre dont Recherchés, Pierre-Luc à Isaac à Jos (en nomination au prix Michel-Tremblay pour le meilleur texte dramatique en 2009) et Raphaël à Ti-Jean. Parallèlement, Cédric œuvre en cinéma et télévision. Il a entre autres réalisé la série Capitaines des hauts-fonds, diffusée à Explora et à Ici Radio-Canada. Son premier spectacle de conte théâtral a été présenté au Vieux Treuil (Îles-de-La-Madelaine) pour 20 représentations à l’été 2016 et sera de la programmation du Théâtre du Bic au printemps 2017.

Clémentine Nogrel

Clémentine est née en 1989, sous le soleil du sud de la France. Petite, elle avait beaucoup de tâches de rousseurs. Elle se racontait des histoires sur le monde et sur la vie. Bien plus tard, elle est partie pour Rimouski. Maintenant, elle fait ce qu’elle voulait faire quand elle avait beaucoup de tâches de rousseurs : raconter de douces folies sur ce qu’aurait pu être la vie, dans un univers différent. Attirée par le monde de la nourriture, de la poésie, du romantisme et du voyage, ses contes soulignent la magie des petites choses du quotidien.

Essouma Long

Avec cet artiste, les mots ont du poids, il sait les mettre au service des proverbes et autres adages avec lesquels il traite des thèmes de l’intimidation, de l’obéissance et de la trahison. Il est certes d’origine africaine mais ce ne sont pas seulement des contes ethniques qu’il raconte. Son répertoire est majoritairement constitué de récits inspirés du contexte actuel. Ses textes ont comme valeurs universelles l’amour, l’amitié, la solidarité et la justice. Toute sa démarche artistique tend à montrer que les notions de partage et de transmission font l’essence du conte.

Mafane

Mafane débarque de L’île de La Réunion avec des contes de l’Océan Indien.  Elle s’accompagne d’un arc musical et ponctue ses histoires en nous enchantant les oreilles avec des tirades en créole réunionnais, bien de chez-elle. Pour Mafane, le conte a  été l’occasion de redécouvrir le folklore d’où elle vient, de se souvenir de Gran Mèr Kal, de Ti Zan et de Gran diab et des autres, de se rappeler les légendes du Voile de la mariée, de la Vierge noire ou de Madame Desbassayns.

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Nadyne Bédard

Nadyne Bédard est conteuse et chanteuse de répertoire traditionnel et contemporain, mais aussi conseillère pédagogique au collégial et impliquée en formation au Regroupement du conte au Québec (RCQ). Aussi ethnologue, Nadyne a collecté, avec Marie-Pier Fournier, des histoires et des chansons auprès de porteurs de traditions en Montérégie, puis publié un livre-CD et créé un spectacle en duo intitulé Raconte! portant sur cette expérience marquante dans sa démarche artistique. Le pari du silence est sa plus récente création solo.

Nicolas Landry

Nicolas Landry est né aux îles de la Madeleine. Quand il a commencé à conter des histoires, il est allé à la rencontre des anciens, des pêcheurs, des femmes et des artisans pour écouter leurs récits de vie, leur parole. Les bouts de mémoire qu’il a pris dans ses filets se sont mêlés aux images de son coin de pays – un vent éternel, une soif insaoûlable, un cimetière marin et des buttes rondes comme le monde – et c’est comme ça qu’il a tricoté avec la parlure de son enfance des contes à rire, à rêver et à voyager dans l’en premier.

Magnifique ! Mélange entre poésie et conte madelinot.

Danny Poirier, CFIM, lundi le 4 juillet 2011

Nicolas Landry a puisé à même la mémoire des Iles afin d’en raconter les miracles du quotidien. Sous sa plume, il a trasformé ses souvenirs en poésie et en histoires à dormir debout […] aux détours des parlures de son enfance, il raconte avec finesse et sensibilité ses pèlerinages sur la plage et ses anecdotes lyriques.

Sara Dignard, Le Radar, 7 au 13 juillet 2011

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Yolaine

Depuis plus de 10 ans, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014. Lancée, elle a aussi remporté le 1er prix au concours de menteries du festival Atalukan en 2015 et 2016, ainsi que le prix du jury au Concours intermondial de menteries des Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion en 2016. Elle s’occupe de la programmation des événements de l’organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.

Duo découverte avec Serge Yvan Bourque et Mathieu Riendeau

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Serge Yvan Bourque

Originaire de Rimouski, Serge Yvan Bourque a un baccalauréat en psychosociologie et une maîtrise de son humour à l’École nationale de l’humour.  Globetrotteur, il a donné plus de cent spectacles en Europe.  Il anime les soirées « Je ris donc je suis » à la Taverne Jarry (Montréal).  « Pas brillant mais lumineux » est sa quatrième pièce-monologue.   (www.sergeyvanbourque.com)

Il émane une telle sincérité de ce jeune barbu que l’on se laisse séduire. Il nous embarque dans des récits épiques qui nous emmènent sur un improbable aéroport du Grand Nord disparaissant sous la neige, aussi bien que dans le Rwanda ravagé par le génocide. La gentillesse du ton, la tendresse du regard lui permettent de dire une vérité pas toujours rose sur l’humanité qu’il croise.  (…) Cet optimisme forcené fait de son spectacle un moment aussi drôle que revigorant. On comprend qu’il se soit lui-même aimé sur sa page professionnelle Facebook, on partage son engouement.

Nicolas Blondeau, Le Progès (Lyon), 10 octobre 2015

Serge Yvan Bourque a partagé sa philosophie positive et a amené un peu de cette joie qui l’entoure.  L’artiste en a profité pour amorcer quelques réflexions sur les sujets qui dérangent, mais avec une distanciation comique et un sens de la justice poétique. Il a montré, à travers ce spectacle, intitulé Pas brillant mais lumineux, que l’on pouvait trouver un peu de lumière partout, et chez tout le monde.

Élodie Malet, Ouest-France, 17 octobre 2015

Les nombreux thèmes piquent différents niveaux de curiosité, de quoi nous garder toujours à l’affût de l’originalité des textes et de la justesse de plusieurs réflexions bien senties. L’énergumène de bonne foi a d’ailleurs le mérite de nous pousser à s’interroger sur le «comment en est-il arrivé là?» et le toujours aussi gagnant: «mais comment fait-il pour penser à de telles choses?»

Jim Chartrand, La Bible Urbaine, 17 juillet 2013

Soirée d’ouverture de la saison 2016-2017 des Dimanches du conte

Le 4 septembre à 17h, vous êtes cordialement invités au Jockey pour l’avant-spectacle d’ouverture des Dimanches du conte. Pour l’occasion, un gâteaux Spécial Caramel Whisky vous sera offert par le Maître pâtissier Michel Longchamp, histoire de bien commencer la saison. Le spectacle quant à lui commencera comme d’habitude à 19h30.

Pour la soirée d’ouverture de la nouvelle saison des dimanches du conte,  Francis Désilets et Jean-Marc Massie seront à l’animation et  recevront une belle brochette de conteurs émérites.

Au menu : Lucie Bisson, Marc André Fortin,  Catherine Ego, Serge Yvan Bourque, Richard Léveillé, Stéphane Guertin, Yolaine, Alexandre Gauthier, , Marie-Pier Fournier, Mathieu Riendeau, Yves Robitaille et l’électron libre de la saison Mafane.

Alexandre Gauthier

Alexandre Gauthier cumule plus d’une centaine de prestations devant divers publics. Il a participé aux Fêtes de la Nouvelle France, à des soirées au musée de Pointe à Callière, au 150e de Victoriaville, à la Fête nationale de la Mauricie, etc…

Issu du monde de l’improvisation, Alexandre s’adapte et interagit avec le public. C’est par son originalité et son sens de l’humour qu’il nous embarque dans ses histoires. Formé à l’INIS en scénarisation, il poursuit une carrière d’auteur. Alexandre Gauthier est scénariste sur plusieurs projets pour la télévision, le cinéma et le Web.

Catherine Ego

Dans le parcours de Catherine Ego, tout tourne autour du dire.

Chroniqueuse de littérature, animatrice de radio, traductrice, auteure… Tout ce que raconte la langue et qui la raconte la fascine. Sur le plan artistique, c’est d’abord par le théâtre que sa passion pour les mots s’exprime, jusqu’aux formes extrêmes du dire : mime, virevolte linguistique et virtuosité vocale. En 1995, elle fonde avec le guitariste et compositeur Arturo Parra la troupe de guitare et voix parlée Paroles Égales, le théâtre pour l’oreille. Après avoir créé des textes d’autres auteurs, Catherine Ego est devenue depuis 2003 la « voix » de Paroles Égales à plus d’un titre, puisqu’elle écrit maintenant poèmes, contes et récits pour la troupe. Elle travaille également avec des artistes visuels et sème ses textes aux quatre vents dans le cyberespace, les cafés, les revues littéraires et l’espace public.

Lucie Bisson

C’est par la menterie (petite histoire pour divertir) que Lucie Bisson fait son entrée dans le milieu du conte au Québec. Les prix qu’elle remporte sont le début d’une magnifique odyssée dans le monde merveilleux de la parole conteuse. Elle écrit la plupart de ses histoires tantôt insolites, tantôt frôlant la vérité et elle n’oublie jamais que toute vérité n’est pas bonne à dire… Lucie Bisson poursuit sa route sur le chemin du conte, remplie de gratitude envers ceux et celles qui ont su, par leurs encouragements et leurs précieux conseils, faire grandir ses ailes de conteuse et devenir la raconteuse qu’elle est aujourd’hui.

www.conte-quebec.com/conteurs/lucie-bisson-0

Mafane

Mafane débarque de L’île de La Réunion avec des contes de l’Océan Indien.  Elle s’accompagne d’un arc musical et ponctue ses histoires en nous enchantant les oreilles avec des tirades en créole réunionnais, bien de chez-elle. Pour Mafane, le conte a  été l’occasion de redécouvrir le folklore d’où elle vient, de se souvenir de Gran Mèr Kal, de Ti Zan et de Gran diab et des autres, de se rappeler les légendes du Voile de la mariée, de la Vierge noire ou de Madame Desbassayns.

Marie-Pier Fournier

Formée au théâtre, en graphisme et en ethnologie, passionnée par l’odeur des livres, exploratrice de l’insolite, jongleuse habile de la parole, Marie-Pier Fournier raconte et chante à partir du répertoire traditionnel et contemporain. Elle s’intéresse particulièrement à la « parlure » d’autrefois, c’est pourquoi elle puise son inspiration dans les documents d’archives et auprès des aînés directement. C’est ce patrimoine vivant qu’elle souhaite partager, cette façon qu’ont ces « porteurs de tradition » de raconter et de chanter spontanément et sans artifices.

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Richard Léveillé

Comme chanteur et conteur, il a écrit une trentaine de chansons et une quinzaine de contes originaux qu’il présente sporadiquement dans des événements culturels tels : Festival international de littérature, Les décrocheurs d’étoiles (Radio Canada), Alliance Française de Sao Paulo, Brésil,  Festival de Troy, Montréal du Gers (France), Maison Alphonse Daudet à Draveil (France), Dimanche du conte (Sergent Recruteur et Cabaret du Roy), Les Mardis Gras, Festival du conte de Bouche à oreille, Voix d’Amérique(2002,2006), Maison Louis Fréchette (Lévis) Maison Chénier-Sauvé (Saint-Eustache), contes et légendes de Dolbeau-Mistassini, contes et récits de Trois-Pistoles, festival Jos Violon. ,etc.

Comme guitariste : 5 albums en duo avec Fortin-Léveillé et 3 albums en quatuor avec : Fortin-Léveillé-Donato-Nasturica

Serge Yvan Bourque

Originaire de Rimouski, Serge Yvan Bourque a un baccalauréat en psychosociologie et une maîtrise de son humour à l’École nationale de l’humour.  Globetrotteur, il a donné plus de cent spectacles en Europe.  Il anime les soirées « Je ris donc je suis » à la Taverne Jarry (Montréal).  « Pas brillant mais lumineux » est sa quatrième pièce-monologue.   (www.sergeyvanbourque.com)

Il émane une telle sincérité de ce jeune barbu que l’on se laisse séduire. Il nous embarque dans des récits épiques qui nous emmènent sur un improbable aéroport du Grand Nord disparaissant sous la neige, aussi bien que dans le Rwanda ravagé par le génocide. La gentillesse du ton, la tendresse du regard lui permettent de dire une vérité pas toujours rose sur l’humanité qu’il croise.  (…) Cet optimisme forcené fait de son spectacle un moment aussi drôle que revigorant. On comprend qu’il se soit lui-même aimé sur sa page professionnelle Facebook, on partage son engouement.

Nicolas Blondeau, Le Progès (Lyon), 10 octobre 2015

Serge Yvan Bourque a partagé sa philosophie positive et a amené un peu de cette joie qui l’entoure.  L’artiste en a profité pour amorcer quelques réflexions sur les sujets qui dérangent, mais avec une distanciation comique et un sens de la justice poétique. Il a montré, à travers ce spectacle, intitulé Pas brillant mais lumineux, que l’on pouvait trouver un peu de lumière partout, et chez tout le monde.

Élodie Malet, Ouest-France, 17 octobre 2015

Les nombreux thèmes piquent différents niveaux de curiosité, de quoi nous garder toujours à l’affût de l’originalité des textes et de la justesse de plusieurs réflexions bien senties. L’énergumène de bonne foi a d’ailleurs le mérite de nous pousser à s’interroger sur le «comment en est-il arrivé là?» et le toujours aussi gagnant: «mais comment fait-il pour penser à de telles choses?»

Jim Chartrand, La Bible Urbaine, 17 juillet 2013

Stéphane Guertin

Voilà peut-être ce qui explique ma démarche sinueuse qui me ramène toujours aux contes. D’abord, je suis musicien folklorique depuis le tout jeune âge. Mon apprentissage du violon s’est fait entre deux bouillies d’eau d’érable dans un contexte familial, un contexte de grands rassemblements, de chants et d’histoires à dormir debout de mes grands-parents. Assoiffé d’expériences, j’ai débuté à 18 ans une longue suite de voyages qui me firent découvrir de multiples cultures dans une quinzaine de pays d’Europe et d’Amérique latine. Ces voyages m’ont donné la soif d’apprendre et de transmettre mes expériences. J’ai alors écrit quelques articles journalistique sur ces voyages en plus d’animer des rencontres d’explorateurs où j’ai pu raconter en long et en large mes aventures exotiques. Elles furent mes premières expériences de conteur.

Stéphane Guertin est un excellent conteur (…) Un spectacle novateur! (Anne Michaud, Radio-Canada, 9 février 2012)

Il voulait faire rire, c’est réussi. Il voulait inciter à la réflexion, là aussi, c’est réussi. (Marc-André Joanisse, Le Droit, 14 septembre 2007)

Talentueux comédien, improvisateur et conteur ! (Mélissa Proulx, Hebdomadaire Voir, 9 décembre 2007)

Bravo encore une fois pour C’est arrivé à Sainte-Utopie. Stéphane Guertin a entre les mains, dans la tête et dans la bouche un spectacle sublime.  Longue vie!  (Benoît Osborne, Rock-Détente, 20 décembre 2007)

Yolaine

Depuis plus de 10 ans, Yolaine compose ses contes autour de thèmes tirés des folklores traditionnel et contemporain. Elle a participé à de nombreuses soirées et festivals à travers le Québec, ainsi qu’en France et au Togo. Yolaine a remporté la première place au concours de menteries de Moncrabeau, en France, et est ainsi devenue la reine des menteurs 2014. Lancée, elle a aussi remporté le 1er prix au concours de menteries du festival Atalukan en 2015 et 2016, ainsi que le prix du jury au Concours intermondial de menteries des Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion en 2016. Elle s’occupe de la programmation des événements de l’organisme Les Ami.e.s Imaginaires, diffuseur de contes, de légendes et de menteries à Québec.

Yves Robitaille

Vétéran du Sergent recruteur (lieu d’origine des Dimanches du conte 1998 à 2008) et membre du collectif des Semeurs de contes depuis 2013, Yves Robitaille se promène avec ses histoires dans sa besace pour qui en veut bien. Il a présenté plusieurs spectacles dont Les contes de Canterbury,(d’après Chaucer), Au matin du monde, (mythes grecs de la création), Kwaidan, (histoires fantastiques japonaises). Conteur du mois des Dimanches du conte, il a présenté sa Suite troyenne, l’histoire de la guerre de Troie, des origines jusqu’à la vengeance d’Ulysse, une épopée de huit heures contée en cinq épisodes chaque dimanche du mois de mai 2015. Pour préparer cette série, il fut le 2e conteur à obtenir la résidence en conte à Saint-Élie-de-Caxton qu’offrent conjointement Fred Pellerin, le Regroupement du conte au Québec (RCQ) et le Conseil des Arts et des lettres du Québec (CALQ). De 2003 à 2015 Il fut l’animateur de l’émission de radio Aux portes du conte que réalisait Luc Desnoyers sur les ondes de CIBL 101,5 à Montréal. En avril 2017, il présentera le Décaméron, d’après Boccace aux Dimanches du conte.

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

LES DIMANCHES DU CONTE. SOIRÉE D’OUVERTURE DE LA SAISON 2015-2016

Pour la soirée d’ouverture de la nouvelle saison des dimanches du conte,  Jean-Marc Massie sera à l’animation et  recevra une belle brochette de conteur.

Au menu : Nadine Walsh, Francis Désilets, Arleen Thibault, Mathieu Riendeau, Renée Robitaille, Ronald Larocque, Lucie Bisson, Éric Michaud, Jérôme Bérubé, Marc Sauvageau, Véronique Béchard et Yoda lefebvre. Invitée spéciale : L’électron libre de la saison Gisèle Ndong Biyogo.

Arleen Thibault

La finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse- galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles a géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulippe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre. Prix porteur de tradition 2011, la conteuse a représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie 2009, raconté en France, en Belgique, au Liban, au Congo en Cote d’Ivoire, en Acadie et un partout au Québec.

SITE INTERNET: arleenthibault.com

Eric Michaud

Éric Michaud, parfois connu sous le sobriquet de Ubert Sanspré, son alter-ego historique, reste un conteur de l’Histoire. Depuis 1995, il a conté à plusieurs endroits dont les Dimanches du Conte, Les Grandes Gueules de Trois-Pistoles, les fêtes de la Nouvelle-France, le festival interculturel du conte, le festival Bouches à oreilles, l’auberge du Dragon Rouge, le festival Alianait du Nunavut, etc. En 2009, il a été le premier hors-Européen, depuis 1748, à être sacré Roi des Menteurs au concours international de la menterie de Moncrabeau en France. Du XIIe siècle au XXIe siècle, laissez-vous emporter dans son monde bien personnel.

Francis Désilets

Le conte dans la bouche de Francis Désilets, c’est la tradition qui ne mâche pas ses mots. Ce conteur d’expérience vous emmène avec lui dans son imaginaire pour un voyage dans le temps et dans ces lieux à revisiter. Car le conteur dialogue avec le public, l’écoute, le questionne et s’inspire de ses réactions pour nourrir son histoire.

Il dévoile une manière de conter bien à lui. Les traces de sa formation en histoire lui servant aussi à enrichir ses contes. Vous ne serez pas que diverti, vous serez transportés !

Enfin, Francis Désilets, c’est la chanson à répondre qui s’invite pour la soirée. Il en ponctue ses histoires pour vous enchanter et offrir le conte sous un jour nouveau.

Jean-Marc Massie

Homme de parole à l’imaginaire foisonnant et débridé, Jean-Marc Massie se situe au croisement du conte urbain et du dessin animé, du récit de vie affabulé et du monologue éclaté. Ce narrateur atypique occupe une place unique dans l’univers des conteurs. Explorateur de nouvelles avenues pour le conte, il croit que ce dernier se doit d’être un art vivant destiné à  évoluer afin de ne pas se folkloriser à  outrance. En plus d’avoir publié Montréal démasquée, premier livre-DVD de  conte au Québec, en 2008 et en 2009, Jean-Marc Massie a été  chroniqueur conte à la Première chaîne de Radio-Canada à l’émission «Vous êtes ici».  Récipiendaire en 2010 du prix Jocelyn Bérubé, ce défricheur de la première heure est sans conteste l’un des acteurs principaux de l’actuel renouveau du conte au Québec.

« Un homme à l’imaginaire foisonnant […] c’est du jamais vu […] on est tous pendus à ses lèvres […] Et ce qui frappe chez ce conteur, c’est cet art qu’il a de manier les mots, de manier la langue]»

Julie Laferrière, Première chaîne, Radio-Canada.

«Jean-Marc Massie illustre, une fois de plus, qu’il est de la grande lignée des inventeurs de mondes (…) Ce conteur à l’imaginaire débridé et foisonnant sait décortiquer la réalité pour lui donner une autre dimension. Étonnant, inventif et éblouissant …

Yvon Paré, Lettres québécoises

Jérome Bérubé

Jérome Bérubé est originaire de Baie Comeau sur la Côte Nord.  Ses contes l’on mené de Natashquan aux Îles de la Madeleine en passant par Montréal, Trois Pistoles et Québec (ce qui n’est pas nécessairement l’itérative optimale si on veut sauver du temps).

Son spectacle l’Imaginite: Contes absurdes et sensés lui a valu le Prix à la création en  région pour la Côte Nord, du CALQ en 2013, le prix Relève artistique 2011 du Conseil de la Culture Côte Nord ainsi que la première place au concours J’te fait une scène 2009 du Centre des arts de Baie Comeau.

Jérome est vice-président du Regroupement du Conte au Québec.  Il fait également partie de La Dérive, un collectif d’artistes en art actuel Baie-Comois spécialisé dans l’art relationnel.

Lucie Bisson

C’est par la menterie (petite histoire pour divertir) que Lucie Bisson fait son entrée dans le milieu du conte au Québec. Les prix qu’elle remporte sont le début d’une magnifique odyssée dans le monde merveilleux de la parole conteuse. Elle écrit la plupart de ses histoires tantôt insolites, tantôt frôlant la vérité et elle n’oublie jamais que toute vérité n’est pas bonne à dire… Lucie Bisson poursuit sa route sur le chemin du conte, remplie de gratitude envers ceux et celles qui ont su, par leurs encouragements et leurs précieux conseils, faire grandir ses ailes de conteuse et devenir la raconteuse qu’elle est aujourd’hui.

www.conte-quebec.com/conteurs/lucie-bisson-0

Marc Sauvageau

Fasciné par la sonorité des mots et les images poétiques qui leur sont associées, Marc Sauvageau, dit le Marchand d’idées, est un électron libre qui refaçonne la réalité à l’aide de ses fantaisies et de ses rêves. Dans ses histoires, de simples faits deviennent fantastiques, le monochrome revêt les couleurs de l’arc-en-ciel. D’inspiration bédéistes, son univers parallèle puise à la source même de notre quotidienneté.

Lauréat du prix Lizette-Gervais en 1999 et du Prix de reconnaissance ESSOR régional (centre du Québec/Mauricie) en 2011, Marc Sauvageau est très actif dans le milieu du conte au Québec. Il a été boursier du conseil des Arts du Canada à deux reprises, a été sélectionné pour faire la tournée Coup de Cœur des nouveaux visages du conte au Québec et a participé à la compilation « Nuits du conte à Montréal », coffret de CD triple publié en France aux éditions Oui’dire. Son spectacle interactif Et Dieu créa les animaux à notre image a été présenté à plus de cent-cinquante reprises.

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Nadine Walsh

En 1999, Nadine Walsh obtient un baccalauréat en art dramatique à l’Université du Québec À Montréal, enrichissant un parcours en danse, mime, marionnette, arts martiaux et jeu masqué. Depuis 2002, elle présente son répertoire de conte au Québec, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

En 2009, elle crée Femmes pirates ou crise de foi(e), mis en scène par Alberto Garcia Sanchez. En 2011, O’ La traversée fantastique, mis en scène par Diane Loiselle et Denys Lefebvre de Tenon Mortaise. En 2013, elle présente La Chatte blanche, d’après l’œuvre de Madame d’Aulnoy accompagnée de l’ensemble baroque Les Idées heureuses.

« Elle, c’est Nadine Walsh. Pendant près de deux heures, elle nous embarque dans l’odyssée de Ann Bonny et Mary Read […] Elles (Bonny et Read) s’incarnent chair et âme dans les mots de le corps de Nadine Walsh qui clame là un hymne superbe célébrant la parole. Si forte, si vraie des femmes libres. »  Anne-Marie Letort pour Gardarem Lo Larzac, 20 janvier 2017

«L’art du conte peut être très physique. Invitée dans le cadre du Festival international du conte de Fribourg, elle joue de sa voix autant que de sa forte présense corporelle. Avec elle le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg 11 mai 2010.

« Sur scène Nadine explose dans les rôles de ces deux femmes pirates qui, déguisées en hommes pour pouvoir embarquer sur un bateau, abordent l’amour et l’ennemi à bout portant ». Midi libre, samedi 17 décembre 2016.

 

Renée Robitaille

Renée Robitaille a découvert les arts de la parole dans le cadre d’une Maîtrise en Communication. Sa démarche artistique, tout d’abord marquée par le conte traditionnel, s’oriente de plus en plus vers le récit de vie. Sur scène, elle incarne tous les personnages dont elle a recueilli les histoires, offrant ainsi un regard profond et touchant sur l’Humanité. C’est avec Louis Champagne, le metteur en scène de son spectacle Hommes de pioche, que Renée s’est découvert une passion pour la recherche et la création de personnages. Cette approche théâtrale lui a ouvert les portes de toutes les scènes du Québec. Reconnue pour son remarquable talent de conteuse, d’auteure et d’interprète, Renée Robitaille compte déjà plusieurs publications et spectacles à son actif. Depuis quinze ans, elle tourne régulièrement en Europe francophone et ailleurs sur la planète (Congo, Cuba, Russie, Arménie, etc.), pour présenter ses créations dans les festivals internationaux de contes et de théâtre.

Ronald Larocque

Conteur de la première heure des Dimanches du conte, il raconte depuis plus de seize ans. Il a participé à plusieurs festivals de contes et promené ses histoires de Natashquan à la baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et même en France comme invité d’honneur à Fontaine–Le Comte près de Poitiers où il a été réinvité pour une série de sept spectacles. Il a aussi conté en français et en anglais, en Inde à Mumbai, Goa et Delhi. Il a présenté son précédent spectacle <L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion> plus d’une quarantaine de fois dont huit fois en rafale à Valleyfield au Cabaret d’Albert (livre-disque chez Planète rebelle). Il est Arbraconteur et conte pour les enfants dans le cadre du programme  « La culture à l’école » du ministère de l’Éducation.  Son projet d’avenir c’est d’être globe-conteur (mot qu’il a créé) pour le partage et l’amitié.

Véronique Béchard

Véronique vient d’arriver sur la planète conte; en juin 2013, elle réussit son atterrissage en raflant à la fois le prix du public et le prix du jury au  Concours International de Menteries de Vaudreuil. Sincère et pertinente, elle fait dans la création et s’intéresse surtout à ces moments où la vie est si intense qu’elle en devient absurde et ridicule… comme ce moment de grande déclaration où l’orateur a quelque chose de pris entre les dents. Car alors une question intéressante s’élève; qu’est-ce qui attirera le plus l’attention : l’éloquence d’un homme ou le de ti-boutte de laitue qui détonne entre sa canine et sa pré-molaire?

Yoda Lefebvre

Yoda Lefebvre est un exhibitionniste de l’imaginaire qui abuse du fait que le pluriel du mal sont les mots. Jeune écrivain et dramaturge, il ronge son frein dans la relève qu’on agenouille. Pour se faire entendre, donc, il développe depuis quelques années des soirées de contes dont le ton ne laisse pas indifférent. (Plus scato que le pape; La bile ne fait pas le moine; La morale, c’est pour les faibles) Entre temps, il gère le théâtre parascolaire au Cégep de St-Jérôme, il poursuit sa maîtrise à l’UQAM, et il tente d’éduquer son fils sans trop le traumatiser.

Un extrait du journal intime d’Aurélie Brûlée, jeune nymphe qui a subi trop jeune une exposition prolongée à ses contes :

Le monde me paraît soudain plus compliqué… Jusqu’à hier, je croyais que tout autour de moi allait de soi. Je pensais que je n’avais qu’à me servir dans le buffet « all-you-can-eat » de la vie. Mais aujourd’hui… après avoir été confrontée à cet univers… Je me sens comme si j’avais ouvert la boîte de Pandore… J’aimerais bien arriver à me concentrer, pour réussir à me retrouver dans ce chaos, mais il y a ce chatouillement, cette chaleur qui est apparue dans mon bas-ventre… Je ne sais plus… Je n’arrive pas à mettre le doigt dessus… 

Aurélie Brûlée, Journal intime, le 16 décembre 2011.

Nouveaux visages du conte au Québec

Pour la 13e année consécutive, nous vous présentons les nouveaux visages du conte qui ont retenu l’attention du Diable Vert aux quatre coins du Pays Incertain. L’instant d’une soirée animée par Jean-Marc Massie, les Dimanches du conte vont renouer avec l’esprit cabaret qui a fait sa popularité à ses débuts. Cette année, vous pourrez entendre Claude Hamel, Dominique Séguin, François Desgroseilliers, Jean-Luc Boutin, Michael Hoornaert, Serge Yvan Bourque, Louis-Noël Bobey « Titiboulibi », Catherine Ego, Donald Dubuc, Mathieu Riendeau, Aurélie Devaux, Danielle Godin, Jean-Claude Martineau et bien d’autres conteurs. Invitée spéciale : L’électron libre de la saison Gisèle Ndong Biyogo

 

Aurélie Deveaux

Artiste du conte et du théâtre, Aurélie aime créer des univers merveilleux où se côtoient des personnages hauts en couleur et attachants. Ses histoires, d’un style frais et léger, lui permettent de parler des causes qui lui tiennent à cœur en transmettant un message de courage, de confiance et de force.

Catherine Ego

Dans le parcours de Catherine Ego, tout tourne autour du dire.

Chroniqueuse de littérature, animatrice de radio, traductrice, auteure… Tout ce que raconte la langue et qui la raconte la fascine. Sur le plan artistique, c’est d’abord par le théâtre que sa passion pour les mots s’exprime, jusqu’aux formes extrêmes du dire : mime, virevolte linguistique et virtuosité vocale. En 1995, elle fonde avec le guitariste et compositeur Arturo Parra la troupe de guitare et voix parlée Paroles Égales, le théâtre pour l’oreille. Après avoir créé des textes d’autres auteurs, Catherine Ego est devenue depuis 2003 la « voix » de Paroles Égales à plus d’un titre, puisqu’elle écrit maintenant poèmes, contes et récits pour la troupe. Elle travaille également avec des artistes visuels et sème ses textes aux quatre vents dans le cyberespace, les cafés, les revues littéraires et l’espace public.

Claude Hamel

Claude Hamel est native de l’Abitibi et résidente des Cantons de l’Est depuis 2006. Initiée à l’art du conte urbain en 1981 au sein du collectif Wondeur Brass, elle ajouta les contes traditionnels à sa pratique lors de son implication au coeur des Productions Coeur.com, un regroupement d’artistes et de thérapeutes où elle codirigea des ateliers,         de 1998 à 2008, en France, en Belgique, en Égypte et au Québec. Claude écrit, explore et présente depuis lors des contes traditionnels et historiques ainsi que des récits de vie issus de son expérience personnelle qui l’a menée de plateaux de tournage en lieux mythiques aux quatre coins du monde. Preneuse de son en cinéma documentaire de 1986 à 2012, Claude réalise cette année un long métrage portant sur les conteuses autochtones du Québec, en collaboration avec l’O.N.F.

La conteuse aux mille chapeaux a signé huit contes à colorier illustrés de sa main. Ces huit contes font parti du Parcours Patrimonial des Mille et une vies de la Vallée de la Missisquoi, parcours créé par cette auteure ayant aussi effectué la recherche historique, la direction artistique et l’écriture du circuit patrimonial A cœur vaillant de la Ville de Contrecoeur, et du tour autoguidé du Vieux Yellowknife en 2013. Claude Hamel a représenté le Québec en 2014 au Festival International Contes et Musique dans la Cité en Martinique et poursuit une carrière internationale. Également présente sur la scène québécoise, elle a participé aux Festivals Festilou à Montréal, Contes et Légendes en Abitibi Témiscamingue, Atalukan à Mashteuiatsh et au Rendez-vous des Grandes Gueules de Trois Pistoles.

Danielle Godin

Artiste multidisciplinaire oeuvrant dans le domaine théâtral et chorégraphique, diplômée d’une maîtrise en danse de l’UQAM, Danielle poursuit ses recherches comme praticienne dans le monde des Arts par des projets fusionnant le théâtre, la percussion et la danse. Également diplômée d’un certificat en sciences sociales et en mouvement expressif, sa formation en danse est très diversifiée, elle a cheminé doucement du ballet classique au flamenco contemporain en passant par le jazz et le moderne. En tant que comédienne, on a pu la voir dans plusieurs productions télévisées ; Lance et compte, Scoop, Ramdam et Rivière des Jérémie qui lui a valu une nomination aux prix Gémeaux en 2002. Elle a dirigé pendant plusieurs années des ateliers de comédie musicale pour les enfants de 7 à 17 ans avec les Ateliers Patrick Labbé. Elle a apporté sa contribution comme chorégraphe dans le film «Jack Paradise» de Gilles Noël et dans plusieurs émissions télévisées. Ses champs d’intérêts sont présentement les composantes cognitives du processus créatif dans une perspective communicationnelle et elle se penche plus particulièrement sur l’interrelation entre le rythme et les mots dans une approche corporelle dramatique. Lorca beat et Poesia y flamenco présentés dans plusieurs festivals et Maisons de la culture témoignent de cette recherche artistique. Elle a participé au festival des percussions de Longueuil en présentant des performances alliant contes japonais, maori et percussions.

Dominique Séguin

Bachelière en littérature où j’ai étudié entre autres avec l’écrivaine Monique Bosco, bachelière également en musique, orientation : écriture musicale., enseignante du français à la CSDM à une clientèle immigrante adulte, mes champs d’intérêt ont toujours visé la créativité. Je suis auteure-compositrice, parolière, poète et artiste peintre. Je suis présentement en train d’écrire un recueil.

Donald Dubuc

Câlleur, conteur et animateur jeunesse réputé en Estrie, Donald Dubuc est l’organisateur des veillées de danses traditionnelles à Richmond et de la série Les Contes du Réfectoire du Centre d’Art de Richmond.

Touché profondément par l’agrément ressenti lorsqu’il a dansé son premier set-carré, il s’est donné comme objectif de rendre accessible à tous le plaisir et les bienfaits de la danse traditionnelle. Animateur dynamique, chantant, au sens de l’humour mordant, en plus d’être un excellent pédagogue, il figure parmi les meilleurs câleurs de la nouvelle génération au Québec !

Il conte parce qu’il y trouve des choses utiles à sa propre quête. Il conte parce qu’il souhaite contribuer à ce que certaines histoires qui accompagnent l’humanité déjà depuis très longtemps et qui ont toujours quelque chose à nous dire, poursuivent leur route à nos côtés.

www.donalddubuc.com

contact@donalddubuc.com

 

François Desgroseilliers

François Desgroseilliers a été animateur pendant 35 ans dans les écoles secondaires, sensibilisant les jeunes aux questions d’environnement, de justice sociale, leur montrant à voir plus loin que le bout de leur nez… Retraité, il a écrit des contes animaliers où une écureuil, Kikiran, voit plus loin que son museau. Elle affronte les empreintes que les 2 pattes ont laissé dans une nature qui se transforme. Le conteur vous invite à suivre les aventures de cette Kikiran très curieuse. François Desgroseilliers a suivi la formation d’initiation au conte à la Maison des arts de la parole à Sherbrooke, et participe au cercle des conteurs de la Montérégie.

Jean-Claude Martineau

Né en Haïti en 1937, Jean-Claude Martineau marque très tôt la scène culturelle et artistique haïtienne. Poète, musicien, compositeur, dramaturge, conteur et historien à ses heures, il a joint les rangs de la contestation contre la dictature duvaliériste durant les années 60. C’est à cette époque de militantisme qu’il prend le surnom de Koralen, mot créole qui désigne une pirogue. Chantre par excellence du folklore haïtien, Jean-Claude Martineau est lui-même devenu une légende tant dans son pays d’origine que dans la diaspora haïtienne. Établi à Montréal, après avoir séjourné quelques années aux États-Unis, il oeuvre ces temps-ci comme écrivain, parolier et chroniqueur à la radio.

Extraits médias

« Chaque auteur est animé par des sensations uniques lorsqu’il produit une oeuvre, et il n’est pas donné à tout interprète de pouvoir traduire ces émotions. La voix de Koralen procure ces transports, vous ressentez ce qu’il ressent à travers ses intonations « .

Ti-Corn, Quatchimen, 19 mai 2015

http://www.quatchimen.com/nouvelles-culturelles.html

« Enjoué, nostalgique, facétieux, Jean-Claude Martineau est une des figures importantes dans la création musicale et littéraire haïtienne. Son oeuvre est façonnée par l’imaginaire collectif haïtien, l’histoire et le folklore haïtien d’où il tire certains de ses sujets et personnages. Elle témoigne d’un style élaboré, et d’une poésie pleine d’images référentielles et porteuses d’émotions et de charge sociale ».

Chenald Augustin, Le Nouvelliste, 17 août 2010

http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/82495/Jean-Claude-Martineau-a-lheure-du-roman-etde-lessai

Jean-Luc Boutin

Issu d’une famille où la tradition orale était particulièrement importante, Jean-Luc Boutin a grandi quelque part aux confins des terres. Il est arrivé au conte par le biais de la chanson traditionnelle. Au creux de sa caverne au Centre-du-Québec, il accumule les contes et les chansons, sortant de temps en temps pour semer quelques histoires dans les oreilles ouvertes des esprits accueillants. Il propose alors un répertoire de contes issu de la tradition orale et métissé d’écrits reverbalisés. Ti-Jean Batinse le suit depuis quelques années et c’est avec plaisir et grands gestes qu’il vous détricote quelques fils de cette saga pour vous les offrir. Des récits de création du monde, des histoires de petites gens ou de curés per omnia secula seculorum jaillissent aussi de sa besace à l’occasion.

Louis-Noël Bobey « Titiboulibi »

On ne sait pas trop s’il conte, s’il slame, s’il chante, mais il postillonne beaucoup !
en patois de Bresse, en innu, marseillais, parfois même en français et sous sa glotte on trouve de tout mais pas que: un dentier de grand-mère, une aile de moulin, une autre de poulet, une auto calcinée, un bateau de pirates, un bon gros matin, de la vaisselle cassée…en fait rien de tout ça mais venez, vous verrez!

Mathieu Riendeau

Après  une décennie à parcourir les avenues asphaltées du théâtre de rue,  Mathieu Riendeau choisit d’emprunter le chemin du conte à l’automne 2012. Pour lui, les contes se puisent dans les grandes histoires du quotidien laissées invisibles par les porte-voix médiatiques, bruyants et aveuglants. Dans ses histoires, il interroge nos perceptions de la réalité, il refaçonne l’enchaînement des événements pour qu’émerge notre héroïsme actuel et nos sagesses contemporaines. Depuis 2002, il a participé à la création de plusieurs dizaines de spectacles et d’animations avec la Coop les ViVaces et la troupe de théâtre de rue NomadUrbains.

Michael Hoornaert

Né dans le nord de la France, j’ai 36 ans et pas mal voyagé avant de venir habiter à Montréal il y a 4 ans. Depuis la fin des études, je cherche ma ou plutôt une place. Ingénieur dans une tour à bureaux de Paris, cuisinier pour des activistes écolo, en passant par roadies pour un célèbre batteur perdu en Australie, on ne peut pas dire que je n’ai pas essayé. Au final ce que je retiens ce sont des gens tous différents et des aventures incroyables. Par plaisir mais aussi pour ne pas oublier, je romance aujourd’hui ces histoires.

Serge Yvan Bourque

Originaire de Rimouski, Serge Yvan Bourque a un baccalauréat en psychosociologie et une maîtrise de son humour à l’École nationale de l’humour.  Globetrotteur, il a donné plus de cent spectacles en Europe.  Il anime les soirées « Je ris donc je suis » à la Taverne Jarry (Montréal).  « Pas brillant mais lumineux » est sa quatrième pièce-monologue.   (www.sergeyvanbourque.com)

Il émane une telle sincérité de ce jeune barbu que l’on se laisse séduire. Il nous embarque dans des récits épiques qui nous emmènent sur un improbable aéroport du Grand Nord disparaissant sous la neige, aussi bien que dans le Rwanda ravagé par le génocide. La gentillesse du ton, la tendresse du regard lui permettent de dire une vérité pas toujours rose sur l’humanité qu’il croise.  (…) Cet optimisme forcené fait de son spectacle un moment aussi drôle que revigorant. On comprend qu’il se soit lui-même aimé sur sa page professionnelle Facebook, on partage son engouement.

Nicolas Blondeau, Le Progès (Lyon), 10 octobre 2015

Serge Yvan Bourque a partagé sa philosophie positive et a amené un peu de cette joie qui l’entoure.  L’artiste en a profité pour amorcer quelques réflexions sur les sujets qui dérangent, mais avec une distanciation comique et un sens de la justice poétique. Il a montré, à travers ce spectacle, intitulé Pas brillant mais lumineux, que l’on pouvait trouver un peu de lumière partout, et chez tout le monde.

Élodie Malet, Ouest-France, 17 octobre 2015

Les nombreux thèmes piquent différents niveaux de curiosité, de quoi nous garder toujours à l’affût de l’originalité des textes et de la justesse de plusieurs réflexions bien senties. L’énergumène de bonne foi a d’ailleurs le mérite de nous pousser à s’interroger sur le «comment en est-il arrivé là?» et le toujours aussi gagnant: «mais comment fait-il pour penser à de telles choses?»

Jim Chartrand, La Bible Urbaine, 17 juillet 2013