Saison 2011-2012

4 Septembre – Soirée d’ouverture

4 septembre 2011  à 20:00 avec Claudette L’Heureux, Danielle Brabant, Denis Gadoury, Éric Gauthier, Eric Michaud, Francis Désilets, Lucie Bisson, Richard Gamache et Richard Léveillé

11 septembre – Nouveaux Visages du conte au Québec

11 septembre 2011  à 20:00 avec Andrée Dufort, Daniel Boiteau, Jacline La Flèche, Marie Lupien Durocher, Raynald Barbarie, René Charette et Shakti Ortega St-Amant

18 septembre – Au matin du monde avec Yves Robitaille

18 septembre 2011  à 20:00 avec Yves Robitaille

25 septembre – Le Grand Zitouni au Cabaret du Roy

25 septembre 2011  à 20:00 avec Zitouni

2 octobre – La Kabylie à l’honneur

2 octobre 2011  à 20:00 avec Kamel Guennoun

9 octobre – De la Réunion à la Bretagne en passant par le Québec

9 octobre 2011  à 20:00 avec Achille Grimaud, François Lavallée et Sergio Grondin

16 octobre – La Belgique à l’honneur

16 octobre 2011  à 20:00 avec Vanessa Lefebvre

23 octobre – Le Burkina Faso à l’honneur

23 octobre 2011  à 20:00 avec Kientega Pingdéwindé Gérard et KPG

30 octobre – La Pologne à l’honneur

30 octobre 2011  à 20:00 avec Michal Malinowski

13 novembre – Conteur étoile : Denis Gadoury

13 novembre 2011  à 20:00 avec Denis Gadoury

20 novembre – Le Sasquatch des Appalaches

20 novembre 2011  à 20:00  à 20:00 avec Richard Léveillé

27 novembre – Et Dieu créa les animaux à notre image

27 novembre 2011  à 20:00 avec Marc Sauvageau

6 novembre – Le Cri du Pneutosaure

6 novembre 2011  à 20:00 avec Dalton et Richard Gamache

8 janvier – Carte blanche à Éric Michaud

8 janvier 2012  à 20:00 avec Eric Michaud

15 janvier – Carte blanche à Francis Désilets

15 janvier 2012  à 20:00 avec Francis Désilets

22 janvier – « Nouveaux visages du conte au Québec » depuis 2007

22 janvier 2012  à 20:00 avec Anaïs Fournier, Christian St-Pierre, Dany L. Boucher, Marc André Fortin, Marc Sauvageau, Mathieu Barrette, Patrice Michaud, Richard Gamache et Yolaine

29 janvier – Truck Stop, histoires de départs avec Mathieu Barrette

29 janvier 2012  à 20:00 avec Mathieu Barrette

5 février – Les 35 ans de carrière d’Alain Lamontagne ça se fête !

5 février 2012  à 20:00 avec Alain Lamontagne

12 février –Le Sabre de lumière avec Alain Lamontagne

12 février 2012  à 20:00 avec Alain Lamontagne

19 février – Une ruée vers l’Ouest avec Alain Lamontagne

19 février 2012  à 20:00 avec Alain Lamontagne

«Une jeune femme à la voix presque enfantine raconte sur un ton espiègle des histoires … auxquelles se mêlent le merveilleux et la drôlerie. Ne racontons pas : Renée Robitaille le fait, elle, si habilement ! »
Robert Chartrand, Le Devoir

Une voix et un rythme envoûtants

«Une voix et un rythme envoûtants. Et des propos aussi croustillants que poétiques.»
Josée Blanchette, Le Devoir.

Un spectacle de contes magistral

«Un spectacle de contes magistral. Il ne fait aucun doute (…) que la conteuse est aussi une comédienne de haut vol. Charismatique, émouvante, lumineuse. (…) Robitaille met en scène la vie. Belle et sauvage. »
Luc Boulanger, La Presse.

Voix douce et pépites dans les yeux…

«Voix douce et pépites dans les yeux, Christèle a quelque chose de « la toute petite, petite bonne femme qu’elle fait voyager dans l’imaginaire des tout-petits.»

L’Echo de la Creuse

Un pur moment de bonheur

«Christèle Pimenta, les gestes amples, les mimiques emplies de charme, nous entraine aux confins de ce Portugal secret et pétri d’émotion, humour et parfum de Fado en prime. Un pur moment de bonheur.»

La Dépêche du midi

Chaque mot, chaque intonation de la voix, mettent en marche notre imaginaire.

« De son délicieux accent, il a raconté des histoires où chaque mot, chaque intonation de la voix, mettent en marche notre imaginaire. […] L’imagination de l’artiste ne semble pas avoir de limites. Il puise aussi son inspiration, beaucoup, dans l’amour, voire la sensualité évoquée de façon réjouissante dans le conte intitulé Dilemme. Le conteur peut être rassuré, les spectateurs ont passé un bon moment avec lui.»

Corinne Peruchon, La Nouvelle République, Poitiers, 18 juin 2009

Poésie, sensualité, féminité et amour

« L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion est un spectacle parsemé de poésie, de sensualité, de féminité et d’amour. […] par sa générosité gestuelle, le conteur a su rapidement capter son auditoire. Ronald Larocque nous transporte dans des univers totalement différents. […] Un humour charmant est également présent tout au long du spectacle et fait sourire les spectateurs conquis. Par son tendre regard et sa voix radiophonique, Ronald Larocque nous fait vivre toutes sortes d’émotions, qui assurément, nous inspirent et nous émeuvent. »

Mélina Proulx, Le Portageur, Natashquan, Août 2008

Comme des carrés de sucre

« Un écrivain qu’aucune frontière ne semble vouloir arrêter et qui se grise des mots et des images. Il les savoure comme des carrés de sucre. Dans les textes que Larocque maîtrise, le lecteur découvre des images qui s’épanouissent comme de minuscules fleurs distillant la couleur. Elles éclatent comme des rires, étonnent et réchauffent l’âme. Une belle originalité.»

Yvon Paré, Lettres québécoises, Printemps 2007.

lucidité tranquille

“[…] on reconnaît son écriture simple et efficace, son humour léger et, surtout, sa façon inimitable de nous balancer, mine de rien, une petite morale qui témoigne de sa lucidité tranquille.”

tiré du communiqué annonçant la remise du Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois, 2003

Un jeune doué

“Un jeune doué. Il est de ces conteurs mutants qui inventent leur matière en puisant à toutes les formes de récits, fictions médiatiques, légendes urbaines, contes traditionnels.”

Anne Dupuis, Spirale #192

Relève des contes du Bas-du-Fleuve

«Les Contes du Bas-du-Fleuve, avec Normand Brathwaite et Yvon Deschamps, ont marqué l’imaginaire collectif. Au tour de Lucie Bisson de prendre la relève. Imprégnée de ses personnages aux péripéties étranges, Lucie Bisson relate maintenant ses propres histoires où baigne le diable dans l’eau bénite.»

Lyne Chevrier, Journal Première édition.

Envoûtante

«Mme Lucie Bisson est envoûtante : l’atmosphère qu’elle réussit à déployer en racontant un conte de son cru est incroyable! Pas un bruit dans la salle lors de sa prestation»

Huguette Deland, Directrice adjointe, Services éducatifs, Commission scolaire des Bois-Francs

Improvisation libre

«Mme Bisson ne se limite pas au conte pur. Elle se plaît à improviser certains passages et ce, au plus grand plaisir des spectateurs qui en redemandent.»

Marie-Josée Bétournay, Le Saint-François-de-Valleyfield

Brève scène

« Depuis plus de dix ans, les Productions du Diable Vert organisent des soirées qui permettent d’apprécier l’art des conteurs et conteuses d’ici et d’ailleurs, établis ou de la relève, adeptes de tradition ou de modernité. »

Christian St Pierre, Voir Montréal, Janvier 2011

Ce que les médias ont dit d’Ivy

Si l’esthétique rappelle forcément les ténors français du genre (Grand Corps Malade ou Abd Al Malik),
Slamérica ne leur doit pas grand-chose. […] Ivy y déploie une langue agile, déliée […] Une réussite.

Stanley Péan, Voir Montréa

Ivy a une voix dans la durée à laquelle on s’attache beaucoup […] Ça marche avec toutes les générations
[…] À Découvrir.

Catherine Perrin, C’est bien meilleur le matin, R-C, Mtl

Très surprenant ! Étonnemment vivant !

René Homier-Roy, R-C, Mtl

Un bien beau parasite. On aime ça des parasites comme ça : infecte-nous !

Monique Giroux, Fréquence Libre, R-C

Ça bouscule les idées convenues, ça décape, ça dérange […] La poésie d’Ivy nous vrille les sens telle un
beau poison.

Valérie Lessard, Le Droit, Ottawa

Le slameur balance des textes coups de poing, étudiés pour faire craquer les mots et réveiller les
consciences.

Marc Allard, Le Soleil, Québec

Comme une odeur de Caribou

« À l’entrée, des bancs d’églises nous permettent de profiter du spectacle. Une fille du roi vient prendre la commande (…) C’est dans une ambiance qui nous fait revivre l’époque des colonies françaises que se déroulent les dimanches du conte. »

Catherine Gaulin, Quartier Libre, 27 octobre 2010

La chance sourit à deux conteurs de Baie-Comeau

« Tout dépendant de vos croyances, les Dimanches du conte, c’est comme la Mecque, St-Pierre de Rome ou Disney World (…) C’est un endroit incontournable où est né le renouveau du conte au Québec (…) Les Productions du Diable Vert ont acquis une solide réputation en faisant la promotion du conte ainsi que des conteurs de la relève. La mention d’une participation aux Dimanches du conte constitue un atout très intéressant dans un curriculum vitae d’artiste. »

Raphaël Hovington, Plein Jour, 12 octobre 2010

Ce que les médias ont dit d’Arleen Thibeault

« Savoureux, hilarant! Arleen Thibault a un regard fin sur les choses, un langage imagée, une voix puissante! »

Martine Côté, Radio Canada, Québec juillet 2010

« Arleen Thibault donne ses lettres de noblesses au genre fantastique.»

Christian St-Pierre, Revue Théâtre Jeu 2008

«Une très bonne intégration de la voix, la gestuelle et la parole. Personnage drôle, coloré, elle garde son public attentif jusqu’à la fin. Très alaise et très imagée! »

Jury canadien, Jeux de la Francophonie 2009

« Une conteuse expressive…un spectacle fascinant… On devient comme des enfants. Très bon!»

Catherine Lachaussée, Radio Canada, Québec 20 décembre 2008

Ce que les médias ont dit de Jean-Claude Botton

Jean-Claude Botton a présenté son « Tracteur Cheval » devant un public attentif et touché par sa prestation vocale et physique. Une esthétique, un rythme certain et un humour décapant ont fait de cette soirée un véritable succès.

La République du Centre 13 Septembre 2006)

Botton et le monde paysan : l’incroyable évolution du cheval au tracteur revue et corrigée par ce grand nom du conte. Avec beaucoup de tendresse et d’humour, il raconte comment le tracteur a pris la place de l’animal … pour arriver en 2035 où il est devenu une version futuriste du couteau suisse.

La Presse de la Manche – 21 Novembre 2006

Forts d’une expérience

« Forts d’une expérience de plus de dix ans dans le domaine du conte, Sylvain Racine et Paul Bradley ont connu un bel accueil jusqu’à  présent. […] leur assemblage d’histoire «Un caprice de princesse»  présenté le 11 septembre dernier a affiché complet. […] avec «Un caprice de princesse», Les Prétendants retournent dans les racines du contes […] La seconde partie de la soirée est composée de matériel inédit.»

Alain Bérubé, Le guide, 22 septembre 2010

Les Prétendants

« En prétendant venir d’un peu plus loin que l’endroit le plus lointain jamais visité, le duo de conteurs a donc choisi de s’appeler Les Prétendants. « Dans toute histoire, tout le monde prétend quelque chose, que ce soit de trouver un trésor, une princesse, Ça se peut qu’on prétende des choses… », […] »

Caroline Boiclair en entrevue avec Les Prétendants, La voix de l’est plus, 15 septembre 2010

Efficace

« […] les Prétendants possèdent une touche moderne, une distance sur l’histoire qu’ils nous racontent, extrêmement efficace. Ainsi, dans leurs contes, les personnages courent parfois si vite qu’ils sortent carrément de l’histoire. Certains leur sont imposés (en général, les stupides ou les méchants), alors qu’ils en choisissent d’autres pour leur qualité intrinsèque. […] »

Marc Fraser, L’Horizon, Presse coopérative des Basques, 14 août 2010

Les dimanches du conte

Depuis 1998, au gré de ses imprévisibles dérapages narratifs, le conteur Jean-Marc Massie anime de main de maître les Dimanches du conte. Chaque dimanche, il réchauffe l’ouïe des spectateurs tel un jazzman du verbe avant de leur présenter avec panache le ou les conteurs qu’il a programmé pour l’occasion, clôturant enfin la soirée avec une performance improvisée oscillant entre la réalité et la fiction.

Cyberpresse, 23 mai 2010

Ce que les médias ont dit de Dominique Breau

« Dans ce genre de spectacle, un bon animateur porte parfois la soirée sur ses épaules – et Dominique Breau a les épaules solides. Il a le rythme, la verve, l’humour, le charisme et la bonne bouille, et il chante avec aplomb – le tout enrobé d’un vigoureux accent péninsulaire, ce qui ne gâche rien. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Fred Pellerin, dont il a d’ailleurs interprété un conte avec brio. »

Nicolas Dickner, Voir, 11 octobre 2007.

« Il a la bouche en cœur, de petits yeux rieurs et complices, un accent acadien plus grand que nature et il raconte des histoires de village perdu et de traditions oubliées. […] le spectacle est simple et bon, aussi efficace qu’un remède de grand-mère. »

Philippe Couture, Voir, mai 2009.

« Dominique Breau est Acadien et heureux de l’être avec sa verve particulière et des expressions qui surprennent. Une langue formidable, riche, étonnante et juteuse comme un grand verre de petit remontant. »

Yvon Paré, Le Quotidien, 10 novembre 2005.

Ce que les médias ont dit de Florian Lévesque

« Rencontrer quelqu’un d’aussi animé que Florian Levesque, c’est aussi rare qu’un billet de 1 000 piastres dans vos poches ! Imaginez avoir devant vous, en grande forme, un Robin Williams, ce célèbre comique américain, réputé pour ses volées oratoires lors d’entrevues. Florian Levesque est un peu comme ça. »

Robert Lagacé, L’Acadie Nouvelle, 15 avril 1998.

« Il a transporté son public dans un monde imaginaire en réussissant le tour de force de faire de chaque spectateur un complice. »

Ouest-France, Nantes (Bretagne, France), 14 et 15 octobre 2000.

Ce que les médias ont dit de FX Liagre

«J’ai eu d’excellents commentaires sur votre prestation. Effectivement, plusieurs spectateurs étaient littéralement rivés sur leur siège.
[…] ceux qui ont assisté à votre prestation ont été enchantés et vous avez fait découvrir l’univers des contes à plusieurs. Je vous remercie énormément pour votre participation à cet événement.»

Daniel A., Semaine de la Fonction publique fédérale 2007

«Je suis contente d’avoir assisté à votre spectacle, ce fut une agréable soirée, chaleureuse et talentueuse, votre répertoire différent apporte beaucoup.»

Nicole F, 24 avril 2007

Au sujet du recueil «À deux», éditions Quebecor :
«[…] des histoires […] qui sont succulentes à lire. Des mots bien choisis, des situations toujours bien imaginées.[…] Je vous recommande ce livre très bien écrit mais malheureusement trop court, d’ailleurs tout comme moi vous en redemanderez sûrement.»

Luc Lavallée, Club Culture – 2006

Au sujet de sa musique :
«J’aime les mots, vos mots, et cette voix qui conte.»
«Original, surprenant, intéressant, intriguant, bien écrit, à découvrir, bravo […]»

Commentaires de pairs sur le site CQFD

«Belle voix basse. Belle ambiance musicale. Le ton est bon.
Toujours le texte, très beau. Bien raconté. Belle atmosphère. Univers original.
Talent d’auteur et de compositeur indéniable.»

Nelson Minville, jury de concours musical – 2007

Ce que les médias ont dit d’Isabelle Crépeau

« Isabelle Crépeau raconte, murmure, chante presque, une heure d’histoires onctueuses. Cajolés, bercés, les cerveaux réchauffés goûtent aux finales enchantées. […] ce fut une superbe rencontre. »

Denis Chiasson, Le Chic Québécœur, 22 décembre 2008.

« Tout au long de la soirée, les sons, les chants ajoutés à ces contes ont transporté les spectateurs. […] Isabelle Crépeau propose des regards, des mimiques, des intonations qui font que chaque conte est intéressant tant à écouter qu’à regarder. »

Josiane Haspeck, La Concorde, 22 mars 2006.

Ce que les médias en ont dit d’André Vigneau

Belle histoire que celle de Farmer, le cheval, qui, après avoir traversé une baie glacée entre deux îles, un jour d’hiver et de grand froid à vous souder les flots, est vendu par son propriétaire, pour solde de jeu de cartes, et qui, au printemps, traverse le détroit et retrouve les siens.

Sans doute, dans nos temps agités, de zapping effréné, oublie-t-on les bienfaits du récit, ciment de rencontres chaleureuses. Il suffisait, ce soir-là, d’aller à la rencontre.

Henri Lafitte, Chroniques insulaires, 5 octobre 2008

Ce que les médias ont dit de Nadine Walsh

Ce que les médias en ont dit :

Crise de foi(e), la parole tranchante de Nadine Walsh
« Tout simplement génial !! J’adore !! je suis venu la réentendre sur le site de Radio-Canada. Des propos malheureusement criants de vérité. »

Berny Bérubé, commentaire sur le site de Vous êtes ici, à Radio-Canada,

Montréal, 17 mars 2009.

Soirée de contes et légendes
« Étrange, différent, surprenant, voilà les mots qui me viennent à la bouche pour décrire cette expérience. Mme Walsh a su captiver l’attention de son public […] cette conteuse qui, je dois le dire, n’a pas froid aux yeux ! Il fallait la voir s’exprimer avec des gestes éloquents pour donner vie à ses personnages. Elle a chanté, gémi, hululé, tapé du pied en cadence, fait participer le public. »

Isabelle Lauzon, sur le site : la Plume Volage, 10 mai 2009.

Festival Les arts du récit 2007
« Merci encore pour ton magnifique spectacle à Seyssinet ! Mes amies étaient ravies également ! Quelle énergie tu as ! Une de mes amies t’avait entendue samedi soir dernier, avait “flashé” et ne voulait pas te manquer en one-woman-show !

Françoise Villeneuve, Villar de Lans, 2007.

Vassivière 2006
« À Bruxelles et à Vassivière, j’ai été très impressionnée par la manière dont tu racontes. Waouw ! Merci, j’ai adoré, ta force féminine me fait encore beaucoup de bien. »

Vanessa Lefebvre, Bruxelles, 2006.

Chers artistes et artisans de l’oralité
« […] de l’assise féminine et de la générosité simple, investie, poétique de Nadine Walsh. »

Amandine et Céline, Conteuses fleurettes, 2007.

Une femme de parole, une femme d’écoute

Myriame El Yamani connaît les secrets de ceux qui savent charmer une assistance, la faire voyager, la suspendre à son récit, faire naître un sourire vague et une lueur dans les yeux de ceux qui écoutent. Myriame El Yamani, dont le nom sonne tout comme un poème ancien, est une femme de parole, une femme d’écoute.

Raphaël Lopoukhine, Le Métropolitain, Toronto, février 2010

Images et des émotions, nouvelles aux contes

J’ai assisté là, en cette froide soirée de février à un événement, à la création d’un nouveau standard. Danièle et son copain de scène ont montré qu’il est possible de faire du conte autrement. Même si les textes en eux-mêmes se suffiraient largement et nous auraient charmés, la musique qui contait elle aussi ajoutait une dimension, des images et des émotions  nouvelles aux contes.

Jean-Marc Chatel, conteur, parle du spectacle Racontars présenté à la Quatrième salle du Centre national des arts le 23 février 2007.

Juste équilibre et juste ton

D’entrée de jeu, Danièle Vallée et Jean Cloutier interpellent le public, qui les suivra d’un bout à l’autre du spectacle.  Sans tomber dans la polémique ni dans la dérision, ils trouvent le juste équilibre et le juste ton pour aborder la question parfois épineuse de la conservation de la langue française et de tout l’héritage culturel qui s’y rattache.

Josée Brodeur, critique parue dans la Revue Liaison,  Avril 2006) Spectacle Soldat Vallée et son Cher Jean, 4è Salle du Centre national des arts du Canada, Ottawa, ON.

Où en est le renouveau du conte

«Au Québec, le renouveau s’est institué avec «Les dimanches du conte», au bar Le Sergent Recruteur en août 1998. Le Sergent est reconnu jusqu’en France»

Sébastien Lavoie, Lettres québécoises, hiver 2006

Mots en scène

«Lemelin est d’ailleurs à l’origine de plusieurs activités liées à l’oralité et au conte. Avec Jean-Marc Massie, fidèle équipier à la barre, il
a créé les Dimanches du conte à la brasserie le Sergent recruteur, qui se tiennent chaque semaine devant une salle pleine depuis huit ans maintenant»

Stéphane Despatie, Entre les lignes, hiver 2006

Un sergent qui recrute bien des disciples

«La Raconteuse, c’est une des bières blondes que Dany Couture, le brasseur, continue à réaliser (…) Le Sergent recruteur est une entité unique. En plus, tous les dimanches, on aime à se raconter des histoires. Ici, la Raconteuse ne pouvait pas être plus à son aise.»

Philippe Mollé, Le Devoir, 12-13 novembre 2005

Les dimanches du conte tournent

« Pour une deuxième année consécutive, un groupe de trois conteurs de la première vague du Sergent recruteur (1998-2000), composé de Jean-Marc Massie , André Lemelin et François Lavallée, partiront cet automne en tournée au Québec pour présenter « Le Cabaret des Dimanches du conte ». Depuis 1998, les conteurs du Sergent
recruteur ont fait des Dimanches du conte un des happenings hebdomadaires les plus courus en ville. »

L’aut’journal, septembre 2005

8e saison des Dimanches du conte

«Petit regroupement d’initiés lors de leur création, en 1998, les Dimanches du conte font désormais partie des happenings incontournables de la vie
montréalaise et sont, de l’avis de plusieurs, la pierre d’assise de l’engouement pour le conte observé un peu partout au Québec depuis quelques années.»

Tristan Malavoy-Racine, Voir Montréal, 8 septembre 2005

Vivement dimanche au Sergent Recruteur

«On présentera le 11 septembre, pour la soirée d’ouverture, la dernière mouture du Cabaret des Dimanches du conte intitulée L’Incroyable odyssée du Sergent recruteur avec les conteurs François Lavallée, André Lemelin et Jean-Marc Massie … Ces conteurs ont tous la langue bien pendue et plusieurs d’entre-eux possèdent des réputations bien établies.»

Manon Guilbert, Le journal de Montréal, 27 août 2005

Les livres parlant de Planète Rebelle

«Marie-Fleurette Beaudoin insiste sur la révolution que la parole vivante a déclenchée dans le milieu de l’édition : Nos livres se prolongent nécessairement dans les récitals, les festivals… Les Dimanches du conte qui se tiennent au Sergent recruteur reflètent l’esprit qui nous anime.»

Michel Lapierre, Ici (Montréal), 4 août 2005

Un choix contes

«Bonne nouvelle pour les amateurs de contes âgés de 18 ans et plus : les Dimanches du conte ont réintégré la microbrasserie Le Sergent recruteur (…) Au programme, toujours de la bière, des pizzas, plus d’espace et de sièges et surtout une nouvelle formule : le «Conteur du mois» (…) le visage du conteur du mois sera d’ailleurs moulé en plâtre et exposé sur place, des fois que ça pourrait partir une légende … Le mois de mai est consacré au conteur Mathieu Lippé.».

Marie-Christine Blais, La Presse, 12 mai 2005

Conteur du mois

«Les Dimanches du conte sont de retour à la nouvelle adresse du Sergent recruteur avec le «conteur du mois» Mathieu Lippé. Fusionnant musique, gestuelle et poésie, le jeune conteur originaire du Bas-du-Fleuve présentera son spectacle L’important, c’est ça qui conte! les 1er et 8 mai. Transporté par les airs jazzés du quartette
estrien Vizzaj, ce spectacle explore les limites du récit et du son. Ensuite, les 15, 22 et 29 mai, place au tout nouveau spectacle L’Épopée d’un poteau.»

M.Pietracupa, Voir (Montréal), 28 avril 2005

Populaire le conte

«Les Dimanches du conte attirent les foules au Sergent recruteur, microbrasserie du boulevard Saint-Laurent, un soir par semaine, depuis 1998. Une réussite spectaculaire ! Entreprise à laquelle nul ne croyait au début. Les initiateurs, Jean-Marc Massie et André Lemelin avaient pourtant vu juste (…) En tournée dans les Maisons de la culture et les cégeps de la région de Montréal avec le spectacle L’incroyable odyssée du Sergent recruteur, quatre conteurs de la première vague du Sergent, Claudette L’Heureux, François Lavallée, Massie et Lemelin, portent la parole vivante auprès des jeunes, dont l’écoute attentive surprend. En y adjoignant le concours Conteur d’avenir, qui s’adresse aux étudiants, on souhaite assurer la relève.»

Raymond Bertin, Elle Québec, Mars 2005

Great imagination and professionalism

Thank you very much for the wonderful performance you gave on Saturday night. The audience loved your story, your style, and your music. Every element of your performance showed great imagination and professionalism – and  was so much fun!

Gail Anglin, Directrice artistique du Ottawa Storytellers’ Festival, Novembre 2005

La chaleur des mots

«En banalisant la parole, la télévision l’a tuée. À lui seul, le livre ne peut restituer la chaleur physique des mots. Voilà ce que pensent un nombre surprenant de gens,
très souvent à l’insu des médias et de l’arrière-garde littéraire. Chaque dimanche soir, jusqu’à 200 personnes se rendent au bar montréalais Le Sergent recruteur pour y écouter des contes et de la poésie»

Michel Lapierre, Ici (Montréal), 17 février 2005

Des histoires pour faire rire aux larmes

«Le petit endroit était plein à craquer d’au moins une bonne soixantaine de personnes. Dont quelques Acadiens qui se sont manifestés avec enthousiasme. Il s’agissait de
la lancée des Parlures d’Acadie, et ce, dans le cadre des Dimanches du conte à Montréal. Habituellement, ces soirées ont lieu au Sergent recruteur. Mais comme le bar
fait peau neuve en ce moment, elles se sont déplacées, pour le mois de février, dans le sympa Cabaret du Roy, qui nous ramène à une autre ère. On a pu être témoin de
la complicité de quatre conteurs qui se sont rencontrés à la deuxième Nuit internationale du Conte en Acadie (NICA 2003). Dominique Breau, de Pont-Landry, Myriame El Yamani, de Madran, Nelson Michaud, de Dalhousie, et Alfred Léger, des Colonies Belledune, sont venus habiter la petite scène pour nous conter, dans un vieux français, des «énormités» acadiennes… et nous faire sourire, rigoler, rire aux larmes.»

Sabin Desmeules, L’Acadie nouvelle, 8 février 2005

Le retour de la mémoire

«Pendant que l’obscurité s’installe dans les rues de Montréal et que le froid et la pluie défigurent ce dimanche d’octobre, une foule enthousiaste et attentive s’engouffre dans un bar de la rue Saint-Laurent pour assister à une soirée de contes. Une tradition que l’on croyait disparue à la suite de l’échec du référendum de 1980 mais qui gagne en popularité depuis 1998, année des premiers Dimanches du conte du Sergent Recruteur (…) Un succès qui ne se dément pas grâce, entre autres, à une clientèle jeune.»

Robert Laplante, La Presse, 18 octobre 2004

Passer le feu du conte

«…depuis quelques années, les soirées, festivals et événements tournant autour du conte, ont proliféré en nos contrées (…) Au Québec, Petronella Van Dijk estime que les soirées de conte, qui se déroulent au bar, le Sergent recruteur, ont entraîné la formation de toute une génération de jeunes conteurs, Fred Pellerin en tête.»

Caroline Montpetit, Le Devoir, 16-17 octobre 2004

Les dimanches du conte : c’est reparti!

«Les Dimanches du conte ont repris de plus belle pour une 7e saison au Sergent Recruteur. Comme si ce n’était pas assez, quatre conteurs
vétérans de ces soirées (Jean-Marc Massie, André Lemelin, Claudette L’Heureux et François Lavallée) partiront cet automne en tournée au Québec pour répandre la
bonne nouvelle avec Le Cabaret des Dimanches du conte. Dans la plus pure tradition de ces soirées, le Cabaret relatera l’histoire de la Nouvelle-France à travers
l’étrange destin du sergent recruteur …»

M.Hamelin, Voir (Montréal), 16 septembre 2004

Excellente Conteuse

… Ce spectacle est très beau, hyper original. Danièle Vallée est une EXCELLENTE conteuse et la présence de Jean Cloutier est hyper sympathique

Éric Robitaille, Réalisateur et animateur, Première chaîne, Radio-Canada, Sudbury, Juin 2004

Contes du haut-du-fleuve

«Simon Gauthier, Simon-du-fleuve pour les intimes, est un conteur plus grand que nature. Tous les dimanches de mai, il envahit – et conquiert – la petite salle du Sergent recruteur. Âge moyen : le soir où j’y étais, entre 20 et 30 ans (…) une fois en spectacle, le conteur, qui ne donne déjà pas sa place en entrevue, prend la salle d’assaut et la rive à son récit. À la fin du spectacle, le présentateur du Sergent Recruteur demandait aux gens de revenir le dimanche suivant avec «des tam-tam et des percus, pour le show de Simon». Ça va être le party !» Vrai comme chu là!»

Anne-Marie Cloutier, La Presse, 22 mai 2004

Jazz, musique classique et musique du monde

Mohamed Masmoudi est un avec le jazz, la musique classique et la musique du monde. Il est reconnu pour sa voix mélodieuse et rauque qui raconte avec nostalgie les contes d’orient.

Shirine Saad, Voir Montréal, mars 2004

Une trêve imposée

«Contes et histoires revivent dans la métropole comme un baume sur nos âmes d’éternels enfants (…) «Le renouveau du conte s’inscrit dans quelque chose de plus large qui touche aussi la musique traditionnelle, comme celle que La Bottine souriante a remise sur la map il y a quelques années» explique l’animateur et conteur aux Dimanches du conte, Jean-Marc Massie, qui, chaque soirée dominicale, au Sergent recruteur, une brasserie artisanale du boulevard Saint-Laurent, anime ces soirées devant quelque 200 personnes»

Claudia Larochelle, Le Journal de Montréal, 21 février 2004

Performances orales

«Comme les politiciens (surtout en période électorale), les conteurs professionnels gagnent leur vie en racontant des histoires. Les meilleurs d’entre eux se donnent rendez-vous le jour du Seigneur au Sergent recruteur […] Le Sergent recruteur, c’est un peu le siège social montréalais des conteurs québécois»

Jean-Yves Girard, Le Devoir, 7 mars 2003

Les uns et les autres et Pierre Luc

«Le conte explose au Québec. Les jeunes nourris de science-fiction et de fantastique se lancent dans ce genre encore négligé il n’y a pas longtemps. Il faut aller au bar Le Sergent recruteur, à Montréal, tous les dimanches, pour se rendre compte de ce regain extraordinaire s’enthousiasmait Faubert …»

Pierre Luc, Allô-Vedettes, 8 novembre 2003

Contes pour tous

«L’idée d’instaurer des soirées de contes sur une base hebdomadaire paraissait saugrenue en 1998 … Le conte avait bien son heure de gloire deux ou trois fois par année par le biais d’un festival, d’un Michel Faubert … Mais tout ça demeurait très ponctuel, jusqu’à ce que Jean-Marc Massie et André Lemelin soient assez fous pour créer les Dimanches du conte à la microbrasserie du Sergent recruteur … Et ça a marché, marché très fort, et ça marche encore […] Le livre-CD Les Dimanches du conte marquant les cinq ans de ces soirées … témoigne bien de cette réussite.»

Stéphane Despatie, Voir (Montréal), 2 au 8 octobre 2003

Les conteurs du Sergent Recruteur

«Pour le cinquième anniversaire de leurs rencontres au pays des Satans en costard trois pièces, les conteurs de la petite brasserie du boulevard Saint-Laurent se réunissent pour la dernière fois … ce livre vaut le détour. Comme quoi la culture orale tente de rejoindre de plus en plus, presque ironiquement, le marché de la lecture. Bien que le disque l’accompagnant, bercé de superbes musiques, rende l’âme du conte avec, entre autres, l’égouïne de Nicolas Letarte, rien ne vaut la voix d’un conteur qui résonne sur les planches des murs»

Maxime Catellier, Ici (Montréal), 2 au 8 octobre 2003

Contes pour tous

«Comme tous les dimanches depuis cinq ans, une foule nombreuse s’entasse au bar Le Sergent recruteur … Sur deux étages, sirotant le houblon artisanal de la maison, quelque 200 personnes attendent les premières intonations de la soirée. C’est ici, en avril 1998, que des conteurs et conteuses de toutes la province ont commencé à donner un sérieux coup d’accélérateur au renouveau de la tradition orale [ …] Au Québec, les endroits qui offrent une tribune aux conteurs se multiplient … le plus connu à Montréal demeure Le Sergent recruteur et ses dimanches du conte …»

Alec Castonguay, Voir (Montréal), 27 mars au 2 avril 2003

Des histoires à raconter

«Au mois de septembre dernier, Les Productions du Diable Vert célébraient les cinq ans d’existence des Dimanches du conte en lançant le livre-disque anniversaire Les Dimanches du conte. Déjà 5 ans ! La mission de ce groupe de conteurs associés à ces soirées … est de moderniser le genre du conte, tout en préservant son côté traditionnel, à la base de sa définition. En plein coeur de la ville, de la métropole, les histoires s’urbanisent, sortent des campagnes, mais traînent toujours avec elles ce qui faisait le propre de la mythologie populaire et rurale, mélangeant l’oralité à la textualité, la théâtralisation du texte et sa saisie sur papier et sur disque, le passé et le progrès, le corps et la technologie, le merveilleux et le savoir.»

Nicolas Tremblay, Lettres québécoises, N°112, hiver 2003

Ça conte et ça raconte chez nous

«Depuis 1998, les Dimanches du conte, présentés à la microbrasserie du Sergent recruteur et menés par l’animateur-Conteur Jean-Marc Massie, sont devenus le happening hebdomadaire le plus couru en ville (…) Pépinières de nouveaux talents, le Sergent, d’autre part, attire un public dans la vingtaine surtout …»

Pierre Luc, Allô-Vedettes, 17 janvier 2003

Locaux loquaces

«Au bar, Le sergent recruteur, les Dimanches du conte font salle comble depuis leur création en 1998 […] La clientèle fidèle aux Dimanches du conte est en majorité constituée d’étudiants dans la vingtaine. Selon Luc Desnoyers, 30% du public se renouvelle chaque semaine. La qualité d’écoute y est extraordinaire. On entendrait une mouche voler !»

Sara-Emmanuelle Duchesne, Montréal campus, 12 septembre 2001

Le renouveau du conte

«Depuis quelques années, ce genre tombé en désuétude connaît un regain de vie sans précédent. Dépoussiéré, actualisé, le conte est de toutes les tribunes [ …] les Dimanches du conte de la microbrasserie Le Sergent recruteur ont remis le conte au goût du jour, favorisant un profond renouveau dans la forme autant qu’une diffusion plus large.»

Tristan Malavoy-Racine, Voir (Montréal), 15 au 21 novembre 2001

Le conte, le vidéoclip de l’esprit

«Récemment, une communauté de conteurs montréalais a revigoré le style chez nous. Attirant de plus en plus d’intéressés, ils se sont manifestés au Sergent recruteur»

Philippe Renaud, La Presse, 9 novembre 2000

Il était une fois… les conteuses

«C’est dimanche de contes au bar Sergent recruteur, à Montréal. Murs de vieilles pierres, chaises de bois qui craquent, éclairage tamisé, conversations feutrées et musique vaguement planante : même entre les prestations des conteurs, l’ambiance est à la magie […] Chaque dimanche, l’établissement de la rue Saint-Laurent fait d’ailleurs salle comble. Faute d’un nombre suffisant de sièges, les derniers arrivants s’appuient contre les murs ou squattent l’escalier. Têtes grises et jeunes hippies échangent sourires et commentaires autour d’une bière maison … Ici le mélange des générations comme des cultures est recherché»

Dominique Reny, Femme plus, février 2000

Le diable, c’est l’étranger!

«Les contes et légendes reviennent à la mode. À la taverne du Sergent recruteur à Montréal on doit enlever les tables le dimanche soir pour mettre plus de chaises : les conteurs sont de plus en plus populaire»

Louise Cousineau, La Presse, 13 janvier 2000

Le retour du conte

«La littérature du siècle prochain sera-t-elle orale, comme elle l’était à l’origine? L’art du conte, en tout cas, effectue un retour manifeste. Chaque dimanche, au bistrot Le Sergent recruteur, à Montréal, on écoute au chaud, comme dans l’temps, les meilleurs conteurs modernes»

Sophie Gironnay, L’Actualité, 15 octobre 1999

Franc succès sur le plateau

«Tous les dimanches, au bar Sergent recruteur, des conteurs entraînent une salle comble dans une chasse pittoresque à la baleine ou encore turlutent l’air du meunier pour emporter la foule dans une chasse-galerie des plus homériques […] Les dimanches du conte attirent chaque fois de 100 à 150 personnes. Lors du premier anniversaire, le 4 avril dernier, ce sont plus de 200 individus qui ont rempli à craquer le bar du 4650 boulevard Saint-Laurent.»

Marie Christine Bergeron, L’Express du Plateau, 5 mai 1999

De jolis contes du Dimanche

«En un certain lieu, le dimanche, depuis un an très exactement, la parole est à eux. Par la seule force du verbe, ils transportent une foule de plus en plus nombreuse et bigarrée au pays des fables et des histoires à dormir debout. Sacrés conteurs ! […] Au bar du Sergent recruteur, quelque part sur la Main, voilà maintenant une année que ces conteurs nouvelle vague se font entendre gratuitement le Jour du Seigneur […] Au début, ils ont bien fait la manchette dans la catégorie insolite, mais là, il semble qu’ils veuillent s’incruster : il y a que le genre plaît. De plus en plus.»

Dominique Lachance, Journal de Montréal, 2 avril 1999

">11 mars – J’en ai « temps » à vous dire!

11 mars 2012  à 20:00 avec Lucie Bisson

18 mars – Duo Découverte : Paul Bradley et Sylvain Racine

18 mars 2012  à 20:00 avec Paul Bradley et Sylvain Racine

1 avril – Balades andalouses

1 avril 2012  à 20:00 avec Mohamed Masmoudi et Myriame El Yamani

8 avril – Simon Gauthier : Le flask

8 avril 2012  à 20:00 avec Simon Gauthier

15 avril – Debout dans le bleu

15 avril 2012  à 20:00 avec Danielle Brabant

22 avril – On ne commande pas toujours ce qui nous arrive…

22 avril 2012  à 20:00 avec Danièle Vallée et Jean Cloutier

25 mars – Soirée bénéfice pour notre capteur d’étoiles

25 mars 2012  à 20:00 avec André Lemelin, Claudette L’Heureux, Denis Gadoury, François Lavallée, Lucie Bisson, Ronald Larocque et Yves Robitaille

6 mai – L’année du grand Frette

6 mai 2012  à 20:00 avec Éric Gauthier

13 mai – Feu blanc

13 mai 2012  à 20:00 avec Éric Gauthier

20 mai – Le monde à raconter

20 mai 2012  à 20:00 avec Éric Gauthier

27 mai – L’année du grand Frette

27 mai 2012  à 20:00 avec Éric Gauthier

29 avril – « En fin de conte »

29 avril 2012  à 20:00 avec Sylvain Bissonnette